URGENT/RDC : La visite de Félix Tshisekedi en Belgique sonne le glas des illusions !

 

RDC : La visite de Félix Tshisekedi

en Belgique sonne le glas des illusions !

VERSION VIDEO

VERSION TEXTE

La question est dans toutes les bouches après la visite tumultueuse que Félix Tshilombo Tshisekedi vient d’effectuer en Belgique. Dans tous les camps  , on enregistre soit des questionnements, soit des doutes, soit  encore des désillusions et des gémissements de déception, soit aussi le tout à la fois : «Félix nous a déçu», entend-on particulièrement dans les camps des nombreux fanatiques qui attendaient des mannes célestes ; «Félix Tshisekedi n’est pas à la hauteur», chuchotent certains  officiels belges à l’issue des entretiens officiels…. L’ambiance électrique et l’euphorie qui ont précédé l’arrivée du président nommé à Bruxelles a vite cédé la place à la déception. La visite du président du président de pacotille a fait tomber les masques de toutes les illusions.

Fin des illusions pour les Belges, les Européens et les Américains :

 « Il est nul ! Il est pire que Kabila ! On ne doit rien attendre de lui»

 

Le gouvernement démissionnaire belge avait pourtant reçu mission de l’Union Européenne et des États-Unis d’Amérique de demander les résultats de la mission qu’ils avaient confié à Félix Tshisekedi, mission de neutraliser « Joseph Kabila» et de reprendre le marché des minerais qu’ils ont perdu au profit des Chinois et des Russes. Cette opération devait passer par la mise en place d’un gouvernement contrôlé par Félix Tshisekedi. Mais à ce sujet, les Belges, les Européens et les Américains ont fait un triste constat : dans le gouvernement mis en place, les ministères clés dans ces domaines ont été tous conservés par «Joseph Kabila». Les Belges ont demandé à leur invité d’honneur comment il entendait réaliser sa «mission» avec des ministres dépendant totalement de «Joseph Kabila» dans les secteurs concernés. A ce sujet, un officiel belge a confié après des longs entretiens en parlant de Félix Tshisekedi: « Il est nul ! Il est pire que Kabila ! On ne doit rien attendre de lui.» 

Effectivement, les belges ont compris maintenant que c’est « Joseph Kabila » qui est et demeure toujours aux commandes en RDC. Pour preuve, l’accord de coopération militaire entre la RDC et la Belgique qui était pourtant la clé de voute de la visite de Félix Tshisekedi à Bruxelles n’a pas été signé parce que le « vrai président » de la RDC, «Joseph Kabila», n’a pas autorisé son ministre de la Défense, Aimé Ngoy Mukena, ancien gouverneur du Katanga en 2000, à effectuer le déplacement de Belgique, bien qu’il figurait dans la liste de la délégation officielle du voyage présidentiel ! A Kinshasa, les joséphistes ne cachent pas leur joie de voir leur «raïs» continuer à humilier les belges à travers sa marionnette ! Désillusion totale dans les rangs des officiels belges. 

Les plus déçus seront les Américains qui avaient chargé leurs proxys belges de demander au président nommé les résultats des actions qu’il leur avait promis lors de sa visite aux États-Unis à savoir,  «déboulonner le pouvoir de Kabila». A la place des résultats attendus, ironie du sort, Félix Tshisekedi leur a plutôt présenté sa requête demandant l’assouplissement  des sanctions prises par l’Union Européenne et les États-Unis contre les bonzes du régime «Kabila»! Il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Autant dire qu’ils ont demandé à un manchot de jouer au basket et de marquer des paniers. Faut-il vraiment s’étonner s’il n’y arrive pas ?  

Fin des illusions pour son mentor «Kabila» et ses alliés du FCC

Dans la perspective du voyage de son protégé Félix Tshisekedi en Belgique, «Joseph Kabila» l’avait chargé de décrocher auprès de ses amis belges la levée des sanctions contre ses collaborateurs et complices congolais du PPRD et cela, en échange de certaines faveurs et d’élargissement d’espace de son pouvoir apparent. Malheureusement pour le fils d’Adrien Kanambe, son protégé n’ayant pas présenté des résultats qu’attendaient les Belges, les Européens et les Américains, sa requête fut purement et simplement rejetée. 

