VIDEO & TEXTE- Honoré Ngbanda appelle tous les congolais à se mobiliser pour sauver Minembwe (FRANCAIS)

 

 

Version VIDEO :

Version TEXTE :

Avec la complicité de Félix Tshisekedi, Kagamé accuse  le peuple congolais des crimes qu’il a commis en RDC !

 

Kagamé a une arme fatale : le mensonge !

Depuis 1990 en Ouganda d’où il a démarré sa longue conquête de la Région des Grands Lacs Africains à la tête d’une armée hégémoniste tutsi-rwandaise pour imposer une sorte de domination tutsie dans la région, Paul Kagamé s’est toujours servi du mensonge comme d’une arme diplomatique très puissante pour couvrir les nombreux crimes de guerre et crimes contre l’humanité que commettent ses troupes.

Lorsqu’en 1990, ces troupes de l’Armée Patriotique Rwandaise (APR) avaient commis des massacres de masse sur des civils hutus et tutsis rwandais pendant leur première offensive  sur Kigali, Kagamé organisa une vaste campagne pour accuser l’armée du président Juvénal Habyarimana d’être l’auteur de ses crimes. Il fut soutenu dans cette campagne médiatique par certains pays occidentaux commanditaires de ce vaste projet politico-militaire dans la région.

En 1994, Paul Kagamé planifia minutieusement, avec l’aide des mêmes pays occidentaux,  la guerre civile à Kigali pour saboter le processus de paix d’Arusha en Tanzanie, processus qui préparait l’organisation des élections démocratiques au Rwanda. Kagamé et ses alliés occidentaux savaient qu’ils n’avaient aucune chance de gagner les élections démocratiques avec son mouvement mono-ethnique tutsi qui ne représentait à peine que 20% de la population rwandaise à majorité hutu (près de 80%). Et lorsque Paul Kagamé planifia l’assassinat du Président Juvénal Habyarimana avec l’intention avérée de déclencher le génocide des tutsis, il organisa ensuite une forte campagne médiatique, toujours avec l’appui de ses alliés et mentors occidentaux, une puissante campagne médiatique pour faire porter aux seuls extrémistes hutus la responsabilité du génocide de près 900 mille tutsis et hutus rwandais. Il a fait croire au monde entier que seuls les hutus avaient assassinés des tutsis. Aujourd’hui, ce plus grand tissu de mensonge de l’histoire du monde et de l’Afrique est heureusement en train de se désintégrer grâce aux témoignages des anciens complices et proches de Paul Kagamé. Mais sa stratégie de faire porter ses crimes à ses victimes par le mensonge ne s’arrêta pas là.

En 1996, lorsqu’il a voulu agresser le Zaïre pour occuper la riche région du Kivu avec la perspective de l’annexer au Rwanda, Paul Kagamé s’est servi des deux mensonges comme prétextes: il a d’abord catégoriquement refusé le retour des réfugiés civils rwandais dans leurs pays et quelques temps après, il a prétendu que ces mêmes réfugiés menaçaient de retourner au Rwanda pour poursuivre leur crime de génocide sur les tutsis! Il a ensuite instrumentalisé des tensions sociales planifiées d’avance au sein des communautés rwandaises réfugiées depuis des années au Zaïre et qui se sont baptisés du nom de  «Banyamulenge» !

Après cette guerre d’invasion, chaque fois que Paul Kagamé a voulu déstabiliser la RDC, il a toujours recouru au mensonge en envoyant ses troupes sur le territoire congolais, mais en leur donnant faussement l’identité congolaises et partant, l’étiquettes de « rébellion » pour faire porter la responsabilité de leurs crimes au peuple congolais qui, selon la légende mensongère répandue par la presse internationale,  se livre à une guerre civile interethnique. Ce qui est évidemment faux ! C’est ainsi que la deuxième guerre d’agression de 1998 dont le but était de punir LD Kabila a été faussement baptisée de «rébellion du RCD/Goma». Et la troisième agression qui avait pour but de renforcer l’infiltration de l’Armée congolaise et des institutions de la RDC par le Rwanda a été aussi faussement appelée «rébellion du CNDP ». Et enfin, la quatrième guerre pour tenter de parachever le processus de balkanisation de la RDC a été elle aussi faussement baptisée de « rébellion du M23 » .

