URGENT/ Va-t-on vers une nouvelle transition en RDC ? Quand «Joseph Kabila» jongle avec CACH et LAMUKA !

 

Va-t-on vers une nouvelle transition en RDC ?

Quand «Joseph Kabila» jongle avec CACH et LAMUKA !

Par Honoré Ngbanda-Nzambo Ko Atumba / 1er Décembre 2019

TEXTE & AUDIO

 

Devant son rejet massif par la grande majorité du peuple congolais, et pour assurer son maintien aux commandes du pouvoir en RDC après les élections de décembre 2018, «Joseph KABILA» n’a pas hésité de dégommer le candidat de LAMUKA, Martin FAYULU, sorti premier de la liste électorale, ainsi que son propre «dauphin» désigné, Emmanuel SHADARY, sorti 2e de la liste. Il a préféré jeté son dévolu en dernière minute sur le candidat de CACH, Félix TSHISEKEDI, sorti 3e sur la même liste électorale.

En choisissant Félix TSHISEKEDI, le maillon le plus faible de la chaîne, « Joseph Kabila » entendait s’assurer à la fois, non seulement de sa totale dépendance et soumission à sa personne, mais aussi de l’appui populaire des fanatiques de son parti politique (UDPS) qui, sous l’effet de l’effervescence, ont accepté d’avaler les couleuvres et d’applaudir à tout casser, le hold-up électoral sous l’étiquette d’une «alternance pacifique» ! Ainsi, le monde entier consterné a vu les fanatiques de l’UDPS applaudir frénétiquement Félix Tshisekedi quand il leur annonça solennellement que dorénavant « Joseph Kabila » n’était plus leur ennemi ni adversaire politique, mais bien leur «allié»!

Ce faisant, ce que Félix Tshisekedi et ses fanatiques de l’UDPS ignoraient certainement, c’est qu’ils ont servi de bouclier à «Kabila» pour couvrir, non seulement le hold-up des élections présidentielles, mais aussi les vastes tricheries tout aussi plus graves des élections législatives et provinciales. Car grâce à elles, « Joseph Kabila » qui a été copieusement sanctionné aux présidentielles a pu frauduleusement s’accaparer du contrôle de toutes les institutions politiques du pays : le Parlement et partant le Sénat et le Gouvernement central, les Assemblées provinciales et par conséquent les Gouvernements provinciaux. Par leur complicité et leur trahison, Félix et son UDPS ont rendu « Joseph Kabila » plus fort qu’avant les élections de Décembre 2018 !      

Et maintenant que « Kabila » a repris le poil de la bête en s’assurant du contrôle effectif de toutes les institutions du pays, il vient maintenant de déclencher la dynamique de son retour effectif sur l’avant-scène de la politique active de la RDC. Le titre renflant de «l’Autorité morale» ne lui suffit plus. Par ailleurs, la présence symbolique de Félix Tshisekedi à la présidence de la République devient de plus en plus encombrante et gênante pour lui. Bien plus grave, les pressions qu’exercent les militants de base de l’UDPS ainsi que certaines capitales occidentales sur Félix Tshisekedi pour le contraindre à se débarrasser de la «tutelle» de «Kabila», ces pressions-là disais-je, commencent à peser sur la tête de « Kabila » comme l’épée de Damoclès ! Car il ne sait pas jusqu’à quand Félix Tshisekedi continuera à se soumettre à ses ordres.

Devant ce dilemme énigmatique donc, «Kabila » et Tshisekedi se regardent en chiens de faïence comme deux cowboys. C’est  celui qui dégainera le premier qui sera vainqueur et survivant d’un duel mortel ! Mais jusqu’ici, aucun des deux antagonistes-alliés ne semble être décidé de prendre l’initiative de tirer le premier. Publiquement, ils tiennent tous les deux un discours pacifiste tout en gardant chacun le doigt sur la gâchette.

Et c’est dans cette atmosphère ubuesque de ni guerre ni paix que la proposition de sortie de crise de Martin FAYULU est arrivée comme marée en carêmes pour «Joseph Kabila». S’agit-il là d’une simple coïncidence ? Mais toujours est-il que cette proposition du leader de l’Ecidé et candidat de LAMUKA d’instaurer une transition de 18 mois avec « Joseph Kabila » et Félix Tshisekedi au pouvoir et LAMUKA à la tête du fameux Haut Conseil pour la Réforme des Institutions (HCRI), cette proposition disais-je, apparait sans conteste comme une aubaine pour «Joseph Kabila» et le Tutsi-power qui occupent aujourd’hui toutes nos institutions. En effet, cette solution de sortie de crise offre sans conteste l’opportunité du retour tant rêvé de «Joseph Kabila» au-devant de la scène politique en RDC ! Et la réaction des kabilistes constituent à cet effet une preuve cinglante.