A cette désillusion de « Kabila » est venu s’ajouter l’«affront» dans les propos tenus par Félix Tshisekedi qui s’est vanté lors de son séjour en Belgique d’avoir tué le chef de bande rebelle des ADF . Il a en outre traité (publiquement) de «renégats» et de  «Nyangarakata» tous ceux qui sèment l’insécurité à l’Est de la RDC! Or tous les congolais savent qu’il s’agit des rwandais essentiellement . Cet acte rare de courage (?) ou purement stratégique vu le contexte, a plutôt provoqué l’ire des membres du lobby tutsi-power qui se sont retrouvés le lendemain de cette déclaration autour de « Kabila » pour tirer toutes les leçons et prendre des mesures idoines pour adresser un avertissement sévère à leur marionnette dès son retour au pays.   

 

Fin des illusions pour Félix Tshisekedi lui-même

Ses fans et troubadours lui  avaient  promis un triomphe éclatant lors de son voyage officiel en Belgique, mais à la place, Félix Tshisekedi a eu plutôt droit à une avalanche d’injures, de quolibets et d’invectives de la part d’une diaspora congolaise enflammée, en colère et très déterminée. La presse belge et la police belges impressionnés par les messages et les images transmis par la résistance congolaise à travers les calicots, les chants et autres slogans, n’ont pas caché leur sympathie voir une certainement complicité avec les manifestants congolais. La presse belge souvent complice des régimes congolais a pourtant réservé un espace considérable aux manifestations de la diaspora congolaise opposée à Félix Tshisekedi.

La désillusion de Félix Tshisekedi fut à son comble lors de la rencontre de la salle d’Heysel avec la communauté congolaise où son entourage lui avait promis une illustration du  sommet de son triomphe à Bruxelles. Une salle de 15.000 personnes fut réservée. L’argent a coulé à flot pour mobiliser les congolais. Mais malgré ce tapage et ces opérations d’achat des consciences (inimaginable à l’époque d’Etienne Tshisekedi), cette vaste salle n’a pu accueillir, selon l’estimation exacte, que 2.500 personnes, soit la moitié de la rangée centrale de 5000 personnes comme en témoigne les nombreuses images ! Ouverte pourtant dès l’après-midi à 16 heures, à 20 heures les organisateurs n’ont pas été en mesure de remplir ne fut ce que la rangée centrale de la salle ! Félix Tshisekedi qui attendait la bonne nouvelle, désillusionné, s’est finalement résolu de se contenter de cette vaste salle vide sur tous les côtés droit et gauche et à l’arrière . Il est entré vers 21 heures, le visage visiblement fermé, pour ne s’adresser à ses ouailles que pendant 15 minutes seulement. Quand on sait que certaines personnes avaient fait le déplacement depuis des pays d’Europe et d’Amérique pour assister à cette « échange», il y a de quoi se demander quel était le véritable intérêt d’un tel événement. La réalité est que la majorité des congolais de la diaspora ne se sont sentis ni intéressés ni concernés par cette rencontre collaborationniste orchestrée pour tenter de sauver un « président » illégitime et sans pouvoirs. De plus, il faut malheureusement le dire, ce meeting avait dès son annonce des relents nauséabonds et répugnants de coterie. 

Fin des illusions pour la poignée des congolais qui espéraient encore…

Beaucoup d’autres congolais naïfs qui espéraient qu’une fois au pouvoir, avec le temps, Félix Tshisekedi allait changer la situation, sont eux-aussi très déçus. Certains compatriotes congolais qui s’étaient rendus à la rencontre d’Heysel ont été choqués de constater que les membres du protocole et de sécurité s’adressaient à eux indistinctement en …tshiluba ! Certains ont dû carrément rebrousser chemin. Ceux qui ont persévéré et poursuivi leur trajet jusque dans la salle se sont vu abordés naturellement en … tshiluba.  A ce sujet un compatriote congolais, lui-même muluba, a posté sur Twitter cette note de protestation adressée à Félix Tshisekedi dénonçant la composition des officiels qui l’ont assisté aux entretiens officiels avec les autorités belges. Voici ce qu’il a écrit :

