VIDEO & TEXTE/ La femme congolaise, complice ou ennemie de la médiocrité de la classe politique congolaise ?

L’image contient peut-être : 4 personnes, texte qui dit ’La femme congolaise, complice ou ennemie de la médiocrité de la classe politique congolaise ? Message de VPN/APARECO Candide OKEKE l'occasion la journée des femmes de la résistance à Bruxelle TEXTE & VIDEO "Puisque le monde reste insensible à nos larmes, nous devons trouver nous-mêmes des armes pour nous défendre"’

 

Message de la VPN/APARECO Candide OKEKE à l’occasion de la journée des femmes de la résistance congolaise à Bruxelles

– Samedi 07 Mars 2020 – 

La femme congolaise, complice ou ennemie de la médiocrité de la classe politique congolaise ? 

Chers compatriotes, c’est un plaisir pour moi d’être parmi vous aujourd’hui à l’occasion de la journée internationale du 08 mars consacrée partout à travers le monde aux droits des femmes.  

Malheureusement, cette journée qui permet dans certains pays de rendre hommage aux femmes est devenue pour nous, congolaises et congolais en particulier, une occasion de faire le bilan sur la tragédie qui perdure en RDC et qui a  fait de la femme congolaise la première cible de cette guerre que mènent les forces d’occupation contre notre peuple depuis plus de deux décennies.

Cette année encore, force est de constater que notre pays ne s’est pas encore débarrassé de cette triste et honteuse étiquette de “la capitale mondiale du viol”.  Car les chiffres des victimes de cette tragédie que vit notre peuple sont tous plus alarmants les uns que les autres : 

  • En plus des centaines de milliers de femmes violées chaque année depuis le début de l’occupation de la RDC, ce qui vaut à notre pays d’être considéré comme le pays le moins sûr pour les femmes dans le monde , la guerre d’occupation a causé la mort de plusieurs millions de nos compatriotes . Leurs chiffres varient de 6 à plus de 12 millions. 
  • Nous comptons également en 2020, selon le HCR, plus de 5 millions de congolais déplacés internes, soit l’équivalent de la population du Congo Brazzaville,
  • L’indice de développement humain (dont le calcul est basé sur l’éducation, la santé et les revenus des habitants) a baissé en 2019,  nous sommes passés de la 176eplace à la 179e  sur 189 pays répertoriés. 
  • Seul 7% de notre population a accès à l’électricité  . Quant à l’accès à l’eau potable , il reste un luxe pour la majorité de notre population urbaine,  et ce, malgré les nombreux cours d’eau dont regorgent la RDC (à savoir plus de 50% des réserves en eau (surface et souterraine) du continent africain).
  • Le chômage touche 80 % de la population active, incitant de nombreuses femmes à la prostitution pour pouvoir survivre. La liste est longue. Très longue ! 

Chers compatriotes, 

Je pense que je ne vous apprends rien,  en vous disant que depuis plus d’une décennie, le monde entier sait que notre pays, la RDC, a fait des mauvais records, sa spécialité. Car la médiocrité est devenue pratiquement sa marque de fabrique !

Ces dernières années tous les congolais sont à mesure de se rendre compte que plusieurs membres de son élite corrompue n’ont fait que  leur vendre des chimères. Celles d’une libération utopique qui n’est jamais venue, ou encore celle d’élections à répétition qui ont au contraire renforcé le pouvoir d’occupation de la RDC par le Rwanda et ses alliés et complices à travers le monde. 

Aujourd’hui, la fameuse alternance que l’on a fait miroitée à une bonne frange de notre population comme la solution miracle qui devrait aider les congolais à sortir de la crise, cette prétendue alternance a aujourd’hui dévoilé à tout le monde son véritable visage. En effet, au bout d’un an de « mandat », la seule véritable prouesse réussie par  Félix Tshisekedi est celle d’avoir alterné «Kabila» avec «Kabila» ! 

