FLASH ! Du Rififi au sein du couple Kagamé : l’arroseur arrosé !

 

Du rififi au sein du couple Kagame :

l’arroseur arrosé !

 Le secret du limogeage d’Eugène Richard Gasana, argentier de Kagame et représentant du Rwanda à l’ONU

  

Pour la grande majorité des pays, le poste d’ambassadeur auprès des Nations Unies à New York est souvent réservé aux hommes de confiance des chefs d’Etat ou des Premiers ministres, selon le régime politique. Et à la fin du mandat, ces hommes de confiance sont souvent gratifiés d’une promotion ou d’une toute autre forme de récompense. Et Dieu sait si ce poste représente un intérêt stratégique pour le président rwandais Paul Kagamé qui est forcé de se battre comme le Diable dans un bénitier pour couvrir les nombreux crimes qui jalonnent sa carrière politico-militaire depuis les années 1980 jusqu’à ce jour.

D’aucuns se souviendront du rôle combien décisif joué par le tonitruant ambassadeur du Rwanda à l’ONU, monsieur Eugène Richard Gasana, connu comme l’homme de confiance de Paul Kagame et son argentier.

Mais depuis le mois d’août 2016, ce bouillant ambassadeur rwandais a  brusquement disparu de la circulation et devenu aphone! C’est donc à partir de ce moment que L’œil du Patriote qui scrute chaque jour tous les faits et gestes des ennemis barbares qui occupent et pillent la République Démocratique du Congo, notre pays, a ouvert discrètement une enquête pour découvrir ce qui se passe réellement derrière les rideaux. Et grâce aux sources évoluant dans l’entourage immédiat du tyran rwandais Paul Kagamé, nous avons pu remonter cette histoire jusqu’aux vraies origines du limogeage d’Eugène Richard Gasana. Mais revenons quelques années en arrière pour mieux comprendre les tenants et les aboutissants de cette affaire.

 

Bref rappel historique

Depuis les années 80, alors qu’il était encore étudiant en République fédérale d’Allemagne (RFA), Eugène Richard Gasana représentait déjà en Europe les intérêts du lobby militaire et politique, le «Tutsi-power». Il fut ensuite membre de la National Resistance Army (NRA) aux côtés de Yoweri Museveni et Paul Kagame lors de l’attaque de l’Ouganda en 1986. Il fut ensuite membres du Front patriotique Rwandais (FPR) aux côtés de Paul Kagame lors de l’attaque du Rwanda en 1990, attaque qui, rappelons-le, fut repoussée par les militaires zaïrois de la DSP envoyés par le président Mobutu.   

Ainsi, très logiquement, après la prise du pouvoir au Rwanda par le Tutsi-power en 1994, Gasana fut nommé par Kagame chargé d’affaires du Rwanda en Allemagne. Et c’est en 2009 que Gasana quittera les nombreux postes qu’il cumulait en Europe, notamment en Allemagne et en Suisse, pour aller occuper celui très stratégique de représentant du Rwanda aux Nations-Unies, poste où il a brillé par des manœuvres et des discours mensongers dont l’objectif ne visait qu’à couvrir les multiples crimes odieux commis par le Rwanda en République Démocratique du Congo.

Selon les témoignages concordant de plusieurs sources, monsieur Gasana jouissait déjà de la confiance sans précédent du couple Kagame depuis les années 1990. La démonstration de cette confiance a atteint son apogée à la nomination de Gasana comme représentant du Rwanda aux Nations-Unies. Car, en plus de ce poste déjà très stratégique, il fut nommé par Paul Kagame Ministre de la coopération nationale «délocalisé» à New York !

Mais cette manifestation de confiance ne s’arrêta pas au seul domaine officiel. Car Eugène Gasana, surnommé «Kinyoteri» en kinyarwanda, ce qui veut dire «clignoteur», a bénéficié de la pleine confiance de monsieur et madame Kagame au point de se voir confié la garde parentale de leurs 4 enfants qui étudient aux Etats-Unis. Nos enquêtes ont pu établir que Gasana jouait déjà ce rôle de «l’ange-gardien» pour Madame Jeannette Kagame depuis qu’il était en poste en Allemagne et en Suisse à cette époque-là, elle aimait beaucoup séjourner en Europe pendant que son conquérant de mari, le va-t-en guerre, était occupé par ses campagnes militaires.

