URGENT-Message d’Honoré Ngbanda aux officiers et militaires congolais après la dernière purge au sein des FARDC

 URGENT

Message d’Honoré Ngbanda aux officiers et militaires congolais après la dernière purge

au sein des FARDC

« Kabila » a parachevé sa mission de mise à mort de l’Armée congolaise ! 

731 officiers supérieurs et 3000 militaires congolais mis à la retraite 

Dans mon adresse aux mamans patriotes congolaises à Bruxelles le 25 novembre 2017, je leur prédisais à l’intention de tous les congolais : «Bolinga, bolinga te, bokotelema !» (Traduction : Que vous le vouliez ou pas, vous finirez par vous lever). Ce disant, je ne voulais nullement faire allusion à l’usage de je ne sais quelle force physique. Loin s’en faut ! Mais je voulais plutôt prévenir tous les congolais, y compris (surtout) les militaires, qu’avec l’évolution du processus d’occupation en cours en RDC, il arrivera un moment où les circonstances nous obligeront tous de nous lever pour nous battre malgré nous ! C’est ce qui arrive aujourd’hui à ceux des généraux, officiers supérieurs, officiers, sous officiers, caporaux et soldats congolais qui pensaient que le fléau de l’occupation ne les concernait pas. Aujourd’hui, ils sont tous rattrapés par le filet de l’oiseleur.    

Après les opérations successives d’injection des Rwandais dans les FARDC et la Police nationale, «Joseph Kabila» vient ainsi de donner un coup de grâce à ce qui restait encore de l’Armée nationale congolaise en procédant à l’épuration des derniers officiers et militaires congolais au sein de l’Armée nationale!

Voulant échapper à l’étau de la pression internationale et de la colère montante du peuple congolais, le think tank du tutsi-power a décidé de passer à la vitesse supérieure en parachevant ainsi l’exécution du « plan Ruberwa», du nom de son auteur qui l’avait conçu alors qu’il était Vice-président de la République ayant dans ses attributions la Défense nationale et la Sécurité de la République Démocratique du Congo.

Et déjà en 2004, dans une salle de conférence de l’hôtel Plazza (aujourd’hui hôtel NH Brussels Bloom) situé sur 250, rue Royale, Place Botanique à Bruxelles, et m’adressant pour la première fois à une brochette de 64 officiers congolais ex-FAZ (ils s’en souviendront), j’avais attiré leur attention sur la dangerosité de la stratégie des hégémonistes tutsis. Cette stratégie à moyen et long terme consistait à miser essentiellement sur le vieillissement des officiers et des militaires congolais des ex-FAZ pour procéder à leur remplacement progressif par les officiers et militaires rwandais plus jeunes (les «kadogos») qu’ils allaient infiltrer par «vagues» au sein des FARDC et de la Police nationale congolaise (PNC). Je me souviens qu’après cette rencontre, certains parmi mes interlocuteurs ont mené une campagne pour dissuader leur compagnons d’armes à ne pas me suivre, arguant que j’affabulais dans le seul but de les recruter pour mes «ambitions politiques». Mais quelques mois seulement après, démarraient les fameuses «opérations mixtes et conjointes» entre les armées rwandaises et congolaises à l’Est de la RDC, sous prétexte d’éradiquer les FDLR hutus qui continuent pourtant d’opérer jusqu’à ce jour. Ces manœuvres faisaient partie du plan de Kagame et « Kabila » pour introduire  sur notre territoire plusieurs bataillons rwandais qui se sont ajoutés aux autres bataillons rwandais opérant déjà sur le territoire congolais sous couvert des fausses rébellions du CNDP et du M23. Toutes ces mises en scène savamment planifiées ont ouvert la voie plus tard aux fameuses opérations de «mixage» grâce auxquelles des bataillons entiers des rwandais ont été «officiellement» injectés au sein des FARDC et de la Police nationale congolaise.

