URGENT- COMMUNIQUE: Le FCC et le CACH facilitent l’occupation de la RDC par le Rwanda et ouvrent la porte à un affrontement Est-Ouest en RDC !

 
L’image contient peut-être : 1 personne, texte qui dit ’APARECO COMMUNIQUE DE L'APARECO URGEN Le FCC et le CACH facilitent l'occupation de la RDC par le Rwanda et ouvrent la porte à un affrontement Est-Ouest en RDC!’
 
Version AUDIO/YOUTUBE 

COMMUNIQUE DE L’APARECO

Le FCC et le CACH facilitent l’occupation de la RDC par le Rwanda et ouvrent la porte à l’affrontement  Est-Ouest en RDC !

L’Alliance des Patriotes pour le Refondation du Congo (APARECO) a suivi avec une attention toute particulière l’instauration délibérée d’un chaos politique par le Front Commun pour le Congo et le Cap pour le Changement (FCC et CACH), deux plateformes politiques qui ont fraudé les élections du mois de décembre 2018 en confisquant le vote du peuple congolais pour maintenir le régime d’occupation sous le vocable fallacieux de «coalition».

L’APARECO rappelle que ce holdup électoral, le plus scandaleux et le plus abject de l’histoire de la RDC depuis son indépendance, a été dès le début très vigoureusement dénoncé par la Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO) qui avait déployé des observateurs dans plusieurs bureaux de vote à travers tout le pays. L’Église catholique exigea la restitution exacte des résultats de vote en publiant ceux-ci bureau par bureau comme l’exige la loi. Cette position de la CENCO fut reprise et étayée par les États-Unis d’Amérique et par les pays de l’Union Européenne. Mais quelques jours après, pour des raisons que l’on peut aisément imaginées, l’Église catholique, les États-Unis d’Amérique ainsi que l’Union Européenne ont revu leur déclaration à la baisse, et ont décidé de proclamer, ex-nihilo, que la RDC venait de connaître la première alternance pacifique, démocratique et civilisée de son histoire !

Mais deux années après la mascarade, le mensonge a été rattrapé par la vérité :

  • D’un côté, Félix Tshisekedi, choisi et placé par «Joseph Kabila» à la présidence de la république sans impérium, et fortement tancé par sa base de l’UDPS pour avoir cédé tout le pouvoir à son «partenaire» du FCC, a multiplié des demandes pressantes et des subterfuges pour obtenir une possibilité de revoir les termes du partage de pouvoir fixés par l’accord secret signé avec «Joseph Kabila». 

 

  • De l’autre côté, «Joseph Kabila» s’est méfié de Félix Tshisekedi, parce qu’il a été alerté par la pression que les États-Unis d’Amérique et certains pays de l’Union Européenne exercent sur son «partenaire» pour le pousser à le chasser du pouvoir autrement dit, à lui arracher le contrôle du marché minier qu’il a confié à la Chine et à la Russie avant la fin de son mandat à la tête de la RDC.

Après deux années d’un jeu hypocrite de «je t’aime moi non plus» au sommet de l’État, les deux «alliés-ennemis» ont jeté le masque pour s’engager dans un pugilat politique qui a pris le peuple congolais en otage. En effet, Félix Tshisekedi a décrété une série de consultation populaire qui a duré près d’un mois, en vue de constituer ce qu’il a qualifié d’«Union sacrée ».

Mais au bout d’un mois de paralysie des appareils de l’État, Félix Tshisekedi a présenté au peuple congolais un résumé de ses memoranda. Cependant, il a pris soin de l’élaguer de tous les problèmes fondamentaux qui constituent les vraies préoccupations du peuple congolais et les profondes causes de la crise qui ébranlent la stabilité même de la République Démocratique du Congo.

A la lumière de tout ce qui précède,

  1. L’APARECO considère Félix Tshilombo Tshisekedi comme principal traitre de la nation. Car c’est lui qui a négocié secrètement, des années et des mois avant les élections de décembre 2018, le «glissement» d’abord et ensuite le maintien frauduleux de Joseph Kabila au pouvoir, à la suite des rencontres secrets d’Ibiza, de Nice et de Paris. Et c’est grâce aux accords conclus successivement avec Vital Kamerhe et avec Joseph Kabila que Félix Tshisekedi est parvenu à bloquer et à détourner la volonté du peuple congolais qui voulait se débarrasser définitivement du régime de l’imposteur rwandais Joseph Kabila en décembre 2018.

 

  1. L’APARECO dénonce la prétendue coalition FCC-CACH conçue par Kabila pour garantir son maintient au pouvoir. En effet, avec la complicité active de Félix Tshisekedi, Joseph Kabila a réussi à se maintenir au pouvoir pour parachever le processus d’occupation et de balkanisation de la RDC entamé depuis l’invasion du Zaïre en 1996.

