ALERTE/ URGENT-Accord UE/RWANDA & transfert des migrants en provenance de Libye – L’invasion de la RDC au cœur des enjeux ! (APARECO NEWSLETTER)

APARECO NEWSLETTER

Que cache l’accord que l’Union Européenne négocie avec le Rwanda pour le transfert des migrants bloqués en Libye?

L’invasion de la RDC au cœur des enjeux !

Par Honoré Ngbanda-Nzambo Ko Atumba – Paris, le 15 Septembre 2019

VERSION VIDEO: 

«Le silence devient un péché lorsqu’il prend

la place qui revient à la protestation»

(Abraham Lincoln)

VERSION TEXTE:

Cette affaire en apparence anodine devrait cependant interpeler  les africains, et particulièrement les congolais de la République dite démocratique du Congo. Le quotidien américain, The New York Times,  vient de révéler tout en le critiquant sévèrement un accord financier que l’Union Européenne est sur le point de conclure discrètement avec le Rwanda pour que ce pays accueille des migrants demandeurs d’asile en provenance de la Libye. Il s’agit en fait des migrants originaires d’Asie, du Moyen-Orient et d’Afrique bloqués en Libye en attente de la suite de leur demande d’asile en Europe. L’objectif poursuivi par l’Union Européenne à travers cet accord serait donc d’empêcher l’entrée de ces «intrus» sur le continent européen.  

Au-delà du cynisme  légendaire des Européens qui préfèrent toujours déverser sur les autres continents dont particulièrement l’Afrique, toutes les sales et puantes poubelles de leurs sociétés, cet accord-ci doit interpeller particulièrement le peuple congolais et ses dirigeants politiques (s’il y en a) et cela, à cause de certains paradigmes troublants et inquiétants qui sous-tendent cet accord. Parmi ces paradigmes, celui qui nous intéresse ici est le profil du Rwanda, le pays africain choisi par l’Europe, sur initiative de la France, pour y détourner le flux des migrants en provenance de la Libye vers l’Europe.

Le choix du Rwanda parait, à n’en point douter, une énorme incongruité de la part de l’Union Européenne. En effet, tout le monde sait, en commençant par les experts des gouvernements européens, que le Rwanda souffre affreusement d’un terrible contraste d’une démographie galopante d’une part, et de l’extrême exiguïté de son territoire de l’autre. Le Rwanda, avec ses 24.670 Km²seulement d’étendue, souffre par contre d’une densité moyenne de la population la plus élevée de l’Afrique, soit  512 habitants par Km² ! Pour mieux appréhender la gravité du problème, il suffit simplement de considérer la République Démocratique du Congo voisine. Avec ses 2.345.410 Km²elle n’a qu’une densité moyenne d’environ 40 habitants seulement par Km² ! C’est d’ailleurs cette situation qui est à l’origine des tensions permanentes entre les deux ethnies tutsie et hutue qui se disputent en permanence des terres arables dans leur pays. C’est cette situation aussi qui provoque chez les Rwandais, hutus et tutsis confondus, la convoitise des vastes terres congolaises.

On choisissant le Rwanda pour accueillir le flux des migrants, l’UE sait qu’il choisit là un pays qui n’est pas capable d’héberger sa propre population par manque d’espace. Les experts européens n’ignorent certainement pas qu’en 2011,  dans la presse française, Le Courrier International avait révélé la décision du gouvernement rwandais de Paul Kagamé de lancer une campagne de stérilisation masculine. Et à ce effet, 700.000 volontaires rwandais avaient été sollicités pour se faire vasectomiser en vue de limiter la croissance démographique galopante. Le ministre rwandais de la Santé de l’époque, monsieur Richard SERIBERA, déclarait avoir préféré cette méthode de la vasectomie parce qu’elle comportait moins de risques post-opératoire et parce qu’elle coûtait moins chère que la stérilisation féminine ! Le quotidien New  Times à Kigali avait même estimé que le Rwanda est le seul pays d’Afrique à prôner la vasectomie comme moyen de contraception pour freiner la démographie. Comme on le voit, la problématique de la démographie au Rwanda est donc bel et bien connue de tous, et les experts de l’Union Européenne ne peuvent pas prétexter de l’ignorer.

Dès lors, nous sommes en droit de nous interroger pourquoi les experts de l’UE ont, malgré tous ses paradigmes, décidé de jeter leur dévolu sur le Rwanda ? Quel est donc le bienfondé de cette démarche de l’UE qui négocie un accord financier avec un petit pays enclavé, souffrant justement du problème d’espace pour ses propres populations, afin qu’il accueille sur son territoire exigu plusieurs milliers de migrants ? Que cache donc en réalité la bizarrerie de cet accord ? Quelle est la vraie destination finale de ces migrants ? Quel est le rôle que l’Occident voudrait bien faire jouer à Paul Kagamé dans cette mise en scène? Quelle est la vraie récompense du Rwanda dans ce deal ?  Telles sont des questions qui méritent d’être posées.