Près de dix ans après, je dévoilais et dénonçais à l’issu de mon enquête un rapport-synthèse du général (rwandais) Simplice NYARHUANDA. Ce rapport adressé en 2014 à James KABAREBE à l’intention de Paul KAGAME attestait fièrement qu’en 10 ans, autrement dit de 2004 à 2014, le Rwanda avait réussi à infiltrer au sein des FARDC et de la PNC plus de 25.000 militaires et 354 officiers rwandais dont 32 généraux, 140 colonels et 70 majors. Et pour céder la place aux officiers rwandais, «Joseph KABILA» avait déjà pris la précaution, le 7 juillet 2013, de signer une série de trois ordonnances numéros 13/082, 13/086 et 13/087 pour mettre en retraite 37 généraux et 445 officiers supérieurs congolais. Les officiers rwandais infiltrés se sont vu confiés par « KABILA » la presque totalité des postes stratégiques au sein des FARDC et de la PNC. Certains postes-clés ont été clairement cités dans ce document d’enquête que j’ai publié le 12 février 2015. Je l’avais fait dans le but d’alerter, au-delà du peuple congolais, mes compatriotes généraux et officiers supérieurs au sein de l’armée et de la Police. J’avais voulu ainsi leur donner la preuve que le «Plan Ruberwa» dont je leur avais parlé il y a 10 ans à Bruxelles était toujours en marche. Mon souci était de leur faire comprendre que chaque année accordée à « Kabila » et au Tutsi-power en RDC leur donnait l’avantage de peaufiner leur stratégie de la mise à mort de l’Armée congolaise, rempart de la souveraineté du peuple congolais et de l’intégrité du territoire national!

Aujourd’hui, avec la purge de 42 généraux, 230 colonels, 200 lieutenants-colonels et près de 3000 militaires congolais que « KABILA » vient de mettre subitement à la retraite, le Tutsi-power vient de parachever le plan de la mise à mort de ce qu’il restait encore de l’armée congolaise. Car, ces 5 dernières années, plus de 500 officiers et 40.000 militaires rwandais ont été infiltrés et positionnés dans toutes les bases militaires stratégiques de la RDC où ils côtoyaient jusqu’hier les quelques officiers congolais bien formés dans les meilleurs académies militaires du monde. Avec la purge qui vient d’être opérée au sein des FARDC, les officiers rwandais restent désormais les seuls maîtres à bord dans toutes nos bases militaires et dans les différentes régions militaires à travers le pays!

Mon appel

Que les généraux et officiers congolais mis à la retraite ne s’avisent pas de croire que leur calvaire est fini. Loin s’en faut ! Car, tant qu’ils seront vivants, ils constitueront toujours une menace pour les forces d’occupation qui, dans leur plan, ont prévu la liquidation totale de toute menace réelle ou potentielle.

Quoi qu’ils fassent et où qu’ils aillent, les généraux et les officiers congolais qui avaient trahi leur serment militaire et servi les occupants du Congo doivent savoir que leurs maîtres rwandais qu’ils ont servi ne les lâcheront pas et ne les laisseront jamais vivre libres et en paix chez eux. Qu’ils ne se trompent pas !

Qu’ils sachent que leur seul salut ne consiste qu’à se joindre au peuple congolais pour mettre hors du territoire national cette cohorte des barbares déterminés à mettre à mort la République Démocratique du Congo en tant qu’Etat et Nation !

Que les politiciens congolais de la prétendue majorité comme de l’opposition sachent eux aussi, qu’au moment où ils courent derrière les chimères des élections et du pouvoir, les occupants rwandais, eux, profitent de leur aveuglement et de leur gloutonnerie insatiable de l’argent et du pouvoir  pour renforcer les dispositifs de la fraude électorale à grande échelle :

 

  • Dans le domaine de l’organisation proprement dite des élections, « Kabila » et le Tutsi-power ont phagocyté la CENI avec des « machines à tricher » et des millions d’électeurs fantômes ; ils viennent en outre d’apporter leur soutien à la candidature de la ministre rwandaise Louise MUSHIKIWABO à la tête de la Francophonie appelée, comme on le sait, à jouer un rôle important dans le processus électoral en RDC;

