URGENT/ Du Rififi à Kinshasa : F.Tshisekedi et M.Bahati vers une nouvelle alliance pour éjecter “Kabila” et sa coalition FFC-CACH ?

Du rififi à Kinshasa !

Félix Tshisekedi et Modeste Bahati vers une nouvelle alliance pour éjecter «Kabila» et sa coalition FFC-CACH ?

Par Honoré Ngbanda-Nzambo Ko Atumba

Le ciel politique congolais est fort sombre en ce début du mois de juin 2020. L’orage pourrait éclater à tout moment, et les dégâts sont imprévisibles. Dans tous les états-majors des partis politiques membres de l’alliance FCC-CACH actuellement au pouvoir on sonne le tocsin ! Les va-t-en-guerre ont tous déterré leur hache de guerre qu’ils n’avaient d’ailleurs jamais entièrement enterrée. La mise en détention provisoire du tout puissant directeur de cabinet de Félix Tshisekedi, a déclenché ipso facto un processus du divorce entre l’UDPS et l’UNC. Ce divorce semble avoir été pratiquement consommé depuis la dernière audience foraine dans la prison de Makala ce vendredi 05 juin. En effet, durant cette audience, l’un des conseillers proches de Félix Tshisekedi appelés à la barre en qualité de témoin a pourfendu et enfoncé littéralement Vital Kamerhe, avec la volonté avérée de l’achever définitivement. Vues les circonstances politiques du moment, on comprend aisément que ce conseiller très proche de Félix Tshisekedi ne pouvait pas afficher un tel comportement sans avoir reçu le quitus, si pas l’ordre de son patron. C’est dire que l’implosion formelle de l’alliance entre l’UDPS et l’UNC au sein de la plateforme CACH n’est plus qu’une simple question de temps!

Par ailleurs, un très haut cadre de l’UDPS qui a requis l’anonymat nous a confirmé la ferme détermination de la majorité des cadres dirigeants de l’UDPS qui sont fermement décidés à mettre définitivement fin au mariage « contre-nature » (sic) entre l’UDPS et le PPRD connu sous forme de l’alliance FCC-CACH. Une réunion du staff et des experts de l’UDPS s’est longuement tenue ce samedi 06 juin pour rédiger la déclaration politique de l’UDPS annonçant officiellement la fin de l’alliance FCC-CACH actuellement au pouvoir en RDC. Ce projet de déclaration a été remis le samedi soir même à Félix Tshisekedi pour approbation avant sa divulgation. Toute la problématique est maintenant de savoir si cette fois-ci, Félix Tshisekedi écoutera sa base et décidera de franchir le Rubicon. Notre correspondant nous a confié que de leur côté (c.à.d. le parti UDPS), la décision est sans appel, car ils ne reculeront plus cette fois-ci! Voyons voir donc.

Notre source nous a confié en outre que, pour parer à la contre-offensive prévisible de «Kabila» et ses bonzes du FCC, : « les stratèges et les experts de l’UDPS ont déjà requis en amont, en toute discrétion, les avis de la Cour constitutionnelle qui nous a confirmé », dit-il, «que le FCC, le CACH ainsi que LAMUKA ne sont pas dotés d’une personnalité juridique parce qu’ils ne sont que des simples plateformes électorales. Par conséquent, ils ne peuvent pas se prévaloir d’une quelconque majorité parlementaire.» Et ce haut cadre de l’UDPS de poursuivre avec un ton rassurant: «Forts de cet avis de la Cour constitutionnelle, nous lui avons demandé de se prononcer aussi sur la légalité de la procédure qui a conduit à la désignation de l’actuel Premier ministre Ilukamba. Et là aussi, la réponse de la Cour Constitutionnelle a été négative.»

mediacongo.net - Actualités - Rencontre Kabila-Bahati : Cinglant ...

Sur base donc de ces deux avis négatifs de la Cour constitutionnelle, toujours selon notre correspondant occasionnel, les juristes de l’UDPS ont estimé que la majorité FCC au parlement et au Senat doit disparaître, et le Gouvernement Ilukamba doit, lui aussi, démissionner pour ouvrir la voie à la formation d’un nouveau gouvernement, sur base d’une nouvelle majorité qui se dégagera au sein du Parlement! Et pour ce faire, les cadres de l’UDPS ont déjà entrepris, dans le plus grand secret et depuis quelques jours déjà, des négociations politiques avec Modeste Bahati pour signer avec son parti l’AFDC une nouvelle alliance en vue de dégager une nouvelle majorité et former un nouveau gouvernement sans les FCC de « Joseph Kabila. Utopie ou réalité ? Seul l’avenir nous le dira !

Mais dans le calcul des stratèges de l’UDPS, selon notre correspondant, l’alliance avec Modeste Bahati vise deux objectifs à la fois. Elle voudrait d’abord créer une nouvelle majorité UDPS-AFDC. Ces deux partis ont l’avantage de jouir chacune d’une personnalité juridique aux yeux de la loi. Elles peuvent donc par conséquent se prévaloir ensemble d’une majorité au sein du Parlement. Ce qui leur permettra de former un gouvernement sans le fameux FCC ni le PPRD de « Joseph Kabila». Cette nouvelle alliance de l’UDPS avec l’AFDC de Modeste Bahati vise ensuite à étouffer la grogne des kivutiens, particulièrement des shis, déçus par la «trahison» de Félix Tshisekedi vis-à-vis des accords conclus avec Vital Kamerhe à Nairobi. Car avec plus de 100 députés, Bahati est estimé plus représentatif à l’Est de la République que l’UNC de Vital Kamerhe avec ses 6 députés seulement!