En plus de ces nombreuses agressions rwandaises camouflées en «rébellions», Paul Kagamé se sert depuis plusieurs années déjà des réfugiés hutus rwandais des FDLR pour créer des tensions et justifier la présence des troupes rwandaises en RDC. Mais après 26 ans d’exil en RDC, il faut reconnaitre que ceux qui composent aujourd’hui cette milice hutue rwandaise ne sont plus ces anciens militaires des ex-FAR de Habyarimana dont la majorité a disparu ou en retraite. Les FDLR d’aujourd’hui sont composées en majorité des jeunes hutus rwandais recrutés et formatés par Paul Kagame, et donc instrumentalisés par lui.

Comme on peut le voir donc, la stratégie essentielle de Paul Kagamé et du lobby expansionniste tutsi repose essentiellement sur le mensonge. Leur technique consiste à transformer leurs victimes en coupables par la magie du mensonge souvent soutenu, depuis 1990 jusqu’à ce jour, par des lobbies politico-mafieux opérant à partir des Etats-Unis d’Amérique et utilisant des puissants médias internationaux.

Et aujourd’hui, pour accélérer le processus d’occupation de Minembwe, Kagamé vient de lancer la campagne en faveur des « Banyamulenge » en Arizona aux Etats-Unis d’Amérique !       

La campagne en faveur des Banyamulenge

vient d’être lancée en Arizona aux Etats-Unis !

Voilà pourquoi j’ai décidé de m’adresser à l’opinion nationale congolaise et internationale pour dénoncer, avec colère, la campagne mensongère que Paul Kagamé et le lobby expansionniste tutsi viennent déclencher aux Etats-Unis d’Amérique pour accuser le peuple congolais du prétendu  massacre des Banyamulenge dans la guerre qu’ils nous mènent à Minembwe. C’est du cynisme à l’état pur !

En effet, le mercredi 10 juillet 2019, la communauté des rwandais autoproclamés «Congolais Banyamulenge» habitant Phoenix en Arizona aux Etats-Unis d’Amérique, a organisé une manifestation populaire sous l’égide du sénateur  de l’Arizona, Tony NAVARETTE, représentant le District 30. Le but de la manifestation était de permettre aux ressortissants tutsis rwandais qui se présentaient comme des congolais, d’alerter le public américain sur les prétendus massacres des  «Banyamulenge» et sur leur chasse par les ethnies congolaises. Tous ces mensonges ont pour but de solliciter l’aide humanitaire du peuple américain et l’appui des autorités politiques des Etats-Unis en faveur des «Banyamulenge»!

Ainsi, dès le début de la manifestation, le sénateur Tony NAVARETTE a introduit le porte-parole de la communauté  dite banyamulenge qui s’est présenté au public américain sous le nom de Douglas GASORA et leur a tenu le discours suivant dont je vous livre la version française. Je le cite :   

«Je suis ici pour parler au nom de la communauté banyamulenge de Phoenix en Arizona. Nous avons un petit mais un important message à vous transmettre. Ce message est contenu dans ce communiqué de presse :

«Nous, ressortissants de l’ethnie Banyamulenge de la RDC, vivants à Phoenix voudrions vous décrire le contexte et vous faire une mise au point sur la crise humanitaire actuelle qui affecte nos populations dans la région de Minembwe et du Kivu. »

«Des enfants, hommes et femmes banyamulenge innocents sont tués et sont systématiquement expulsés de leurs maisons et chassés de leurs terres. Leurs réserves de nourriture, et leurs nombreux animaux d’élevage sont pillés et abattus. D’innombrables villages sont incendiés et des milliers de personnes sont forcées de fuir dans les forêts vers des endroits inconnus. On estime qu’environ 40000 personnes de l’ethnie Banyamulenge ont été déplacées dans la région du centre de Minembwe. » (ndlr: c’est nous qui soulignons)

«Au moment même où nous vous faisons cette présentation, ces hommes sont à la merci des intempéries et autres aléas de la nature, sans couvertures adéquates, ni vêtements chauds. Les besoins alimentaires et médicaux sont actuellement à un niveau très critique.»

