ALERTE/Attention! Attention ! Les faux Maï-Maï répondent à l’appel de Félix Tshisekedi et Paul Kagamé !

Attention! Attention !

Les faux Maï-Maï répondent à l’appel de Félix Tshisekedi et Paul Kagamé !

Le mercredi 4 décembre dernier, la presse congolaise avait fait grand écho de la création, depuis le 29 novembre 2019, d’une nouvelle plate-forme des groupes armés dans l’Est de la République. Cette coalition comptait, disait-on, six “puissants” groupes armés  du Nord et Sud-Kivu, du Maniema ainsi que de la Tshopo. La même presse précisait que ces groupes avaient décidé de se coaliser pour donner naissance à un front commun dénommé “Réseau des patriotes résistants congolais » (RPRC en sigle). 

Il s’agit des six groupes ci-après :

1-      Nduma  Defense of Congo-Renové : de Shimiray Mwisha Guido qui opère à Walikale, Masisi, Rutshuru et Lubero au Nord-Kivu, Lubutu au Maniema et Bafwasende dans la Tshopo),

2-       Mai-Mai Kifuafua : de Delphin Mbaenda (Nord et Sud-Kivu), 

3-       Mai-Mai Simba UPLD : de Luc Yabili (Tshopo), 

4-       Mai-Mai Mazembe UPDI : de Kitete Bushu (Lubero au Nord-Kivu),

5-       Mai-Mai MAC : de Mbura Matondi (Walikale) et

6-       Mai-Mai Raïa Mutomboki : de Shebi Bazungu (Walikale et Maniema). 

Les chefs de ces différents groupes précités affirment tous poursuivre un objectif commun à savoir combattre les ADF et les FDLR. C’est pour atteindre cet objectif, a déclaré Désiré Ngabo KISUBA, le porte-parole de Nduma  Defense of Congo-Renové, qu’ils s’étaient réunis au village Bukambirwa dans le groupement d’IKOBO à Walikale et ils y ont signé un accord, a-t-il souligné. 

Les circonstances de la création de cette «plateforme militaire » ainsi que  la précipitation de ses membres à répondre rapidement à l’appel de Félix Tshisekedi à déposer les armes, ces deux faits ont suscité la curiosité et provoqué la méfiance des instances dirigeantes de l’Apareco qui ont ordonné une enquête immédiate pour savoir ce que cachait cet événement. Car la création de cette plateforme laissait paraître des signes probants qu’elle était dictée par des enjeux secrets, en l’occurrence des négociations en perspective à Kinshasa pour l’instauration d’une nouvelle transition politique.  

Les faits nous ont effectivement donné raison. Car, les premiers actes posés par cette fameuse plateforme ont conforté nos présomptions. En effet, les six groupes armés ont déclaré, dès la création de leur nouvelle plateforme, qu’ils déposaient les armes pour négocier avec le gouvernement central, «suite à l’appel du président Félix Tshisekedi» ! Avaient-ils besoin de créer une plateforme pour « déposer les armes » ? D’habitude, on crée une coalition militaire pour renforcer plutôt le combat ! Un deuxième fait qui a suscité notre méfiance, c’est la précipitation avec laquelle les six groupes ont constitué un cahier de charges à soumettre au gouvernement congolais ; et parmi les points inscrits, leur principale revendication est, tenez-vous bien,  l’intégration de leurs éléments armés au sein des FARDC !

Ces deux faits ont poussé la hiérarchie de l’APARECO à approfondir l’enquête sur le terrain pour connaître plus en détails l’identité des principaux acteurs et animateurs des  six groupes coalisés. Les informations et témoignages recueillis auprès des différents réseaux des vrais patriotes congolais qui se battent sur le terrain pour stopper l’invasion rwandaise ont été très édifiants : les six groupes armés coalisés au sein de la plateforme dénommée «Réseau des patriotes résistants congolais » (RPRC) sont tous, sans exception, des groupes crées, armés, équipés et manipulés conjointement par «Joseph Kabila», à partir de Kinshasa et Paul Kagamé, à partir de Kigali!