Mais les cadres et la base de l’UDPS ne se font pas trop d’illusion non plus. Car la réussite de toutes leurs stratégies, aussi efficaces soient-elles, ne dépend que de la décision finale d’un homme : Félix Antoine Tshilombo Tshisekedi. Acceptera-t-il de prendre le risque de rompre l’alliance secrète conclue avec  « Kabila » en échange du fauteuil présidentiel ? Prendra-t-il le risque de dégainer et de tirer le premier sur son «bienfaiteur» et partenaire au risque d’ouvrir la boîte de Pandore et de mettre le feu sur tout leur édifice commun? Autrement dit, Félix voudra-t-il accepter de se faire harakiri ? Autant de questions qui présagent un nuage d’incertitude dans le plan de guerre de l’UDPS. D’autant plus qu’autour de Félix Tshisekedi, des voix dites des sages ont recommandé au staff de l’UDPS de proposer plutôt un remplaçant à Kabund au poste vacant de Vice-président du Parlement. 

X   X   X

Comme on le voit, toute cette saga politico-judiciaire ne vise qu’à distraire le peuple congolais et à détourner son attention des véritables enjeux qui menacent sérieusement son existence et celle de l’Etat congolais tout entier. Au moment où le pouvoir d’occupation est   en train de gaver les congolais des scènes ubuesques des procès à sensation à Kinshasa, à l’Est de la République, Paul Kagamé et son armée accélèrent le processus d’occupation et de balkanisation de notre pays et cela, avec la complicité avérée des collabos congolais au pouvoir à Kinshasa !

Je le dis parce qu’au moment où je m’adresse à vous, j’ai en ma possession trois messages, deux proviennent des officiers de l’armée congolaise (FARDC au front à l’Est), et l’un provient d’un leader patriote résistant sur le front à l’Est du pays. Tous les trois messages font état du renforcement des deux milices rwandais NGOMINO et TUYIRWANEHO qui ont accueilli plusieurs centaines de militaires rwandais venus en renfort pour accélérer la conquête du territoire congolais. Fortes de ces renforts, ces milices rwandaises ont attaqué les positions des FARDC dans la région de Minembwe et ont occupé plusieurs villages.  

Mais les deux officiers congolais des FARDC m’ont signalé chacun de son côté un même phénomène «bizarre»: chaque fois que les troupes des FARDC sont attaquées et qu’elles s’organisent pour contrattaquer et repousser l’ennemi, « des ordres bizarres viennent de Kinshasa pour leur demander d’abandonner leurs positions ainsi que leurs armes lourdes en faveur des milices rwandaises » ! Allez-y comprendre quelque chose ! Cette situation rappelle étrangement les scènes des années 1996-1997 où les troupes des FAZ de Mobutu abandonnaient chaque fois le front avec armes et munitions en faveur des envahisseurs rwandais, parce que les généraux zaïrois recrutés et retournés par la C.I.A. d’une part, et intoxiqués par les opposants politiques congolais de l’époque d’autre part, donnaient des ordres aux militaires zaïrois de ne pas se battre, mais de laisser passer « les libérateurs ». Vous vous souviendrez que dans la nuit du 16 mai 1997, la veille de l’entrée des troupes  rwandaises de l’AFDL à Kinshasa, l’ambassadeur des Etats-Unis avait donné l’ordre au général Mahele d’aller convaincre les militaires de la DSP au Camp Tshatshi de ne pas se battre mais de laisser entrer les troupes ennemis sans coup férir ! Le général y trouva la mort. Et voilà que vingt trois ans après, cette scène continue toujours de se produire sous nos yeux: les occupants qui commandent notre armée s’en servent pour sacrifier nos militaires et pour s’accaparer de nos armes au profit de leurs armées d’invasion. 

Jusqu’à quand continuerons-nous à sacrifier la vie de nos enfants qui ont choisi le métier de sacrifier leur vie pour leur patrie et leur peuple ? Jusqu’à quand le peuple congolais supportera voir ses propres leaders politiques composer avec les dirigeants étrangers dont les armées et les entreprises détruisent systématiquement la République Démocratique du Congo ? 

Il est temps que des patriotes parmi les généraux et les officiers supérieurs congolais qui aiment réellement leur pays, se lèvent pour rejoindre le peuple congolais en vue de libérer notre pays de l’asservissement du régime politique hybride composé d’occupants étrangers et de collabos traîtres congolais.

Il est temps que le peuple congolais ne se laisse plus distraire par des stupides conflits d’intérêt égoïstes entre les maîtres et occupants tutsi-rwandais et leurs laquais et collabos congolais!

Le ciel congolais est très sombre en ce début du mois de juin. Peuple congolais, soyez vigilants. Ne laissez plus les étrangers disposer de l’avenir de votre pays et du destin de vos enfants !

Que Dieu bénisse le Grand Congo et son peuple !

Ingeta ! 

Facebook Comments
Candide Okeke

About Candide Okeke

Comments are closed