 

  • Sur le plan judiciaire, ils ont mis en place leurs collabos magistrats pour valider, le moment venu, la 3ecandidature de «Kabila» et légaliser la fraude électorale en rejetant toutes les réclamations;

 

  • Sur le plan politique, ils ont fabriqué de toutes pièces un épouvantail politique, le Front Commun pour le Congo (FCC) qui est en réalité le «Front Contre le Congo », pour donner l’impression au monde que la majorité du peuple congolais, représentée par ces « chiens de Pavlov» affamés et chosifiés, soutiennent «Kabila» et son régime d’occupation ;

 

  • Sur le plan diplomatique, ils ont signé des contrats léonins avec la Russie et la Chine pour leur offrir des concessions minières en RDC en échange de leur vétos, demain, contre les sanctions que voudront prendre demain contre eux, leurs anciens maîtres et alliés occidentaux ;

 

  • Sur le plan financier, ils ont réquisitionné la Banque centrale et toutes les entreprises d’état génératrices des recettes pour monopoliser tout l’argent de l’Etat congolais entre leurs seules mains. Ils ont ainsi appauvri tous les congolais à tous les niveaux, et les ont rabaissés au niveau des mendiants, obligés de vivre tous sous perfusion contrôlée par leurs maîtres rwandais ;

 

  • Sur le plan sécuritaire, ils viennent de parachever, comme nous venons de le montrer, la mise à mort de l’Armée congolaise qui est remplacée par l’armée rwandaise d’occupation. Celle-ci a pour mission d’écraser toute velléité de résistance de la part de l’armée, et priver ainsi le peuple congolais de toute protection ;

 

  • Sur le plan de la liberté d’expression, ils ont muselé la presse indépendante et instauré un régime de peur parmi les journalistes pour garantir le système de la pensée unique qui bannit toute forme de débat démocratique de fond !

 

Et devant ce tableau apocalyptique, le peuple congolais, particulièrement sa jeunesse estudiantine, ouvrière, sportive doit se mettre debout et ne pas se laisser aveugler par les miroirs aux alouettes et les chants de sirènes de ceux qui ont préféré aller à la «mangeoire» dans le but d’assouvir leurs appétits sordides et égoïstes au dépend de la souveraineté du peuple congolais et de sa dignité !

Les humiliations et les exactions que « Kabila » vient de faire subir publiquement Jean-Pierre Bemba ce mercredi 1eraoût lors de son retour à sa terre natale sont plus qu’un message. Hier, ce fils du Rwanda interdisait à un enfant du Congo de rapatrier de Bruxelles la dépouille de son illustre père. Aujourd’hui ce même immigré clandestin interdit à un autre fils du pays d’habiter la maison de son père parce qu’elle est située «trop près de sa résidence» ! Que faut-il encore aux Congolais pour qu’ils comprennent que leur pays ne leur appartient plus ? Que faut-il aux leaders politiques congolais qui drainent aveuglement derrière eux le peuple congolais vers une simulacre d’élections, pour qu’ils comprennent qu’on ne chasse pas les forces barbares d’occupations par des élections démocratiques ?

L’heure est donc venu pour tous les officiers et militaires congolais, retraités ou pas, de se joindre au peuple congolais pour rejeter avec force les appels aux élections, et pour refuser les «cadeaux» politiques (argent, T-shirts, pagnes…etc) que ces politiciens leur jettent avec mépris, comme à des poules auxquelles on jette du maïs au sol, afin qu’ils leur accordent leur légitimité sans laquelle ils ne valent rien !

L’heure du vrai choix a donc sonné : la Patrie ou la Corruption ?

C’est à vous de choisir !

Que Dieu bénisse la République Démocratique du Congo !

Ingeta !

 

Fait à Paris, le 02 août 2018

Honoré Ngbanda-Nzambo Ko Atumba

Président national de l’APARECO

Responsable stratégique du CNRC       

 

 

 

Facebook Comments
Comments are closed