L’arroseur arrosé

Alors que Paul Kagamé se lançait dans des conquêtes hégémoniques pour élargir son empire hima-tutsi au-delà des frontières du Rwanda, il ignorait totalement qu’un autre conquérant et prédateur de son genre se lançait à l’assaut de son foyer. Il ne l’apprendra qu’au mois de mai 2016, lorsqu’un proche ami de son beau-frère (donc le frère de Jeannette son épouse) lui révèlera que son 2e enfant qui joue au basket aux USA n’est pas son enfant, mais en réalité, le fils de son ami et protégé Eugène Gasana. Choqué et hors de lui, Kagame se rend précipitamment aux Etats-Unis et procède au test ADN pour en avoir le cœur net. Le verdict du test est fatal : l’enfant n’est pas de lui ! Kagame en furie embarque illico l’enfant et le ramène avec lui à Kigali. Dès son arrivée, Jeannette Kagame est mortellement tabassée et complètement défigurée par un Kagame hors de lui. Elle n’a eu son salut que grâce à l’intervention rapide des 20 militaires commis à sa garde, et qui ont réussi à l’arracher des griffes de son mari, à l’exfiltrer et à la faire refugier chez ses parents. Ils y ont ensuite opposé une farouche résistance aux militaires envoyés par Kagame pour la récupérer de force. Voyant sa mort venir, Jeannette Kagame lança un appel s.o.s. au président Yoweri Museveni qui débarqua aussitôt pour éteindre le feu. Il est parvenu en effet à convaincre son homologue et frère rwandais à ne pas commettre l’irréparable.

Le 10 août 2016, Paul Kagame réunit le Conseil de Ministre au cours duquel il décide le limogeage et le rappel immédiat de monsieur Eugène Richard Gasana à Kigali. Mais Madame Jeannette Kagame appelle le père de son enfant et lui conseille vivement de ne pas commettre l’erreur de revenir à Kigali où il sera certainement tué. Seulement, Kagame n’avait nullement l’intention de tuer Gasana avant de récupérer son pactole. Car en plus d’être le gardien de sa femme et de ses enfants (les vrais et les faux), Gasana était surtout son argentier. En effet, tout  l’argent de paul Kagame issu du pillage en RDC avec des sociétés maffieuses et des multinationales transitait essentiellement dans les comptes de son homme de main Gasana. Celui-ci le plaçait dans des banques situées dans les paradis fiscaux à travers le monde sous des noms d’emprunts dont il détient seuls le secret jusqu’à ce jour. Ainsi, l’énorme butin que Kagamé a amassé de son pillage en RDC a été à son tour détourné par Gasana. L’arroseur a été ainsi doublement arrosé : sa femme d’un côté et son argent de l’autre lui ont été chipés par un autre filou plus malin que lui. Les derniers commentaires de The Rwandan du mois d’août 2016 signalaient que l’ancien ambassadeur du Rwanda aux Nations-Unies est toujours aux USA, mais il n’est plus dans la résidence officielle et il s’apprête à s’exiler en Allemagne où il posséderait des biens immobiliers. Personne ne dit qu’il l’a vu.

S’il est vrai que Gasana a filé à l’anglaise et se la coule douce quelque part avec l’argent du Congo volé par Kagame, nous nous interrogeons toujours sur le sort du fils de Gasana ramené à Kigali par Kagame. Nous osons croire que sa mère a pu parvenir à le mettre en sécurité, hors de la portée du tyran cocu. Quant à nous, nous poursuivons inlassablement notre enquête pour localiser  Gasana, car nous sommes essentiellement préoccupés par la destination qu’a pris l’argent des biens pillés en RDC par les barbares venus du Rwanda ainsi que leurs complices. Tant il est vrai que nous sommes déterminés à récupérer par tous les moyens, après la libération de la République Démocratique du Congo, tous les biens appartenant au peuple congolais et qui ont été pillés et emportés par des vandales et des barbares.

A bon entendeur…!      

Paris, le 30 avril 2017

Candide OKEKE

L’OEIL DU PATRIOTE

 

 

Facebook Comments
Candide Okeke

About Candide Okeke

Comments are closed