ANALYSE DE L’APARECO SUR LES RÉSULTATS DE L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE ORGANISÉE DANS LA DIASPORA CONGOLAISE

Point n’est besoin d’examiner de très près le travail bâclé de la CENI pour établir le caractère manifestement trompeur ou inexact des allégations de monsieur Peter KAZADI, Vice Premier ministre, ministre de l’Intérieur du gouvernement fantoche de Félix TSHILOMBO.

En affirmant, nous citons : « La diaspora est toujours réputée de se ranger dans l’opposition, là nous avons montré le contraire avec la victoire du président Tshisekedi. », le sieur Peter KAZADI, pour ne pas le citer, a délibérément avancé des âneries qui reflètent les valeurs morales de la conduite de ce gouvernement des marionnettes.

Les imputations immorales selon lesquelles la diaspora congolaise se range désormais derrière le régime des collaborateurs des occupants piloté par Félix TSHILOMBO, ne sont qu’une illusion imaginée pour induire en erreur les Congolais de l’intérieur et découlent de leur stratégie de différenciation centrée sur des informations grossièrement erronées ou à l’évidence mensongères.

Il ne fait aucun doute qu’en organisant le vote des Congolais de la diaspora dans les Cinq pays sélectionnés, à savoir la France, la Belgique, les USA, le Canada et l’Afrique du Sud, l’objectif affiché par ce gouvernement était de procéder à une interprétation faussée de ces résultats avec ceux de l’intérieur.

Il faut toutefois noter que la corrélation devient rapidement négative pour ce scrutin car les taux d’électeurs inscrits représentent environ 2 % des Congolais en âge du droit de vote vivant dans ces 5 pays.

Afin d’évaluer plus finement les résultats issus de ce scrutin, une simple analyse de données de chaque pays permet de mettre en évidence la négligeabilité de ces résultats à l’échelle de comparaison au niveau de la diaspora.

Partons du principe que 25 % des Congolais de l’étranger ne sont pas en âge de voter, c’est-à-dire ils ont moins de 18 ans. Les statistiques des Congolais de la diaspora en situation régulière dans les 5 pays concernés sont présentées dans le tableau suivant :

Pays de résidence

Nombre de Congolais (1)

Congolais en âge du droit de vote (effectif retenu)

Nombre d’électeurs inscrits (2)

Pourcentage des Congolais enrôlés

France

98 000

73 500

5 700

7,76 %

Belgique

20 000

15 000

3 105

20,70 %

Afrique du sud

650 000

487 500

3 201

0,66 %

Canada

14 350

10 762

311

2,89 %

ÉTATS-UNIS

27 601

20 700

168

0,81 %

Total

782 350

607 462

12 485

2,06 %

Remarque :
(1) Sources : – Insee 2021 (Institut national de la statistique et des études économiques) pour la France
                                                – Journal Le Point « RDC : la diaspora en Afrique du sud face aux urnes de la présidentielle »
                                                pour l’Afrique du Sud, publié le 19/12/2023
– Ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration 2016 pour le Canada
– US Census Bureau pour les USA, données publiées en 2019
(2) Source : CENI

La figure suivante présente les statistiques de ces différents pays. Les paramètres considérés sont l’effectif des Congolais retenus et le nombre d’électeurs inscrits pour ces élections.

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est ImageApareco-1024x642.png

Le tableau et la figure ci-haut permettent d’observer clairement les variations entre le nombre de Congolais en âge du droit de vote correspondant aux barres bleues et le nombre d’électeurs inscrits présenté par les barres oranges en fonction des différents pays associés.

Ces données mettent en évidence ce qui suit :

  • La participation la plus élevée a été enregistrée en Belgique avec un taux d’environ 21 %, soit 3105 électeurs inscrits ;
  • Le taux de participation le plus faible enregistré est de moins d’1 %, soit 3201 et 168 électeurs inscrits respectivement pour l’Afrique du sud et les USA ;
  • Le taux de participation finale (Total général) est estimé à environ 2 %, soit 12 485 électeurs inscrits sur un total de 607 462 électeurs potentiels. Cette très faible participation exprime un boycott total de ce scrutin par les Congolais de la diaspora. Ce qui contraste avec les propos du ministre de l’Intérieur de Félix TSHILOMBO.

Imputation de fait manifestement trompeur

Ce bref aperçu des principaux indicateurs concernant ce scrutin met en évidence le caractère négligeable de ces résultats (environ 2% seulement des Congolais de ces 5 pays ont participé au vote).

À l’échelle de la diaspora, il s’est avéré que les données mises à disposition démontrent clairement un « rejet fort » de ce scrutin par les Congolais de l’étranger.

En effet, il est notoire que la diaspora a toujours été le bastion de l’opposition et de la résistance contre tous pouvoirs au pays.

Prétendre que « la diaspora a choisi Félix TSHILOMBO » revient à avancer des allégations inexactes, délibérément trompeuses et dénuées de tout lien avec des faits réels, dans l’optique de manipuler l’opinion des Congolais et la préparer à accepter les résultats issus, en réalité, des fraudes et irrégularités de la mascarade électorale, don’t l’objectif est de donner à Félix TSHILOMBO un second mandat.

Mettre hors d’état de nuire tous les traîtres à la nation

Tenant compte de ce qui précède, et devant la flagrance et la gravité du danger qui guettent notre nation, l’APARECO lance à nouveau un appel pathétique et patriotique au peuple congolais, seul souverain, à se mobiliser comme un seul homme pour confronter les ennemis et les traîtres de la patrie.

« La folie est de toujours se comporter de la même manière et de s’attendre à un résultat différent ! ».

Cette citation d’Albert Einstein nous interpelle tous car la résistance à un pouvoir arbitraire et corrompu est un devoir de chaque citoyen épris d’amour pour son pays.

Pour sauver la patrie, le peuple congolais doit impérativement divorcer d’avec la classe politique car elle ne fait que répéter la même recette des élections qui a montré toutes ses limites et n’offre aucune solution susceptible de sauver notre État en voie de disparition programmée.

« Un esprit sain dans un corps sain. »

Il est impératif que les Congolais ignorent cette classe politique et s’organisent pour se prendre en charge pour l’unique et ultime solution qui est le soulèvement populaire destiné à bouter dehors tous les ennemis et libérer ainsi notre pays, afin d’instaurer une véritable démocratie qui respecte notre liberté, notre souveraineté et notre dignité.

Fait à Paris, le 30 décembre 2023.

Le Comité National

Analyse-de-lAPARECO_30_12_2023_MOUTURE_FINALE

Facebook Comments
Comments are closed