Les 7 mesures d’Honoré Ngbanda.

Voilà pourquoi je propose à toute l’Opposition congolaise à l’intérieure du pays et à toute la Résistance congolaise de la diaspora les 7 mesures suivantes :

1ère mesure, je propose :

La suspension volontaire et provisoire de toutes les activités officielles des partis politiques à partir du 31 décembre 2017 à minuit. Cette mesure vise à marquer notre désapprobation commune du régime illégal et sanguinaire d’occupation ainsi que notre ferme détermination de nous débarrasser du système odieux d’occupation de notre pays.

Par essence, exercer une activité politique veut dire se battre pour accéder au pouvoir. Tout parti politique a comme vocation l’exercice du pouvoir. En vous demandant d’accepter de suspendre provisoirement vos activités politiques, je voudrais nous inviter à mettre entre parenthèses nos ambitions politiques, de nous mettre ensemble non pas pour former un gouvernement, mais pour nous joindre à notre peuple pour chasser d’abord l’ennemi qui occupe notre pays ! Une fois cette étape difficile atteinte, nous pourrons alors envisager l’instauration de la démocratie pour un développement intégral de notre pays.

  1. Meko ya yambo, nasengi:

Tokanga misala minso mya politiki kobanda mokolo mwa 31 décembre 2017 na minuit. Meko oyo ezali mpo na kotalisa ‘te biso banso toboyi régime ya occupation mpe totelemi ngbi mpo na kobengana bakonzi ya bampaya banso baye bakoteli biso na mboka.

2è mesure, je propose :

La constitution par tous les leaders politiques congolais, de l’Opposition et de la Résistance, d’un « Front patriotique du salut public ». Ce front aura pour mission de promouvoir et d’encadrer un grand mouvement national de soulèvement populaire à travers tout le pays, dans le seul but de récupérer le contrôle de toutes nos instituions et de tout le territoire national.  
Il ne s’agit pas ici d’envisager la création d’un quelconque gouvernement de transition. Il s’agit ici d’un front patriotique qui n’aura qu’un seul objectif : mobiliser et organiser le peuple congolais pour chasser l’ennemi qui occupe le pays, et mettre ainsi fin à son régime par TOUS LES MOYENS. Dès que cet objectif est atteint, le « Front » cessera d’exister, et nous pourrons alors, dans un même esprit patriotique, envisager la mise sur pied d’une transition politique pour stabiliser le pays et jeter les bases de la démocratie et du développement.

  1. Meko ya mibale, nasengi
  2. Biso ba leaders banso ya «Opposition» mpe ya «Résistance» tomisangisa o kati ya liboke lyoko: «Front patriotique du salut public». Ezali bongo lisanga lya bana mboka mpo na kotombola « mouvement national ya soulèvement populaire » na kati ya mboka mobimba mpo na kosikola Congo na occupation.

3è Mesure, je propose :

Le retrait de tous les opposants politiques congolais de toutes les institutions publiques en vue de les vider de toute forme de légitimité nationale et internationale. Le Parlement, le Sénat et le Gouvernement avec les entreprises publiques sont particulièrement visés.

Je sais. Cette décision exige un sacrifice, une abnégation de la part des leaders que nous sommes. Mais ce sacrifice vaut son pesant d’or. Car cette mesure est de loin la plus efficace pour faire tomber toutes les institutions scélérates du régime d’occupation, sans verser le sang des Congolais. Car il est évident que ce retrait en bloc des acteurs politiques de l’opposition enlèvera le même jour au Senat, à l’Assemblée nationale et au Gouvernement leur légitimité tant nationale et qu’internationale.

  1. Meko ya misato, nasengi:

Ba politiciens banso ba Opposition babima na kati ya ba institutions politiques, mpo nyoso isila talo mpe kilo o miso ma ba Congolais mpe ma mokili mobimba. Meko eye etali mpenza Parlement, Sénat mpe Gouvernement elongo na ba « entreprises » ya Leta.