Et ce sont les fanatiques et parlementaires debout de l’UDPS qui illustrent bien cette prouesse de leur chef, FATSHI, en réclamant chaque matin à tue-tête le divorce avec …Kabila ! C’est dire que plus que jamais, la RDC n’est tombée aussi bas ! Jamais, depuis le début de l’agression et de l’occupation de la RDC, la souffrance et la misère du peuple congolais n’ont été aussi grandes ! Le désespoir du peuple congolais est aujourd’hui à son comble !

Grâce à un arrangement abjecte et ignoble à travers lequel un fils du pays a choisi de brader la souveraineté de la RDC pour un strapontin mieux, une simple illusion du pouvoir, un bout de tapis rouge, l’ancien kadogo rwandais qui se fait appeler «Joseph Kabila» s’est gaussé du peuple congolais. Il s’est choisi comme dauphin le fils de l’opposant emblématique au sein de l’«opposition congolaise» qu’il a infiltrée et corrompue à gré. Et entre ses frères congolais et ses voisins agresseurs,  Félix Tshisekedi a choisi les voisins, sacrifiant ainsi gravement le destin de millions de ses frères congolais. 

En cette journée où l’on évoque les droits des femmes, il nous revient  à nous les femmes de la résistance congolaise de réfléchir sur la manière dont la femme congolaise en général doit procéder, pour apporter sa contribution active à la résolution de la grave crise dans laquelle notre pays ne cesse de s’enfoncer. Car nous devons en finir avec l’occupation de la RDC en stoppant le processus de balkanisation en cour, pour faire respecter les droits des congolais et partant, ceux des femmes congolaises.    

Voilà pourquoi, la femme congolaise doit s’interroger sur le rôle qu’elle est appelé à jouer pour contrer le naufrage politique qui enfonce actuellement notre pays dans le désastre auquel nous assistons aujourd’hui. C’est cela même le sens profond de notre rencontre d’aujourd’hui.

xxx

Chères sœurs et chers compatriotes,

Il y a quelques mois, les congolais ont été nombreux à saluer la prise de position du cardinal Monsegwo qui avait déclaré au sujet de la RDC, je le cite : «Que les médiocres dégagent !»   

Je voudrais à ce sujet vous poser une question : quand vous observez la situation dans laquelle se trouve la République démocratique du Congo aujourd’hui, avez-vous  vraiment l’impression que les médiocres ont dégagé? Surement pas ! 

Femmes congolaises, nous ne pouvons plus continuer ainsi. Nous ne pouvons plus et nous ne devons plus, accepter de regarder passivement un groupe d’individus congolais ou pas , s’accaparer frauduleusement du pouvoir en RDC et opérer leur casse du siècle aux dépens du peuple congolais déjà si meurtri. 

De toute évidence, une frange de l’élite congolaise ne cesse de trahir la RDC en privilégiant ses intérêts individuels et en se faisant régulièrement les complices des ennemis du peuple congolais. Mais il est plus que temps pour tout le peuple congolais, y compris la maman congolaise, de tirer les conséquences de ces trahisons et de cette duplicité à répétition, au risque de devenir nous aussi, sciemment ou pas, les artisans de notre propre malheur. 

Chers compatriotes, 

En complicité avec les occupants rwandais et autres, une bonne partie de la classe politique congolaise vous a menti à Sun city sur les véritables causes de la crise actuelle, et y a cédé notre souveraineté en octroyant aux occupants rwandais le poste régalien de la Défense et de la Sécurité nationales. 

Ces mêmes politiciens vous ont à chaque fois promis la paix en vain en échange de votre participation à des simulacres d’élections qui n’avaient pour vrais objectifs que de leur permettre de se partager le gâteau du pouvoir et de l’argent. Pendant ce temps, le peuple congolais, lui, continuait à tirer le diable par la queue.