Et toutes ces questions nous amènent à nous interroger sur une autre incongruité des dirigeants d’Europe. Il s’agit, vous en doutez, de l’invitation du président rwandais Paul Kagamé à participer au dernier sommet du G7 qui a eu lieu à Biarritz en France en août 2019. Là aussi, objectivement, la présence de Paul Kagamé n’obéit à aucune logique. D’abord, parce que Paul Kagamé a fini d’assumer la présidence tournante de l’Union Africaine, et ensuite, parce que le Rwanda, par sa taille géographique, démographique et économique, est loin de représenter le poids économique de l’Afrique auprès du G7.

A cette drôle d’invitation il faut ajouter l’attitude incongrue de la France vis-à-vis du Rwanda et de son président Paul Kagamé. En effet, après avoir accordé la présidence de la Francophonie au Rwanda malgré les nombreux actes flagrants d’hostilité des dirigeants politiques rwandais contre la Francophonie, le président Macron vient d’annoncer à Paul Kagamé à Biarritz  l’ouverture de l’Institut de la francophonie au Rwanda. Cette décision est humiliante pour le peuple congolais quand on considère que la République Démocratique du Congo, qui est le premier pays francophone au monde, ne retient nullement l’attention des dirigeants français dans cet espace francophone ! Et cerise sur le gâteau, monsieur Macron a  informé son homologue rwandais, Paul Kagamé, du retour de l’Agence française de développement (AFD) au Rwanda !

Il y a donc lieu de s’interroger sérieusement sur ce que le Rwanda a de si particulier pour être aussi fortement courtisé par la France et l’Union Européenne. A mon humble avis, la réponse à cette question réside dans la qualité et  la valeur de ce que Paul Kagamé offre en échange aux pays d’Europe.

A ce sujet, la stratégie des lobbyistes tutsis consiste à présenter la RDC à l’Occident comme étant une marchandise précieuse, un trésor mondial qu’on a eu tort d’abandonner entre les mains d’une classe politique congolaise incapable et irresponsable. Et face à ce triste tableau, Paul Kagamé et le Tutsi-power sont en train de se présenter eux-mêmes à l’Occident comme une meilleure alternative. Ils sont en passe de convaincre les pays occidentaux qu’ils seront pour eux les meilleurs gardiens et gestionnaires de cette «Terra nullius» qu’est la RD Congo.  

Les Congolais doivent considérer ce problème avec tout le sérieux ! Car, à mon humble avis, c’est en cette qualité-là que Paul Kagamé  a été invité auG7, et c’est aussi en cette même qualité que l’UE négocie avec lui le détournement de plusieurs milliers de migrants bloqués en Libye en attente de leur agrément pour immigrer en Europe. Et comme les dirigeants européens à court de solution ont décidé unanimement de refuser l’accès à leur continent à ces refugiés, Paul Kagamé apparait du coup à leurs yeux comme l’homme providentiel qui peut absorber cette masse indésirable de migrants, quitte à les déverser s’il faut en RDC, ce pays que ces mêmes puissances européennes entendent lui confier pour gérer et « protéger » ! Le Rwanda ne sera donc  probablement pas la destination finale  de ces migrants. Car il n’est qu’un simple pays de transit. Et n’oublions pas que Paul Kagamé n’est pas à sa première tentative du genre. Il a déjà tenté en 2015 la même opération de transfert de 45000 réfugiésafricains d’Israël vers le Rwanda !  C’est grâce au tollé que ce projet avait provoqué partout à travers le monde que cette entreprise fut abandonnée.

Mais cette fois-ci, Paul Kagamé dispose d’un atout très précieux, il s’agit du   soutien complice de l’UE à son projet de transfert des populations rwandaises vers les terres congolaises du Kivu à l’Est de la RDC. Car, en compensation du transfert des milliers de migrants venus de Libye vers le Rwanda, Kagamé entend bénéficier du silence complice de l’UE qui fermera ainsi les yeux et les oreilles quand Kigali déversera à son tour sur le territoire congolais des millions des populations rwandaises. Tel est le fond du marché qui se négocie sur le dos du peuple congolais !

C’est pourquoi les congolais de tous les bords doivent, toutes affaires cessantes, se mobiliser pour dénoncer et empêcher cette opération machiavélique visant à déverser vers la seule Afrique des milliers de migrants bloqués en Libye et qui demandent asile, non en Afrique, mais en Europe ! Car cette opération présage donc d’une vaste invasion de la RD Congo.

Et pour ce faire, les Congolais ne doivent nullement compter sur leur président de pacotille, Félix Antoine Tshilombo Thsisekedi, totalement soumis à Paul Kagamé et au lobby tutsi rwandais. Les Congolais doivent se mobiliser eux-mêmes pour dénoncer et repousser cette nouvelle forme d’invasion qui se cache astucieusement derrière cet accord des dupes entre l’UE et le Rwanda!

Facebook Comments
Comments are closed