COMMUNIQUE DE L’APARECO AU REGARD DE LA DÉTÉRIORATION DE LA SITUATION SÉCURITAIRE DANS L’EST DE LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

Quand le laxisme et l’inaction des autorités congolaises face aux agressions du Rwanda favorisent le processus de fragmentation et de division de la République Démocratique du Congo.

L’Alliance des Patriotes pour la Refondation du Congo, APARECO en sigle, exprime sa très profonde indignation au vu de la détérioration poussée de la situation sécuritaire dans les provinces de l’Est de notre pays, la République Démocratique du Congo (RDC), suite aux attaques du Rwanda qui se cache derrière la bannière du M23 qu’il alimente en hommes et matériels de guerre.

L’APARECO dénonce le rôle obscur et pathétique que joue Félix Tshilombo sur la mise en œuvre du plan de balkanisation de la RDC. 

La désinvolture avec laquelle le Fils Tshisekedi s’est désintéressé de l’avenir de notre pays en le mettant, sans état d’âme aucun, à l’entière disposition de ses prédateurs est particulièrement révoltante et atterrante.

La répétition étant la mère des sciences, il s’avère nécessaire et primordial de rappeler les 3 missions assignées à Félix Tshilombo par ses maîtres, Hyppolyte Kanambe et Paul Kagame pour ne pas les citer, à savoir :

  • Primo, Blanchir l’occupation
  • Secundo, Endormir le peuple congolais
  • Tertio, Légaliser l’occupation et la balkanisation du Congo

I lest évident que les évènements qui se déroulent actuellement dans l’Est de notre pays permettent d’éclairer la lanterne d’une bonne partie de nos compatriotes sur certains aspects sur lesquels ils n’avaient que des connaissances limitées voire aucune.

Le document de l’enquête sur le fonctionnement du réseau d’infiltration et du système d’occupation de la RDC par le Rwanda, élaboré par le feu Président national de l’APARECO, Monsieur Honoré NGBANDA, d’heureuse mémoire, et publié en février 2015, identifie formellement les infiltrés Rwandais opérant dans notre pays. (cf : Enquête sur le fonctionnement du réseau d’infiltration et du système d’occupation de la République Démocratique du Congo par le Rwanda – APARECO RDC (info-apareco.com))

Nonobstant toutes ces révélations, il sied de constater que Félix Tshilombo travaille toujours en étroite collaboration avec les individus cités dans ce rapport dont notamment Azarias RUBERWA, le cerveau-moteur ou la tête pensante des occupants et BIZIMA Karaha, le vrai patron des services de renseignement de la RDC à l’époque de « Joseph Kabila », et tant d’autres.

À la lueur de ces considérations et du contexte actuel, il ne fait l’ombre d’aucun doute que la relation entre Félix Tshilombo et Paul Kagame n’a jamais été rompue.

Toutefois, il convient de rappeler que ce qui se passe actuellement dans notre pays n’est que la mise en œuvre des accords signés par le fils Tshisekedi à la suite de sa nomination à la magistrature suprême de notre pays. Car pour lui, la trahison est indissociable de la conquête du pouvoir.

Si et seulement si Félix Tshilombo veut prouver le contraire de ce que dénonce l’APARECO, vu la gravité de la situation et devant ce drame, il lui est demandé ce qui suit :

  • La rupture des relations diplomatiques entraînant la fermeture de notre ambassade à Kigali et le rappel de notre ambassadeur à Kinshasa, et vice-versa ;
  • La fermeture de notre frontière avec le Rwanda ;
  • Dans une certaine mesure, l’érection d’un mur de sécurité le long de notre frontière avec le Rwanda.
  • Donner les moyens adéquats à notre armée pour la riposte contre le Rwanda et son M23.

Une réflexion est déjà menée sur les conséquences de ces mesures sur nos propres populations et les mesures d’accompagnement appropriées sont déjà élaborées à cet effet.

Dans le cas contraire, le peuple congolais est avisé que la libération de notre pays passera, sans tergiversations, par un vrai soulèvement, en ce compris la neutralisation de Félix Tshilombo qui constitue le rempart des ennemis de notre pays et, par conséquent, la source de notre malheur.

Ainsi, pour éviter que la disparition de notre nation soit effective, nous (peuple congolais) devons, sans ménagement, le plaquer au sol comme nous l’avait recommandé le feu Président Honoré NGBANDA car notre avenir à tous en dépend.

Les territoires occupés sont entièrement sous le contrôle de l’armée Rwandaise par l’intermédiaire de M23.

A l’instar de Minembwe, la nomination et la mise en place par le M23 des administrateurs dans les territoires occupés qui échappent ainsi au contrôle de l’État, témoignent incontestablement du début de la balkanisation de notre pays. Ceci nous pousse à nous interroger sur le vrai sens de la présence des multiples armées étrangères sur le sol congolais si ce n’est pour concrétiser ce plan de la balkanisation.

Notons que le passage de la phase d’invasion à celle d’occupation est toujours marqué par l’installation des troupes d’occupation sur les territoires conquis. Le soutien de la soi-disant communauté Banyamulenge à la candidature de Félix Tshilombo, montre clairement l’espoir que les Rwandais placent en sa personne et qui prouve que ces territoires occupés leur ont été volontairement cédés.

Que le peuple congolais ne se trompe pas, Félix Tshilombo est le vrai problème de notre pays. Il doit être mis hors d’état de nuire avec toute son équipe pour que notre pays puisse se débarrasser de ces vautours.

En dépit de toutes les manipulations dont on ne fait pas montre le pouvoir de Félix Tshilombo,

les écailles commencent à tomber des yeux des Congolais. Tant mieux car mieux vaut tard que jamais.

La vérité est au bout du couloir.

« On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps », disait Abraham Lincoln.

Fait à Paris, le 14 février 2024

Le Comité National de l’APARECO

Communique-du-14-fevrier-2024-de-lAPARECO_Agression-Rwandaise_0B-1

 

 

Facebook Comments
Comments are closed