Nous sommes donc ici aujourd’hui pour demander d’abord de l’aide humanitaire à la communauté internationale. Mais avant tout, nous demandons une paix durable en RDC, mais surtout pour la communauté banyamulenge en particulier. (ndlr : c’est nous qui soulignons)

« Je témoigne de ce que j’ai vu et  j’en ai vu beaucoup. J’ai partagé leurs expériences avec de nombreuses atrocités perpétrées contre eux en raison de leur appartenance ethnique au fil des ans. Je pense qu’il est temps que nous puissions le révéler au grand jour et réclamer la  nécessité d’arrêter ces atrocités. Nous demandons que justice soit établies pour punir les  responsables de toutes ces atrocités commises contre les Banyamulenge et d’autres communautés dans la région du Congo.

«Nous tenons à souligner que nous nous félicitons de la déclaration de notre nouveau président, Félix Tshisekedi, qui a été faite le 30 juin dans la région de l’Ituri.»(ndlr : c’est nous qui soulignons) Il a déclaré qu’il est déterminé à mettre fin aux conflits armés au Congo, et dans la région de Minembwe en particulier.»Mais nous souhaitons également saluer la déclaration faite par le commandant de l’armée de la RDC, la général Gabriela AmisiTango fort en juillet 2009, notamment lors de sa visite à Minembwe. Il s’était également engagé à mettre fin à la violence contre les civils et à installer une paix durable dans cette région du Congo.

«Nous demandons donc une fois de plus à la communauté internationale, de faire pression sur le gouvernement congolais pour qu’il tienne ses promesses et pour que la paix soit obtenue dans l’ensemble de la RDC, dans la région du Kivu en général, et dans le sud du Kivu en particulier, et plus précisément pour les Banyamulenge, à cause des atrocités qu’ils subissent. »

«Avant de terminer, nous aimerions saisir cette occasion pour remercier tous ceux qui nous ont aidé à organiser cet événement. Tout d’abord, nous voudrions remercier toute la communauté Banyamulenge vivant en Arizona et dans la région de Phoenix d’être venues et d’être la voix des sans-voix du Congo.»

«Nous voudrions également remercier le sénateur, Tony Navarrete, pour ses efforts et son aide pour nous avoir amenés ici et pour faire en sorte que ce message soit transmis. Et nous remercierons également le représentant Tony Karon et le chef de la police Mr. Jan A. »

«Nous voudrions également remercier le département de police de Phoenix, de nous avoir donné cette opportunité et de nous avoir permis de venir ici. »

«Nous vous remercions et espérons que ce message sera propagé. Nous voulons nous assurer que tous ceux qui se trouvent à proximité l’entendront… et pourront ainsi agir

« Je vous remercie.» Fin de citation.

Observations

Une brève analyse du présent communiqué de presse des prétendus congolais Banyamulenge appelle quelques observations. C’est pourquoi nous avons tenu, par probité intellectuelle, à présenter d’abord l’intégralité de son contenu.

Primo : Dans leurcommuniqué de presse, les prétendus banyamulenge se présentent comme étant les victimes de la violence des populations congolaises. Le communiqué pousse le culot jusqu’à préciser qu’environ 40.000 banyamulenge sont chassés de leur village. Et pour semer la confusion, ils utilisent le vocable de «déplacés » communément usité par les experts de l’ONU pour désigner les congolais chassés de leurs terres !

Or, si je me réfère à la fiche de l’ONU sur « les populations congolaises déplacées », Fichier (UNCT-CD-OCHA-IDP- juin 2017. Docx) Page 1, ce rapport dit :

En juin 2016, la République Démocratique du Congo comptait 1,7million de personnes déplacées. 12 mois plus tard, la RDC est le pays africain le plus affecté par les déplacements internes avec 3,8 millions de personnes…. Cette forte augmentation-plusgrande que la population de Bruxelles-est née de violences dans les Kasaï qui ont poussé plus de 1million de personnes à quitter leurs habitations,ainsi que dans le Tanganyikaet le Nord-Kivu. Les femmes constituent 52% des personnes déplacées; les familles d’accueil (87%) constituent le principal type d’hébergement.16 provinces sur les 26 que compte le pays abritent des personnes déplacées »

En comparant les données de l’ONU avec les élucubrations des banyamulenge aux Etats-Unis, on est amené à se poser les questions suivantes :

  • Comment une population des banyamulenge qui ne dépasse pas 100 mille âmes peut-elle prétendre être victimes des populations congolaises dont le nombre des populations chassés fixé par l’ONU s’élève à 1,7 million ?Qui a chassé qui ? La vérité que le monde doit savoir, et que les rwandais veulent escamoter, est que c’est l’armée rwandaise opérant en RDC qui chassent des millions des populations autochtones de leurs terres natales pour y installer les populations tutsie rwandaises dénommées «Banyamulenge» !
  • Comment les populations dites banyamulenge habitant dans le Kivu peuvent-elles  prétendre être victimes des violences faites aux populations des Kasaï et des autres provinces de la RDC ?  Mais quelqu’un a dit : plus le mensonge est gros, plus on y croit !