4è Mesure, je propose :

Le déclenchement général d’un vaste mouvement de désobéissance civique dès le début de l’année 2018 sur toute l’étendue du territoire national. Ce mouvement concernera tous les fonctionnaires de l’état, tous les militaires, tous les policiers, tous les enseignants du niveau primaire, secondaire, supérieur et universitaire ainsi que tous les congolais du secteur privé.
Les leaders politiques réunis au sein du « Front patriotique du salut public » auront pour mission d’organiser une vaste campagne d’explication des détails pratiques de cette mesure auprès des populations pour en assurer l’efficacité.  

  1. Meko ya minei, nasengi:

Kobanda mbula ya sika 2018, toyokana ba Congolais toboya biso banso kotosa mitindo mya Leta (« désobéissance civique »). Mbela ena etali ba fonctionnaire ba Leta, basoda, bapoliciers, ba enseignants ya école primaire, ya secondaire, ya ba instituts supérieurs mpe ya ba Universités. Etali mpe basali ba Nzambe, Société Civile mpe ba Congolais banso ya secteur privé.

5è Mesure, je propose :

Le lancement d’un appel commun à l’adresse particulière des militaires, des policiers et des agents des services spéciaux pour les inviter à soutenir le peule congolais dans sa dynamique du soulèvement, et pour entreprendre, en plus de la désobéissance civique, des actions ciblées de sabotage interne des dispositifs militaires et civils dont se servent les forces étrangères d’occupation ainsi que des mercenaires qui occupent notre pays.

  1. Meko ya mitano, nasengi:

Biso banso tobwaka mbela, penza penza epai ya basoda, bapoliciers mpe ba agents ba baservice ya sécurité, mpo nakosenga bango basunga peuple congolais tango akotelema mpo nakobengana bampaya occupants. Ezali mpe lisusu mpo nakosenga na bango babanda kobebisa biloko bya misala mya mampinga ma bampaya baye balingi koboma mboka ya biso.

6è mesure, je propose :

Le lancement d’un appel commun, le moment venu, au peuple congolais de l’intérieur pour l’inviter à s’approprier les symboles du pouvoir, en occupant notamment dans la capitale, les sièges des institutions et les symboles du pouvoir tels que la Présidence de la République (Palais de la Nation), le Parlement et le Sénat (Palais du peuple), la Primature, le Building de la RTNC, sans oublier les Gouvernorats dans tous les chefs-lieux des provinces.
Notre objectif commun sera de créer dans les trois premiers mois de l’année 2018 le « printemps congolais » qui devra parvenir à mettre fin au régime sanguinaire de « Kabila » et stopper le processus d’occupation et de balkanisation en cours dans notre pays.

  1. Meko ya motoba, nasengi:

Tobwaka biso banso mbela, tango ngonga ekokoka, epai ya peuple Congolais na kati ya Congo mobimba, mpo babotolo bandako inso ya ya mpifo ya kokamba mboka. Na kati ya capitale, peuple akamata Présidence ya République (Palais de la Nation), Parlement na Sénat (Palais du peuple) mpe Primature na Bâtiment ya RTNC… Peuple ya kati na mboka bakata Gouvernorat ya chef-lieu ya Province.

7è mesure, je propose :

La mobilisation de la diaspora congolaise pour organiser, le moment venu, et en synchronisation avec les populations de l’intérieur, l’occupation des ambassades de la RDC dans les grandes capitales et villes du monde comme Washington, New York, Paris, Bruxelles, Londres, Genève… Cette opération aura pour but d’exprimer au monde et à la communauté internationale le bien-fondé du soulèvement du peuple congolais qui est résolu à se prendre lui-même en charge pour mettre fin au processus de la mise à mort de la République Démocratique du Congo.

  1. Meko ya sambo, nasengi:

Tobwaka mpe lisusu mbela na peuple congolais ya diaspora mpo bango mpe, tango ngonga ekokoka, bakotela ba Ambassade ya RDC na ba capitales mpe bingumba binene o mikili mya mpoto lokola Washington, New York, Paris, Bruxelles, Londres, Genève… Tokosenga na bango balimbola bato ya mikili mya Poto ‘te peuple congolais azwi meko ya komata yee moko mokumba mwa mboka na yee mpo nakosukisa régime ya boumbu oyo bakotisi na RD Congo.

 

 

Facebook Comments
Comments are closed