RDC-Jaynet «Kabila» est désignée présidente de la Commission Défense et Sécurité à l’Assemblée nationale -La pieuvre de l’occupation étend ses tentacules !

APARECO NEWSLETTER

Jaynet «Kabila» est désignée présidente de la Commission Défense et Sécurité à l’Assemblée nationale

La pieuvre de l’occupation étend ses tentacules !

Par Honoré Ngbanda-Nzambo Ko Atumba – Paris, le 02 Novembre 2019  

 

Ce mercredi 30 octobre 2019, conformément aux instructions en provenance de Kingakati, la majorité automatique de «Joseph Kabila» au sein du Parlement vient d’imposer un membre influent du Tutsi-power, Mme Jaynet Kanambe, alias  Jaynet «Kabila», à la présidence de la très stratégique commission Défense et Sécurité de l’Assemblée nationale.

Comme on peut le constater, la pieuvre de l’occupation n’est donc pas morte comme le laisse croire la majorité des leaders politiques congolais, soit par naïveté pour les uns, soit par cupidité ou par lâcheté pour les autres. Le monstre est vivant ! Et qui pis est, il est devenu plus dangereux aujourd’hui, parce qu’il entend les grognements de colère et les grincements de dents des populations congolaises réveillées et déterminées à briser les chaînes de la servitude, de l’humiliation et de la misère ! 

Le très sage homme politique indien, Mahatma Gandhi pour ne pas le citer, a dit avec raison : « Dès que quelqu’un comprend qu’il est contraire à sa dignité d’homme d’obéir à des lois injustes, aucune tyrannie ne peut l’asservir » ! La jeunesse congolaise qui a compris cette maxime se mobilise aujourd’hui partout à travers la RDC pour secouer le joug de l’occupation et de la prédation.

Conscient de cet éveil populaire, l’ennemi voudrait accélérer le processus d’occupation pour le parachever. La désignation de Jaynet Kanambé à la tête de la commission Défense et Sécurité répond à ce souci des occupants tutsi-rwandais de verrouiller tout en les contrôlant tous les mécanismes-clés des institutions de la République dans les domaines de la Défense, de la Sécurité, de l’Administration, de l’Economie et des Finances… Au sein du Gouvernement, du Parlement, du Sénat, de l’Armée, de la Police et de la Sécurité, la dangereuse pieuvre qu’est le Tutsi-power est en train de déployer ses tentacules sur tous les postes stratégiques, tandis que les politiciens congolais, eux, sont en train de courir derrière leurs petits intérêts matériels qu’on leur jette sous la table comme aux petits chiens ! 

Déjà à Sun City en 2004, les leaders politiques congolais avaient allègrement cédé le poste stratégique de la Défense et Sécurité nationales au Tutsi-power à travers la Vice-présidence attribuée à Azarias Ruberwa. Celui-ci en a largement profité pour infiltrer plusieurs centaines d’officiers et des milliers de militaires rwandais dans notre armée nationale. Et voilà qu’aujourd’hui, les mêmes leaders congolais récidivent. En effet, personne parmi eux n’a réagi lorsque Azarias Ruberwa s’est accaparé du ministère apparemment sans intérêt de la Décentralisation et des Réformes institutionnelles. Pourtant, à partir de ce ministère stratégique, Ruberwa  s’est attelé d’abord à morceler le Congo en provincettes avec pour objectif secret d’attiser le feu des tensions tribales et ethniques à travers tout le pays, et créer ainsi un climat favorable au processus de balkanisation du Congo. Et au moment où les politiciens congolais sont absorbés par la course stupide pour accéder à la mangeoire nationale, Azarias Ruberwa, lui, installait allègrement son propre frère aîné à la tête de Minembwe comme représentant terrien ! Et maintenant que Ruberwa, avec l’appui du Rwanda,  a fini par créer la majorité démographique en faveur des populations rwandaises dans cette région de Minembwe, Jaynet Kabila a subitement pris le relai et elle est montée au créneau pour ordonner au ministre de l’intérieur de procéder, toutes affaires cessantes, à l’organisation d’un recensement au niveau national. Cette opération du recensement cache un objectif secret, c’est celui d’octroyer le statut de citoyen congolais à tous les Banyarwanda ainsi qu’aux populations rwandaises déversées ces dernières années dans cette partie de la République avec l’appui et la complicité de l’armée rwandaise !