En effet, au moment où le coordonnateur du FCC, Néhémie Mwilanya, s’est enfermé en «retraite politique» avec le staff du FCC  du 25 au 28 Novembre à Mbuela Lodge à Kisantu, les faucons du PPRD dont notamment Emmanuel Shadary, Dunia Kilanga et Henri Mova, réunis eux aussi dans une autre « retraite politique » à Lubumbashi, se sont déclarés très favorables à la mise en place d’un gouvernement de transition pour pallier, tenez-vous bien, aux résultats des élections présidentielles de novembre 2018 qui ont été truquées !

Tiens donc ! Ce message subliminal du parti de « Joseph Kabila », fer de lance du FCC, mérite un décryptage : si le PPRD autrement dit le FCC reconnait enfin publiquement que les résultats des élections de décembre 2018 étaient truqués, c’est que les hommes de “Kabila” avouent officiellement que le pouvoir de Félix Tshisekedi en tant que Président de la République est illégal ! Par conséquent, celui-ci doit, en guise de «réparation et de réconciliation nationale», partager les prérogatives constitutionnelles de ce poste au sein d’une nouvelle structure de la transition ! Mais avec qui Félix devra-t-il partager ce pouvoir ? Suivez mon regard !     

Dans l’entre-temps, à Mbuela Lodge à Kisantu, la tension était à son comble, le ton des résolutions finales était plutôt belliqueux. Les participants estimaient qu’il fallait plutôt en découdre une fois pour toutes avec les «ingrats» de l’UDPS. Alerté, «Joseph Kabila» a fait une descente en urgence pour ordonner à ses ouailles de mettre de l’eau dans leur vin, par stratégie, pour ne pas provoquer un affrontement avec CACH, ce qui compromettrait la dynamique de son retour au pouvoir à travers une mise en place des nouvelles structures de la transition. 

Comme on peut clairement le voir, « Kabila » jongle tantôt avec CACH, tantôt avec LAMUKA qu’il manipule à son gré. En Décembre 2018, il s’est servi de CACH pour se maintenir au pouvoir sans apparaître sur la scène. Il s’est servi de lui pour contrôler toutes les institutions politiques du pays. Une fois cet objectif atteint, « Kabila » s’apprête maintenant à se servir de la proposition de sortie de crise de LAMUKA, faite par Martin Fayulu, pour remonter sur la scène politique et reprendre les arènes du pouvoir exécutif.

Il est évident que le débat pour instaurer cette énième transition en RDC prendra plusieurs mois. Et pendant cette longue période, l’attention des médias et du peuple congolais sera focalisée sur les disputes des hommes politiques pour le partage du gâteau, abandonnant ainsi le drame humanitaire et sécuritaire qui se déroule actuellement à l’Est de la République. Les projecteurs de l’actualité seront braqués sur Kinshasa, et le peuple congolais du Kivu sera ainsi abandonné à lui-même, totalement à la merci des vautours et des barbares qui font tout pour nous arracher définitivement nos terres dans cette partie de la République.

Une fois de plus, le régime d’occupation rwandais se sert de la cupidité et de l’avidité des politiciens congolais pour sauver et renforcer leur système d’occupation, de prédation et de balkanisation du Congo. Une fois de plus, au lieu de sortir de ces institutions iniques pour les vider de leur efficacité et de leur crédibilité à travers le monde, nos politiciens congolais s’offrent de nouveau à « Kabila » comme des marchepieds pour son retour sur la scène politique !

Devant ce constat malheureux et pitoyable, nous invitons tout le peuple congolais à imiter l’exemple du courage que viennent de nous donner les jeunes de Beni et de Goma. Ces jeunes auxquels nous adressons toutes nos félicitations et nos encouragements. Ils viennent de montrer à toute la jeunesse congolaise que devant la menace de la disparition d’un peuple, ils n’ont eu besoin ni de mot d’ordre, ni de permission, ni de soutien de qui que ce soit ! Ils sont spontanément montés à l’assaut pour crier leur colère et exprimer leur ras-le-bol !

Chers compatriotes congolais,

Chère jeunesse congolaise,

L’heure a sonné ! N’acceptez plus que les politiciens vous mènent en bateau ! Détournez-vous de tous ceux qui voudront encore vous entrainer dans la galère des négociations et des transitions pour leur propre accès à la mangeoire ! Levez-vous pour joindre vos cris à ceux de vos frères de Beni et de Goma ! Unissez vos voix à partir des quatre coins de la République ! Joignez vos forces à ceux des militaires patriotes congolais partout où ils sont et préparez-vous à l’assaut final partout où vous vous trouvez, afin que le monde sache que le peuple congolais n’abandonnera pas un centimètre carré de la terre de ses ancêtres !

Que Dieu vous bénisse et bénisse la RDC !

Ingeta !

Facebook Comments
Comments are closed