Secundo : Douglas GASORA prétend qu’il a vécu et partagé les souffrances de ses frères banyamulenge en RDC. Mais peut-il dire au monde avec quel passeport il a voyagé aux Etats-Unis, et comment il l’a obtenu ? Peut-il expliquer pourquoi des millions de congolais déplacés comme lui et appartenant aux ethnies congolaises autochtones ne bénéficient pas de passeport congolais pour aller trouver refuge aux Etats-Unis ? Qui, des « Banyamulenge » et des autres ethnies congolaises sont favorisés en RDC ?

Tertio : Les chaleureuses félicitations adressées à Félix Tshisekedi par les tutsis rwandais et leurs sponsors américains pour ses discours révèle la stratégie de Paul Kagamé de le présenter au monde comme un «président crédible», justement parce qu’il véhicule bien ses thèses mensongères. Il appartient aux Congolais d’en tirer toutes les leçons.      

Après la lecture de ce communiqué de presse par Douglas GASORA, le sénateur américain Tony NAVARETTE a repris la parole pour expliquer au  public américain ainsi qu’à la presse, la portée réelle de cette manifestation du jour. Et il leur a dit ceci :

 « Ce qui se passe, c’est que la communauté derrière vous est véritablement en train de s’organiser non seulement ici dans l’État de l’Arizona, mais dans tout le pays et nous voulons nous assurer que nos dirigeants politiques les écoutent. »

« Je vous assure donc que nous ferrons un effort pour faire parvenir ce message  aux deux membres du Congrès de l’Arizona au Capitole, les sénateurs Mc SALLY et SINEMA, afin qu’ils exercent la pression nécessaire sur le gouvernement congolais.»   

«Je souhaite féliciter le président de la RDC, TSHISEKEDI, pour certaines déclarations qu’il a faites. Parce que ce qu’il a déclaré, qu’il veut voir la violence cesser dans l’Est du Congo et qu’il veut s‘assurer que ces communautés soient protégées…. Mais nous voulons nous assurer que ce ne sont pas que des mots, mais qu’il y aura véritablement des actions de justice pour les milliers de vies qui ont été détruites simplement à cause de l’intolérance et de la discrimination…, à cause du refus de considérer quelqu’un d’autre comme un être humain.»

Comme on peut donc le constater, la manifestation des prétendus congolais  banyamulenge de Phoenix en Arizona est loin d’être un phénomène spontané ou isolé de quelques tutsis rwandais.  Mais comme l’a dit le sénateur Tony NAVARETTE, il s’agit du lancement d’une vaste campagne qui vise à mobiliser le peuple et le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique en faveur des «Banyamulenge » présentés là-bas comme une ethnie minoritaire et victime de la barbarie des autres ethnies congolaises qui leur arrachent leurs terres et leurs biens ! Et si nous ne faisons rien, demain, ce sont les puissants médias mensonges des Etats-Unis et d’Europe qui vont créditer cette fausse thèse pour réclamer que Minembwe soit céder aux rwandais déguisés derrière le vocable de « Banyamulenge» pour les protéger de la violence des congolais! Ainsi, du statut des criminels, les tutsi-rwandais qui ont violé et tué des millions de congolais vont devenir des victimes à protéger contre les méchants Congolais!

Et pendant ce temps, la communauté congolaise des Etats-Unis est totalement invisible et absente de la scène ! Tandis que en RDC, la classe politique congolaise, toutes tendances confondues, est plongée dans la course au pouvoir où chacun se bat pour avoir accès à la mangeoire nationale! On distrait le peuple avec les querelles stupides du Bureau du Sénat, des postes ministériels, des tensions au sein des alliances et des coalitions politiques et j’en passe !  Et quand je lance le cris d’alarme pour prévenir le peuple congolais contre ce danger, certaines voix s’élèvent pour me traiter d’extrémiste ! Et pourtant, le danger est sur nos têtes !