La majorité d’hommes politiques congolais accepte volontiers de voir la population congolaise consentir des sacrifices avec leurs familles, tandis qu’eux-mêmes n’acceptent jamais de sacrifier une petite portion de leurs avantages. Bien au contraire, ils sont accrochés becs et ongles à des postes que leur offrent les occupants au sein de nos institutions et des de diverses entreprises. Or, comme chacun le sait, c’est leur présence au sein de ces institutions qui a toujours servi à légitimer le régime d’occupation dans notre pays. 

Femmes congolaises, au bout de tant d’années  de déception, de souffrance et d’humiliation de notre population, l’APARECO exhorte les mamans congolaises qui luttent au sein de la résistance congolaise à faire du réveil nationale et de la mobilisation du peuple congolais leur priorité parmi leurs préoccupations quotidiennes.

 

Puisqu’il est dit que derrière chaque grand homme il y a une grande dame, la femme congolaise devrait se sentir interpeller devant la médiocrité qui a élu domicile au sein de la classe politique congolaise. Si nos hommes sont devenus des corrompus, des traitres et des complices des bourreaux du peuple congolais, cela laisse supposer que nous-mêmes, femmes congolaises, nous portons une lourde part de responsabilité dans leur comportement ! Aidons donc nos hommes, nos pères, nos fils à devenir tous des grands acteurs de la libération de la RDC. 

 

Mais n’hésitons pas non plus à prendre les devants en initiant des actions ou en commençant à nous organiser partout où nous sommes pour promouvoir le soulèvement populaire qui sauvera la RDC.

Femmes congolaises, le peuple congolais n’a-t-il  pas encore assez souffert pour que vous vous mettiez debout et exigiez la fin de tant d’horreurs ? 

Si plusieurs politiciens continuent à profiter des congolais, c’est parce que certains congolais choisissent eux-mêmes de ne pas se montrer plus vigilants et exigeants.

A l’heure où les ennemis de la RDC font des femmes congolaises leurs premières cibles pour empêcher qu’elles soient des sources de vie, nous devons à tout prix rompre avec la peur et l’inaction.

 

Puisque  le monde reste insensible à nos larmes, nous devons trouver nous-mêmes des  armes pour nous défendre. Et la première consiste à exiger des hommes politiques congolais, en toute circonstance, la vérité  sur la situation de crise qui sévit en RDC . 

Dans un pays où plus de la moitié de la population est composée de femmes, leur silence et leur inaction face à de grands défis dont celui de la libération de la RDC ne peuvent qu’handicaper gravement le combat patriotique de libération et faire de nous des complices de nos bourreaux et partant, de notre propre malheur. 

Vous, les héroïnes dans l’ombre qui veillez au quotidien et au bien-être des membres de votre famille ; 

Vous, les sentinelles des maisons  qui veillez à ce que chaque membre de la famille soit bien levé le matin et bien servi avant d’aller qui au travail, qui à l’école, qui à l’église, ou ailleurs etc … 

Où êtes-vous donc, femmes congolaises ? Où sont donc les Kimpa Vita parmi vous ? Où sont les Esther de la Bible ? Où sont les gardiennes du temple ,  pour veiller à ce que chaque congolais se tienne debout prêt à combattre pour défendre notre terre ?  

Où sont nos Myriam Makeba, nos Winnie Mandela, prêtes à utiliser  leurs voix et toutes leurs énergies aux côtés des hommes pour soutenir la lutte de libération du peuple congolais ?  

Chères sœurs et chers compatriotes,

La savant Albert Einstein a dit avec raison, je le cite : « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.» Si nous sommes réunies ici en ce jour, c’est parce que nous refusons de faire partie de ces spectatrices qui regardent passivement la RDC sombrer sans rien faire. 

L’APARECO vous invite donc à rejoindre sans tarder la résistance congolaise.

L’image contient peut-être : 7 personnes, personnes debout, chaussures et plein air

 

Facebook Comments
Comments are closed