Nous relevons quelques détails ci-dessous à titre d’illustration:

  • Monsieur Shimiray Mwisha Guido, membre de l’état-major du groupe  Nduma  Defense of Congo-Renovéest est un agent patenté de « Joseph Kabila », et il évolue à la fois sous les ordres de Kigali (Paul Kagamé). 
  • Les éléments armés de ce groupe, Nduma Defense of Congo-Renové sont dotés des tenues de la Garde Républicaine et des FARDC et en plus, ils sont lourdement armés et régulièrement ravitaillés par leurs mentors, Hyppolite Kanambe et Paul Kagamé, tantôt à partir de Kinshsa, tantôt à partir de KigaliIls perçoivent une solde mensuelle de 100 dollars
  • Cette milice avait été alliée au CNDP de Bosco Ntaganda et elle   affronte régulièrement sa faction dissidente, le «NDC rénové».
  • Mr Ntabo Ntaberi Sheka, chef de Nduma  Defense of Congo-Renové,fut candidat malheureux aux législatives de 2011 ; il avait soutenu la candidature de «Joseph Kabila» à la présidentielle.
  • Le groupe Raïa Mutomboki : en swahili «Peuple en colère», est une milice formée en 2005  en territoire de Shabunda dans le Sud-Kivu ; ses dissidents avaient bénéficiés du soutien du M23 dans le territoire de Masisi dans le Nord Kivu.

Tous les témoignages recueillis ont confirmé que les six groupes armés et milices locaux sont constitués de militaires rwandais ! Ceux-ci n’ont pas l’intention de combattre le régime d’occupation en RDC qui les soutient totalement. 

Comme on peut donc  le constater, la stratégie de Kagamé, Ruberwa et « Kabila » consiste à se servir de l’appel lancé par Félix Tshisekedi, sur leur «conseil», pour injecter dans les FARDC une nouvelle vague d’éléments rwandais.

Les derniers massacres à Beni qui ont fait plus de 100 victimes en moins d’un mois n’auraient pas eu lieu s’il n’y avait pas eu les troupes rwandaises issues de la milice Ngumino de Ruberwa et Moïse Nyarugabo  intégrés dans les FARDC et mutés à Béni.Ce sont ces rwandais-là qui, sous l’uniforme des FARDC surprennent nos populations et les massacrent allégrement !  Nous n’inventons rien, car lorsque Moïse Nyarugabo a dernièrement fait  état de cette intégration dans son point de presse au sujet de la crise à Minembwe, il a bel et bien fait mention de la mutation de leurs milices à Beni. Malheureusement, les congolais n’y ont pas prêté attention.

Que les congolais ne tombent donc pas dans le piège. La mise en scène de la création de cette nouvelle plateforme de 6 groupes armés rwandais qui se présentent comme des «groupes rebelles congolais» n’est qu’un stratagème bien connu de Paul Kagamé.En effet, dans la perspective d’un énième dialogue inter-congolais que les lobbies tutsis projettent d’organiser bientôt à Kinshasa, Paul Kagamé prépare déjà le terrain pour injecter un nouveau lot des militaires rwandais au sein des FARDC, particulièrement à l’Est. L’armée congolaise, on le sait, est victime de cette stratégie depuis 20 ans : le Rwanda crée chaque fois le chaos en RDC pour organiser ensuite des «dialogues» qui aboutissent toujours au renforcement de l’invasion tutsie rwandaise dans nos institutions et au sein de notre armée nationale!     

Ceux des congolais qui croyaient naïvement que la nomination de Félix Tshisekedi à la tête du pays par «Joseph Kabila» (avec le quitus de Paul Kagamé) allait nous apporter un début de solution, doivent réaliser que dorénavant, le lobby tutsi a plutôt plus de latitude et de marge de manœuvres pour accélérer et parachever le processus d’occupation et de balkanisation de la RDC. C’est maintenant, avec l’accord officiel d’un «président congolais», que Kagamé fait entrer allégrement les troupes rwandaises sur le territoire congolais, sous le fallacieux prétexte d’une «coopération militaire» entre la RDC et le Rwanda. C’est maintenant, avec l’accord de Félix Tshisekedi, que les éléments rwandais seront déversés officiellement, et donc légalement, au sein des FARDC sous le prétexte de la «réconciliation» entre les congolais !

Le peuple congolais n’a plus qu’une seule solution : stopper la coalition diabolique FCC-CACH et n’accepter aucune compromission de ces politiciens de la prétendue opposition qui voudront nous ramener dans le cercle vicieux des négociations politiques qui permettront à l’ennemi de parachever son plan de destruction du Grand Congo ! 

Paris , le 11 Décembre 2019

Candide OKEKE

L’OEIL DU PATRIOTE

 

Facebook Comments
Comments are closed