Le discours diplomatique de Félix Tshisekedi contribue à couvrir les crimes de Paul Kagamé en RDC !

Toute cette situation rocambolesque que nous venons de décrire devient encore plus grave quand l’on considère que les rwandais ainsi que leurs alliés et complices occidentaux ne jurent plus que par le nouveau chef de l’Etat congolais, Félix Tshilombo Thsisekedi,  dont le discours et les déclarations politiques ne font que soutenir leur campagne mensongère visant à faire porter au peuple congolais la responsabilité des crimes que les troupes rwandaises de Paul Kagamé ont commis et continuent de commettre en RDC depuis 1996.

En effet, dans le communiqué final du sommet quadripartite entre les Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Angola, de la RD Congo, de l’Ouganda et du Rwanda, qui s’est tenu à Luanda en Angola ce 12 juillet 2019, plus précisément au point 5 du communiqué conjoint, il est stipulé ce qui suit:

« Les Chefs d’État ont salué les efforts entrepris par les autorités de la République Démocratique du Congo en vue de la pacification de l’ensemble du territoire national, en condamnant fermement la persistance des groupes armés à l’est du pays, réfractaires du processus de paix engagé et qui déstabilisent les pays voisins

Si Félix Tshisekedi ne le sait pas, par manque d’expérience, ses collaborateurs et experts qui ont certainement contribué à la rédaction de ce communiqué savent qu’en diplomatie, le poids des mots ont des conséquences parfois plus dévastatrices que des armes à feu. En condamnant officiellement avec les 3 autres chefs d’Etat, dont Paul Kagamé, «la persistance des groupes armés à l’Est de la RDC »et surtout, en confirmant que ces groupes armés «déstabilisent les pays voisins», Félix Tshisekedi se fait ici l’avocat de la thèse mensongère entretenue Paul Kagamé et qui tend à rendre la RDC responsable de la déstabilisation du Rwanda alors que c’est elle qui est agressée, pillée et occupée!

En effet, Félix Tshisekedi et son allié Paul Kagamé peuvent-ils dire aux Congolais combien de villages rwandais ont été attaqués ou pillés, et combien de rwandaises ont-ils été violées, éventrées ou enterrées vivantes par des milices en provenance de la RDC ? Peuvent-ils nous dire combien de rwandais ou d’ougandais ont été chassés de leur terre natales pour fuir les attaques des milices congolaises en provenance de la RDC ? Je viens de vous donner le chiffre de 3,8 millions congolais déplacés,selon le document officiel de l’ONU. Qui déstabilise qui ? Félix Tshisekedi et ses alliés Kagamé et Museveni sont-ils capables de nous dire quelle portion du territoire rwandais ou ougandais est aujourd’hui occupée soit par des milices hutues rwandaises des FDLR, soit par des rebelles ougandais des ADF/NALU ? Tout le monde sait que toutes ces prétendues forces rebelles rwandaises et ougandaises n’opèrent jamais dans leur pays d’origine. Durant deux décennies, ces milices rwandaises et ougandaises tuent les congolais, violent leurs femmes et leurs enfants, tuent leurs chefs coutumiers et occupent les terres congolaises après avoir chassés les autochtones dans la forêt. 

Et devant ces vérités flagrantes, qu’un chef d’Etat congolais se joigne ainsi publiquement aux agresseurs de notre pays pour cracher sur le sang des millions de victimes congolaises reconnues par les enquêteurs des Nations Unies et des ONG internationales, une telle attitude dépasse tout l’entendement ! Le nouveau président de la RDC a-t-il seulement pris la peine de demander en privé au Docteur Denis Mukwege l’identité des criminels qui ont violé des centaines de milliers de femmes congolaises et détruits leurs corps que ce brave compatriote soigne nuit et jour ? Je lui conseille de le faire !              

Mobilisons-nous pour sauver Minembwe et stopper l’occupation de l’Est de la RDC !

Je ne saurais donc terminer cette adresse sans lancer un appel patriotique à tous les Congolais de l’intérieur et de l’extérieur de la République pour les inviter à se mobiliser pour sauver Minembwe. Nous devons sauver Minembwe !

