ALERTE- Le véritable chef coutumier congolais de Minembwe porté disparu après les menaces de Ruberwa et Bisengimana!

 

F  L  A  S  H 

ALERTE – Le véritable chef coutumier congolais de Minembwe porté disparu après les menaces de Ruberwa et Bisengimana!

Suite à la recrudescence des hostilités à Minembwe début octobre 2019, la délégation des officiels civils et militaires congolais, délégation conduite par Vital Kamerhe et général Amisi Tango Fort fit une descente sur les lieux, prétendument pour tenter d’y ramener la « paix ». A cette occasion, monsieur Ernest ELENE ASAGYA, véritable chef coutumier de Minembwe, de la lignée des Chimbombo, avait pris la parole au nom de tous les chefs coutumiers des ethnies congolaises de la région, et en sa qualité de propriétaire des terres de Minembwe. Il interpella alors violement les membres de la délégation venue de Kinshasa pour stigmatiser la supercherie ! Mais cette délégation, précisons-le, était composée essentiellement des banyarwanda. Et depuis sa violente interpellation publique, le chef Ernest ELENE ASAGYA a brusquement disparu de la circulation, après avoir reçu les menaces de mort de la part d’Azarias Ruberwa et du général Bisengimana. Et d’après  les témoignages de certains chefs coutumiers, monsieur Azarias Ruberwa aurait lancé les tueurs de sa milice NGOUMINO aux trousses de l’intrépide chef coutumier congolais.

En effet, lors de cette rencontre très tendue entre les chefs coutumiers autochtones congolais et la délégation venue de Kinshasa, le chef des terres de Minembwe, Ernest ELENE ASAGYA, avait  violemment interpellé devant tout le monde Raphaël MBABAZI MANYWA, le nouveau chef « coutumier » rwandais et l’usurpateur que Ruberwa venait d’imposer à la tête de Minembwe et qui n’est autre que son propre grand-frère. Le chef ELENE ASAGYA avait demandé à l’imposteur devant tout le monde, y compris les membres de la délégation venue de Kinshasa, d’expliquer par quelle magie lui, qui a été installé à Mulenge avec ses frères banyarwanda (autoproclamés «Banyamulenge») dans le territoire d’Uvira au Nord, peut aujourd’hui prétendre devenir chef des terres de Minembwe situé  dans le Fizi au Sud ! Et selon toujours les chefs coutumiers congolais, cette vérité crachée toute crue à leur face n’aurait pas plu aux Ruberwa, Kamerhe, Bisengimana ainsi qu’à  d’autres banyarwanda restés à Kinshasa. Dès le lendemain de cet accrochage donc, le chef Ernest ELENE ASAGYA disparut subitement de la circulation après avoir reçu des menaces de mort de la part des personnalités banyarwanda de la délégation ainsi que d’autres à partir de Kinshasa.

Les chefs coutumiers congolais de la région qui ont alerté la rédaction de L’œil du Patriote précisent bien que la population de Minembwe et des environs s’inquiète de plus en plus du long silence de leur chef ELENE ASAGYA, car depuis cet incident, ils n’arrivent toujours pas à le localiser. Et la tension commence à monter au sein des populations qui exigent de savoir ce qui est réellement arrivé à leur chef, étant donné que les tueurs à gage des milices rwandais NGOUMINO et TUGWANERO, milices opérant sous les ordres de Ruberwa et Bisengimana, ainsi que des officiers rwandais infiltrés au sein des FARDC avaient été lancés aux trousses du chef coutumier de Minembwe pour le faire taire à jamais. Comme d’habitude.      

Par ailleurs, pour accélérer l’opération visant à écraser toutes les forces de résistance et d’autodéfense congolaises qui s’organisent et qui mettent à mal leurs projets, les stratèges rwandais des forces d’occupation à l’est de la RDC ont déployé quatre fronts coalisés. Il s’agit du front composé d’officiers et miliaires rwandais évoluant officiellement au sein des FARDC, des fronts des milices NGOUMINO et TUGWANERO opérant sous les ordres de Ruberwa et du général Bisengimana, ainsi que du front de la milice FNL en provenance du Burundi.

Un phénomène malin et très dangereux mérite que nous attirions l’attention du peuple congolais sur lui : il s’agit des officiers rwandais et leurs soldats infiltrés au sein des FARDC sous fausse identité congolaise. Ces infiltrés rwandais bénéficient « officiellement et légalement» du soutien de la MONUSCO sous la couverture de la coopération appelée « mariage FARDC-MONUSCO », «mariage» officiellement consenti par la haute hiérarchie militaire à Kinshasa! Ce phénomène est hautement dangereux et nuisible car, sous le prétexte de la coopération militaire entre les FARDC et la MONUSCO pour rétablir la paix, les officiers généraux rwandais infiltrés au sein des FARDC bénéficient du soutien de l’ONU pour se livrer impunément aux massacres des populations congolaises qui défendent leurs terres. Ainsi, cette bataille qui se livre sur les hauts plateaux d’Itombwe, précisément à Gisanga, Lulenge et Ibombo…, tourne carrément au génocide des populations congolaises par leur propre armée, mais composée essentiellement d’officiers et soldats rwandais, sous le regard indifférent, voir même avec la « collaboration officielle» de la MONUSCO.    

Cette situation cocasse et même tragique , n’est qu’une conséquence logique du phénomène principal d’occupation que nous ne cessons de dénoncer ! Toutes les solutions-bidons que prônent les politiciens congolais, que ce soit «la vérité des urnes », le «dialogue intercongolais», la «transition politique»…, toutes ces recettes ne sont que des placebos qui n’éradiqueront jamais la menace fondamentale d’occupation de nos terres, du pillage de nos richesses et de la balkanisation de notre territoire national !

Le peuple congolais de l’Est du  pays a saisi la portée réelle de ce danger, parce qu’il le vit aujourd’hui dans sa chair. C’est pourquoi nous en appelons à la conscience patriotique de toutes les couches des populations congolaises des quatre coins de la République pour ne plus se laisser berner par des pitreries des hommes politiques. Que tout notre peuple se mobilise derrière nos frères du Kivu, Maniema et Katanga pour sauver l’Est de la République démocratique du Congo convoitée et en grand danger aujourd’hui!

Paris, le 04 Décembre 2019

Candide OKEKE

L’ŒIL DU PATRIOTE

Honoré NGBANDA met en évidence une autre grosse supercherie  des Banyarwanda (dit “banyamulenge”)

Cherchez l’erreur: Mulenge se trouve au Nord à UVIRA mais, les Banyarwanda dit ” Banyamulenge” réclament la terre de Minembwe qui se trouve au Sud à FIZI 100km !)

VIDEO:

 

Facebook Comments
Comments are closed