La désignation de Jaynet Kanambé à la présidence de la Commission Défense et Sécurité du Parlement n’est pas un fait du hasard, ni un événement ni anodin comme d’aucuns pourraient être tentés de le penser. Dans tout système parlementaire ou semi-présidentiel, la commission Défense et Sécurité est celle qui traite les dossiers les plus stratégiques et les plus sensibles relevant du domaine de la souveraineté nationale. C’est elle en effet qui propose à l’assemblée plénière l’avis du Parlement  au Chef de l’Etat ou de Gouvernement avant de déclarer la guerre, de signer des accords militaires avec des forces alliées ou  d’engager des grandes manœuvres militaires en dehors de la frontière nationale ! En résumé, c’est cette commission qui oriente la politique de Défense et de Sécurité d’un gouvernement !  Et partout dans le monde, on confie la présidence de cette commission à un parlementaire qui a une grande expertise dans le domaine de la Défense ou de la Sécurité

Mais chez nous en RDC, le choix ou mieux, la désignation de Jaynet Kabila ne répond à aucune de ces préoccupations. C’est encore là une caractéristique d’un pays occupé !  En effet, cette désignation de Jaynet Kabila choque la conscience patriotique des Congolais, surtout  lorsqu’ils considèrent ses origines rwandaises et son rôle imminent au sein du Tutsi-power, dans le processus d’occupation et de prédation de la RDC. Napoléon Bonaparte a dit : « La plus grande des immoralités est de faire le métier qu’on ne sait pas » ! Mais nous comprenons que chez nous en RDC, les normes universelles ont cédé la place à la médiocrité largement illustrée à travers ce slogan devenu populaire : «Chance eloko pamba» !

Le peuple congolais doit comprendre que nous sommes engagés dans une course contre la montre avec les agresseurs du Congo qui ne cachent plus leur détermination à s’imposer par la force et la ruse aux différents postes de commande de nos institutions pour parachever l’œuvre d’occupation, de pillage et de balkanisation de notre pays. Malheureusement, leur tâche est facilitée par certains fils et les filles du Congo qui se laissent instrumentaliser et manipuler par ces bourreaux pour assouvir leurs petits intérêts égoïstes.

Aujourd’hui, Félix Tshisekedi et tous ceux qui le suivent aveuglément doivent comprendre que leur «président» n’était qu’une simple petite «parenthèse » pour «Joseph Kabila» qui en avait besoin pour se mettre à l’abri de la double pression internationale et nationale congolaise à la fin de l’échéance de son mandat présidentiel. Maintenant qu’il a réussi à mettre sur pied tout son dispositif politique, grâce à la complicité de Félix, pour contrôler les institutions de la RDC, l’heure est venue pour « Joseph Kabila » de fermer cette «parenthèse» et de reprendre la commande des opérations.

Les dernières déclarations tapageuses des caciques du PPRD à Lubumbashi annonçant le retour politique de leur «Grand prêtre» (j’allais dire grand gourou), et revendiquant à l’occasion son droit à la candidature pour un nouveau mandat présidentiel, ces déclarations disais-je, sonnent la fin de la trêve politique et du mariage  des dupes conclu entre «Joseph Kabila» et Félix Tshisekedi.  

L’heure de la vérité a sonné ! Abraham Lincoln a dit : «Le silence devient un péché lorsqu’il prend la place qui revient à la protestation, et d’un homme, il fait alors un lâche » !   Les patriotes congolais qui ont eu le courage de dénoncer cette forfaiture dès le début doivent donc persévérer et demeurer définitivement débout pour ce face à face annoncé avec les ennemis de la Nation congolaise !  

Nous y reviendrons. 

Ingeta !

Que Dieu bénisse la RDC et son peuple!  

 

Facebook Comments
Candide Okeke

About Candide Okeke

Comments are closed