Mon Président Fatshi, veuillez corriger ceci car ça donne pas bien juste un constat :

Échange entre la délégation congolaise et les officiels belges

La partie congolaise est constituée que des ressortissants d’une même communauté : les Luba du Kasaï :

1)   Bestine KAZADI (Conseillère du président)

2)   François BEYA (Conseiller spécial du président)

3)   Mme NTUMBA (Ministre des affaires étrangères)

4)   Félix TSHISEKEDI (Président de la République)

5)   Dr NKANA (Ministre près le chef de l’État)

Cette remarque intervient au moment où les congolais ont vu circuler régulièrement dans les réseaux sociaux des documents portant sur la composition des cabinets  des nouveaux gouvernants ou autres délégations en déplacement. Or, dans la majorité de ces documents qui ont fuité et se sont retrouvés sur la place publique, on constate que Félix Tshisekedi et ses partisans sont bien décidés à travailler «en famille» où en privilégiant leur coterie tribale. La composition des équipes travaillant avec Félix Tshisekedi  bien avant son arrivée à la tête des institutions annonçait malheureusement déjà la couleur. Ce qui  en plus frappe et choque même de nombreux congolais, c’est l’arrogance qu’affichent la plupart de ces thuriféraires qui ne s’offusquent pas de clamer publiquement que c’est maintenant leur tour de saigner les caisses de l’état. Peu leur importe que la situation ubuesque actuellement au sommet de l’État congolais menace l’existence même de l’État parce qu’elle favorise et renforce le processus  d’occupation et de balkanisation en cours. Ces inconscients ont choisi de se mettre au service du Rwanda parce qu’ils n’ont comme horizon que leur nombril. A notre  peuple d’en tirer les conséquences.

Conclusion

Le chapelet de bonnes intentions récité par Félix Tshisekedi lors de son discours à l’Heysel  et ailleurs est resté sans effets sur les congolais. Particulièrement sur ceux qui réalisent chaque jour à quel point son « menu pouvoir» est fictif et très limité. Tout le monde a bien compris qu’il est surtout là pour aider le Rwanda à masquer l’occupation de la RDC. Les discours et les «mesurettes» que ses mentors rwandais Kagame et « Kabila » lui concèdent de balancer au nez des congolais et de la communauté internationale ne visent que cet objectif. 

Il appartient donc aux congolais de transformer rapidement cette série de fins d’illusions en opportunités supplémentaires pour raviver la flamme de notre combat de libération. 

Et parallèlement à tout ceci, alors qu’un nouveau voyage de Félix Tshisekedi est déjà programmé et annoncé en France pour le mois de novembre prochain, la diaspora congolaise en général et la Résistance en particulier devraient se mobiliser tous azimuts pour le combat ! Le voyage de Belgique nous aura apporté quelques avantages : l’euphorie qui s’est emparée de certains compatriotes congolais grâce à l’argent de l’État que Félix Tshilombo a répandu à flot nous  ont permis de repérer quelques infiltrés qui se sont évertués à semer la confusion pour déstabiliser les résistants et  saboter les préparatifs des manifestations contre Félix Tshisekedi.

L’APARECO a été particulièrement la cible de ces imposteurs. Mais le temps étant l’ennemi du mensonge, nombreux d’entre eux ont lamentablement échoué et se sont surtout démasqués. Il y a un temps pour tout. C’est ainsi que pour augmenter l’efficacité et la  réussite du combat de libération de la RDC,  de l’extérieur à l’intérieur du pays, nous devons, sans états d’âmes, débarrasser les rangs de la résistance de toute cette pègre et  ces brebis galeuses qui facilitent la tâche aux occupants. Nous y veillerons, à bon entendeur … 

Paris, le 21 septembre 2019

Candide OKEKE

L’ŒIL DU PATRIOTE

 

Facebook Comments
Comments are closed