 

  1. L’APARECO dénonce et condamne les propos mensongers de Félix Tshisekedi. Ce dernier a en effet menti à l’issue des élections de décembre 2018 et il continue de mentir au peuple congolais sans sourciller, en déclarant dans son adresse que le FCC l’empêche d’exécuter son programme pour lequel il l’a élu. Or, la vérité est qu’il n’a jamais été élu, et il n’a jamais présenté une ébauche de programme au peuple congolais!

 

  1. L’APARECO stigmatise et condamne l’omission volontaire par Félix Tshisekedi, dans son adresse à la nation, des préoccupations majeures des congolais qui touchent à la souveraineté et à la survie même de la nation congolaise. Il s’agit notamment :

 

    • De l’occupation de la RDC : avec la présence des armées du Rwanda dans le Kivu, de l’Ouganda dans l’Ituri, de la Zambie dans le Nord Katanga et de l’Angola dans le Bandundu, la RDC a perdu sa souveraineté et l’intégrité de son territoire.

 

    • Du dossier litigieux de la création illégale de la commune de Minembwe : Ce dossier a provoqué une crise nationale à cause des intentions avérées des immigrés tutsis rwandais au Congo, les Banyarwanda autoproclamés «Banyamulenge», qui voudraient faire de cette commune leur base arrière dans le processus d’occupation et d’annexion au Rwanda de cette partie Est de la RDC ; alors que parmi les congolais consultés par Félix Tshisekedi, plusieurs délégations des congolais originaires du grand Kivu lui ont bel et bien présenté les mémos pour exprimer leurs préoccupations à ce sujet. Tout le monde attend (vainement) les instructions de Félix Tshisekedi au Premier ministre pour signer le décret annulant la création de cette commune. A la place, le peuple congolais a appris plutôt la décision du président de la république annonçant la démission imminente du premier ministre suite à la nomination très prochaine d’un informateur!

 

    • De l’insécurité à l’Est de la RDC: plusieurs délégations ont exprimé leurs grandes préoccupations au sujet des promesses sans suite de Félix Tshisekedi pour mettre fin aux nombreux assassinats de masse et aux viols que les ennemis du peuple congolais continuent de commettre impunément dans cette partie de la République !

 

    • De la constitution du Tribunal Pénal International pour le Congo : malgré la demande expresse du Dr Denis Mukwege et des autres groupes de congolais consultés, et qui ont demandé à Félix Tshisekedi de constituer rapidement un Tribunal Pénal International (TPI) pour le Congo en vue de punir les nombreux auteurs des crimes de guerre et crimes contre l’humanité dénoncés essentiellement par le rapport Mapping, l’adresse de Félix Tshisekedi n’en a fait aucune mention, comme pour exprimer son dédain sur le sujet !

 

  1. L’APARECO dénonce et condamne l’instauration de la violence, de la barbarie, du vandalisme, du terrorisme et de la corruption comme méthode de gestion de la République. Des fréquentes scènes ubuesques et d’un autre âge qui ont conduit à la mise à sac du siège du Parlement, démontrent que la RDC poursuit sa déliquescence et sa descente aux enfers dans tous les secteurs et domaines de l’État.

 

  1. L’APARECO dénonce et condamne avec énergie l’ingérence des puissances du Nord qui veulent transformer la RDC en terrain d’affrontement pour le contrôle de ses minerais ! Elle dénonce l’attitude des États-Unis d’Amérique qui tiennent à se servir de Félix Tshisekedi comme arme, et cela sans aucune considération pour l’intérêt du peuple congolais. Leur seul objectif est de punir Joseph Kabila pour avoir signé des contrats miniers juteux avec la Chine et la Russie, leur octroyant par là des gisements miniers jugés excessivement importants. L’APARECO dénonce et condamne la mobilisation militaire par la Russie pour faire face à l’offensive américaine et de ses alliés européens de l’OTAN en RDC. L’APARECO demande aux uns et aux autres de respecter la souveraineté du peuple congolais et l’intégrité du territoire congolais !

 

  1. L’APARECO appelle le peuple souverain de la République Démocratique du Congo à ne pas céder aux chants des sirènes et à ne pas se laisser séduire par la danse de ventre des politiciens véreux qui se battent comme des chacals et veulent mettre notre pays à feu et à sang pour satisfaire leurs appétits morbides !

L’APARECO invite tous les patriotes congolais, hommes, femmes, enfants, vieillards, civils, militaires, religieux et laïcs, au-delà de nos appartenances sociales, religieuses, ethniques ou tribales, le moment est venu de nous mettre ensemble en vue de former un bouclier et une phalange grecque pour résister à tous ceux qui veulent NOUS sacrifier pour disposer des richesses immenses que Dieu nous a donnés !

Avec Dieu, nous vaincrons !

Ingeta !

Fait à Paris, le 12 décembre 2020

Honoré Ngbanda-Nzambo

Président national de l’APARECO

Facebook Comments
Candide Okeke

About Candide Okeke

Comments are closed