Réaction de l’APARECO sur les élections du 20 Décembre 2023 en RDC

« L’Alliance des Patriotes pour la Refondation du Congo, APARECO en sigle, tient à rappeler et à souligner qu’on ne libère jamais un pays occupé par des élections ! »

 

En raison de la situation chaotique actuelle caractérisée, entre autres, par des cas d’amateurisme et d’aventurisme au sommet de l’État, notre pays s’est engagé sur une voie préalablement tracée pour sa disparition définitive.

Les responsables du régime de Kinshasa viennent de démontrer à la face du monde leur sens de médiocrité en procédant aux sabotages délibérés et irresponsables non seulement des élections qu’ils comptaient organiser mais surtout de l’avenir de tout un peuple.

Cette triste réalité montre comment notre patrie est trahie par ses propres filles et fils qui préfèrent devenir des marionnettes et esclaves des occupants. Comme jadis en France sous l’occupation allemande, aujourd’hui en RDC, une minorité de Congolais, particulièrement les hommes politiques, a choisi de collaborer avec les ennemis.

Ces indignes compatriotes préfèrent travailler sciemment et volontairement à la réalisation de la politique et des objectifs des occupants. Ils font fi de la souffrance du peuple congolais et sont inconscients du danger qui guette l’avenir de notre pays.

La tournure des événements actuels exige au peuple congolais de faire preuve d’une lucidité claire, fondée sur une approche précise des menaces qui pèsent sur notre pays, car la balkanisation n’est plus une vue d’esprit mais une réalité.

Faisant référence à notre dernier communiqué du 02 décembre 2023 (-) qui mettait l’accent sur le parachèvement du plan « Mokolo wa Mpombo » et traçait la chronologie des événements depuis sa gestation, le déroulement du processus électoral ainsi que les manœuvres politiques actuelles permettent à tout Congolais d’identifier formellement les traîtres de la Patrie. Cette catégorie de Congolais indignes doit être ségrégée et neutralisée pour éviter toute réplication et surtout, le dépiècement futur de notre beau pays.

Loin de nous cette idée spontanée d’un rejet global des politiciens congolais, les résultats de notre observation des faits et situations actuels ne laissent aucun doute sur le fait que la classe politique congolaise dans son ensemble est consciente des problèmes mais peu encline à les avouer publiquement, de peur de provoquer des mécontentements de soi-disant maîtres, décideurs ou partenaires.

Face au plan de balkanisation de notre pays, l’APARECO n’a cessé de dénoncer les acteurs de ce projet machiavélique et demander au peuple congolais de se réapproprier son destin en se désolidarisant de la classe politique qui continue à pérenniser le pouvoir d’occupation en acceptant d’aller aux élections organisées par nos ennemis et en refusant d’admettre qu’on n’organise pas des élections dans un pays sous occupation.

À chaque cycle électoral, les Congolais votaient certes mais n’élisaient jamais leur président car celui-ci leur était imposé par les étrangers et ennemis de notre patrie. Voilà pourquoi, l’APARECO invite le peuple congolais à tirer les leçons des élections passées telles qu’organisées en :

  • 2006 : le peuple congolais avait voté Jean-Pierre BEMBA mais en dépit de cette victoire, ce dernier sous la pression des occidentaux, avait accepté l’inacceptable et laissé le pouvoir à Hippolyte KANAMBE alias « Joseph KABILA » ;
  • 2011 : les Congolais avaient massivement voté Etienne TSHISEKEDI mais l’impérium ne lui avait pas été donné et il avait préféré de leur proposer un sommeil forcé « Pongi ya ba bébé » à la place de réclamer leur victoire et en laissant ainsi le pouvoir à « Joseph KABILA » ;
  • 2018 : à son tour aussi Martin FAYULU relèguera sa victoire au second plan pour son combat de « Vérité des urnes » malgré la confiance et l’espoir placés en lui par le peuple et proposant plutôt la mise en place d’une réforme institutionnelle au lieu d’appeler ce peuple à se soulever.

Durant tous ces cycles électoraux, l’APARECO s’est pliée à la volonté du peuple congolais à aller aux élections comme lui demandait la classe politique malgré ses appels répétés au boycott, et à l’occasion se choisissait un candidat à même de libérer le pays, à soutenir.

En 2023, dans la continuité des précédents scrutins, Félix TSHILOMBO a mis en œuvre un processus électoral chaotique en vue de parachever le complot contre notre pays. Ainsi la prophétie de notre feu Président Honoré Ngbanda vient de se confirmer, celle consistant à la concrétisation de la balkanisation.

Le soulèvement populaire comme solution finale

Cher peuple congolais, comme vous pouvez vous en rendre compte, les parodies électorales n’ont fait que consolider l’occupation qui aujourd’hui commence à concrétiser son plan de balkanisation notamment à Minembwe, Bunagana, Masisi, Rutshuru, etc.

Rappelons la citation, « On ne libère pas un peuple, un peuple se libère seul… ». Il appartient donc au peuple congolais de reprendre le contrôle sur son existence pour arrêter d’une part, le massacre massif et répété de nos compatriotes de l’Est et de l’autre, le pillage systématique de nos ressources naturelles par les occupants et leurs collabos.

La lutte contre les occupants et leurs collaborateurs doit constituer une priorité essentielle pour tout congolais épris d’amour pour son pays.

C’est ainsi que, devant cette situation anormale et dangereuse qui conduit inexorablement à une perte de l’intégrité territoriale d’une part, et face à ce chaos annoncé et organisé de ces élections d’autre part, et confiant à vos capacités et à votre patriotisme avéré, l’APARECO :

  • Lance un appel vibrant à toutes les couches de la population congolaise, toutes tendances confondues, à se mobiliser et se lever comme un seul homme à travers tout le pays pour mettre hors d’état de nuire les ennemis de notre pays et ainsi faire échec à leur plan. En effet, point n’est plus besoin de vous rappeler le complot international dont est victime notre pays en vue de sa balkanisation, et ce depuis la conférence de Sun City d’où est sortie la fameuse « charte de l’occupation » (constitution de 2005) qui a mis à mort notre nation ;
  • Invite les politiciens congolais conscients des menaces de la disparition du pays, à s’unir pour avoir une approche commune de combat de libération et de travailler en synergie pour l’intérêt supérieur de la nation ;
  • Réaffirme sa détermination à combattre sans délai et sans compromission les ennemis du peuple congolais ainsi que tout leur système d’occupation présent dans notre pays ;
  • Demande au peuple congolais de rejeter toute idée de transition avec les acteurs politiques au pouvoir à Kinshasa qui sont à la base de cette crise, laquelle ne peut être résolue par ceux qui l’ont créée.
  • Réitère son appel à la mobilisation générale de tous les Congolais pour un soulèvement populaire qui constitue l’unique moyen efficace de mettre définitivement fin au pouvoir illégitime contrôlé depuis Kigali et par ricochet, à l’occupation de notre pays.

Fait à Paris, le  20 décembre 2023.

Le Comité National

REACTION-DE-LAPARECO-SUR-LES-ELECTIONS-DU-20-DECEMBRE-2023

Facebook Comments
Comments are closed