Message des vœux aux Congolais du Secrétaire Général de l’Apareco, M. Clovis Mbikay pour la nouvelle année 2017

Version écrite

 MESSAGE DES VŒUX DU SG APARECO

Chers compatriotes,

Partout ailleurs, la fin de l’année s’apparente à des échanges des vœux augurant des lendemains meilleurs pour les familles, plus particulièrement pour les enfants.
Au nom de la grande famille de l’APARECO et de la résistance congolaise, nous nous sentons malheureusement contraints de déroger à cette joyeuse tradition et cela pour des raisons plus qu’évidentes.

Il n’est plus un secret pour personne que notre pays, la République Démocratique du Congo croupit sous le poids de l’occupation depuis 20 ans, avec une cohorte de misères et des horreurs infernales. Personne n’ignore aujourd’hui les objectifs diaboliques d’occupation, de balkanisation et d’annexion de notre pays que poursuivent les barbares et hégémonistes tutsis rwandais et ougandais.

Mais dans leur cheminement, les agresseurs du Congo avaient surtout compris qu’ils n’atteindraient jamais leurs objectifs sans la complicité active des propres fils et filles du Congo. Ils ont en effet compris que leur plan ne réussirait pas sans l’appui et la collaboration de l’élite congolaise elle-même ! Et pour y parvenir, ils ont recouru à la corruption et l’achat de conscience de l’élite politique, scientifique, religieuse de la RDC pour faire d’elle le fer de lance de leur conquête. C’est alors que le peuple congolais a vu les hommes et les femmes qui formaient jadis la crème de l’élite politique congolaise tomber tour à tour dans le filet de la corruption tendu par les envahisseurs du Congo.

Heureusement, face à cette capitulation générale de notre élite et de notre classe politique, Honoré NGBANDA, bravant les rejets de ses compatriotes, les injures et les calomnies de tout genre, s’est dressé comme une sentinelle pour mobiliser la jeunesse congolaise et la conscientiser face au double danger de l’invasion du pays et de la capitulation de sa classe politique.

Chers compatriotes,

Malgré les nombreuses preuves du danger présentées par le leader de l’APARECO, la classe politique au Congo a fait fi du sort de son peuple et de son pays. Pendant que la RDC compte ses morts en millions et déplore un génocide ignoré par le monde, la classe politique congolaise, elle, se complait dans des dialogues pour obtenir qui un poste ministériel, qui de l’argent et j’en passe. Pendant ce temps, nos mamans, nos sœurs et nos filles sont violées, éventrées, et torturées par des barbares qui occupent toutes les institutions de notre pays du sommet à la base !
Pour jouer son rôle de distraire et d’endormir le peuple congolais, cette prétendue classe politique a formulée des promesses fallacieuses, faisant croire aux congolais que 2016 verra, qu’on le veuille ou pas, la fin du régime Kabila. La population, naïvement confiante à ce qu’elle croit être son élite, y a cru ! Elle a répondu en sortant massivement dans les rues à trois reprises. Et à chaque fois, ces sorties se sont soldées par du sang, des dizaines de morts et plusieurs centaines d’enlèvements suivis de disparitions. Tout le peuple a été berné et le réveil a été de plus que difficile. Les promesses et les mirages annoncés ont abouti au fameux « glissement » de «Kabila» que le peuple rejetait de toutes ses forces. Que de déception ! Que d’humiliation ! Que de colère pour ce peule berné par son élite politique!

Chers compatriotes,

Ce tableau macabre ne nous autorise pas à vous présenter des vœux. Mais il nous incite plutôt à vous inviter à méditer cet appel que le président Honoré NGBANDA a lancé ce 23 décembre dernier, au peuple congolais et à sa jeunesse. Le leader de la résistance congolais y avait dressé un tableau de rappel historique brossant les différentes étapes des 20 années de l’occupation qui, avec la complicité des collabos, ont été jalonnées d’échecs et de déceptions des promesses non tenues.

Voilà pourquoi, à l’étape où nous sommes arrivés, en guise de vœux de fin d’année, le leader de l’APARECO et toute la résistance congolaise avec lui tendent leurs bras tant aux combattants qu’à tous les Congolais qui accepte de s’engager résolument au courant de cette année 2017 à se battre, non pour l’alternance, mais pour l’alternative, non pour la « démocratie» dont les conditions d’application sont impossibles, mais pour la libération de la RDC de l’occupation étrangère, non pour le pouvoir et l’argent, mais pour l’intégrité territoriale de notre pays.

Ne nous y trompons pas, il nous faudra des sacrifices, beaucoup de sacrifices pour libérer notre pays. Si nous avons consenti beaucoup de sacrifices aux multiples appels de la classe politique en sortant dans les rues sans résultat, pourquoi n’en ferions-nous pas autant, à l’appel de l’APARECO et de la résistance congolaise, pour en finir une fois pour toutes avec l’occupation de notre pays et l’humiliation de tout notre peuple?

Sachant que DIEU seul a la maîtrise des temps et des circonstances, et comptant sur l’engagement commun de tous les congolais, nous pouvons alors espérer connaître une année 2017 plus victorieuse et prometteuse pour un Congo libre et prospère!

Que Dieu bénisse la République Démocratique du Congo et son vaillant peuple !

Fait à Bruxelles, le 31 décembre 2016

Clovis MBIKAY

Secrétaire Général de l’APARECO

Facebook Comments
Comments are closed