Car toute l’agitation politique que fait actuellement Paul Kagamé avec l’aide de Félix Tshisekedi ne vise qu’à détourner l’attention des Congolais et de l’opinion internationale sur la grande offensive militaire qu’il vient de lancer sur Minembwe à l’Est de la RDC pour briser la résistance patriotique des populations congolaises autochtones des  Babembe, Banindu, Bafulero, Barega, et autres. Et au moment où je vous parle, plusieurs bataillons de l’armée tutsi rwandaise se sont déployés dans les hauteurs du plateau d’Itombwe, Fizi et Uvira. A Bunyakiri et Kasha, des nouveaux villages se sont créés, ils sont habités par des nouvelles populations rwandaises qui sont protégées par des policiers rwandais ! L’ONU et les ONG opérant dans cette région ne me contrediront pas !

Et comme il l’avait fait en 1998, Azarias Ruberwa vient de monter, avec l’aide de Paul Kagamé et le lobby tutsi, une nouvelle milice tutsi rwandaise qui combat à Minembwe sous le vocable d’une nouvelle rébellion dénommée «Ngomino». C’est un mot kinyarwanda qui symboliserait la détermination des Rwandais à ne pas quitter le territoire congolais. Une sorte de pied de nez de Ruberwa aux Congolais!

La bataille de Minembwe constitue donc pour Kagamé l’étape fatidique de son projet machiavélique d’établir à l’Est de la République Démocratique du Congo un territoire rwandais qui pour a but de résoudre la double problématique de l’exiguïté du territoire rwandais et de la démographie galopante.

Ce que nous n’acceptons pas, ce que le Rwanda résolve ces problèmes internes sur le dos de la RDC et du peuple congolais !

Voilà pourquoi j’en appelle à la conscience patriotique des hommes politiques congolais de tout bord ! Je m’adresse avant tout à Martin Fayulu en qui le peuple congolais a placé le 30 décembre 2018 toute sa confiance pour qu’il l’aide à sortir du bourbier de l’occupation étrangère et de la prédation. Je lui demande de dépasser le simple stade d’une réclamation stérile des «vérités des urnes» auprès de ceux-là mêmes qui sont les principaux auteurs de la fraude électorale de décembre 2018. Je l’invite à mobiliser définitivement le peuple congolais autour des vrais enjeux qui menacent son existence en tant que nation, et de l’amener à se dresser contre toutes les forces occultes qui menacent aujourd’hui dangereusement  l’avenir du grand Congo.

Je m’adresse à toutes les églises confessionnelles de la RDC ainsi qu’aux églises évangéliques et pentecôtistes ; je les invite à mobiliser la conscience de leurs fidèles en tant que croyants et citoyens congolais, afin qu’ils se dressent courageusement contre les forces du mal qui entravent les valeurs spirituelles d’amour, de vérité, de justice, d’intégrité et du respect de la vie humaine et des biens d’autrui.

Je m’adresse surtout à la jeunesse congolaise, avenir de demain, et je l’invite à prendre dès aujourd’hui ses pleines responsabilités devant l’histoire pour pallier à la défaillance des hommes politiques qui ont démissionné de leurs responsabilités devant la nation congolaise. Je l’invite à se débarrasser de toutes formes de complexe et de peur, et à prendre le flambeau en vue d’en rallumer le feu qui s’éteint !

Je m’adresse à tous officiers et militaires congolais qui servent encore sous le drapeau national, et spécialement à ceux appartenant aux unités qui sont envoyées au front à Minembwe pour combattre leurs propres concitoyens qui résistent contre les envahisseurs étrangers qui veulent leur arracher la terre de leurs ancêtres. Je leurs rappelle que le règlement militaire leur demande de ne pas obéir aux ordres iniques ! Et je leur rappelle le principe militaire qui dit : « Discipline ezali boumbu te ! » (La discipline ne veut pas dire servitude !) Je leur demande de ne pas verser le sang de leurs frères congolais qui se battent pour défendre la terre de leurs ancêtres ! Je les invite à se tenir plutôt au service du peuple congolais pour le soutenir dans le noble combat de résistance aux forces maléfiques d’occupation et de prédation de la République Démocratique du Congo, car cette tâche est congolaise. Et si nous ne le faisons pas nous-mêmes, personnes ne le ferra demain à notre place.

Que Dieu bénisse la RD Congo et son peuple ! 

Facebook Comments
Comments are closed