URGENT/Le quotidien ougandais Daily Monitor confirme les propos d’Honoré Ngbanda 

Le quotidien ougandais Daily Monitor confirme les propos d’Honoré Ngbanda 

«L’adhésion de la République démocratique du Congo à la CAE … laisse présager un espace opportun pour la plus grande zone de libre-échange continentale de l’Afrique.»

Dans son message adressé aux congolais ce mardi 18 juin à 21h40 de Paris, le leader de l’APARECO a stigmatisé avec force la pression sourdine qu’exerce Paul Kagamé sur Félix Tshisekedi pour le pousser à demander l’entrée de la RDC dans la CAE (Communauté économique d’Afrique de l’Est) et cela, avec l’arrière pensée de profiter de la clause de libre circulation des personnes et des biens d’une part, et du chaos qui règne actuellement à l’Est de la RDC d’autre part pour déverser massivement les populations rwandaises dans les régions convoitées du Kivu.

Ce mercredi 19 juin, le journaliste Ivan R. MUGISHA du quotidien ougandais Daily Monitor,à travers son article intitulé «How DR Congo entry into EAC will change the bloc» (Traduisez : Comment l’entrée de la RD Congo dans la CAE changera le bloc »),vient de confirmer les analyses et les craintes exprimées par Honoré Ngbanda dans son dernier message aux congolais ! Nous vous présentons en annexe le texte original (en anglais) de cet article de Daily Monitor ainsi que celui de la traduction française (libre) de notre rédaction.

Nous laissons ainsi à chaque congolais, capable de le faire, le soin d’analyser en profondeur et d’apprécier les assertions du journaliste ougandais Ivan R. Mugisha sur les conséquences et les avantages que les  pays actuellement membres de la CEA entendent tirer de l’entrée de la RDC dans leur organisation. Il est évident que la présence de la RDC dans cette communauté aurait été avantageusepour les congolais dans les conditions normales où la RDC aurait disposé d’un Etat souverain avec des frontières sûres et une structure administrative solide et crédible. Mais à l’état actuel d’un non-Etat où la RDC est en proie à l’invasion et à l’occupation rwandaise, ougandaise et soudanaise (avec des Mbororo), la présence de la RDC dans cette organisation régionale (CEA) ressemble plutôt à l’Eldorado que le journaliste de Daily monitor a de la peine à cacher dans son analyse.

Nous n’en dirons pas plus. Que ceux des Congolais qui préfèrent s’en prendre à la personne d’Honoré Ngbanda chaque fois qu’il attire l’attention des Congolais sur les dangers qui menacent notre nation, que ces congolais-là se donnent au moins la peine de lire cet article du journaliste ougandais que nous reproduisons ci-dessous pour se rendre compte par eux-mêmes de leur propre turpitude et de leur inconscience!

Paris le 20 Juin 2019

Candide OKEKE

L’OEIL DU PATRIOTE  

       ===============================================================

Article du Daily Monitor (Version française)

Comment l’entrée de la RD Congo dans la CAE changera le bloc
MERCREDI 19 JUIN 2019

  1. Felix Tshisekedi, président de la République démocratique du Congo. DOSSIER PHOTO

Par IVAN R. MUGISHA

Kigali. La République démocratique du Congo a demandé à rejoindre la Communauté de l’Afrique de l’Est afin de potentiellement élargir les frontières du bloc commercial jusqu’à la côte atlantique de l’Afrique.
Cette demande intervient après plusieurs mois de pourparlers entre le président de la RDC, Felix Tshisekedi, et le président du Rwanda, Paul Kagame, président de la Communauté de l’Afrique de l’Est.
Des sources proches des pourparlers diplomatiques qui ont précédé la demande officielle indiquent que la plupart des États membres de la CAE sont enthousiastes à propos de l’adhésion de la RDC.

La RDC a officiellement annoncé son intention de rejoindre la CAE dans une lettre datée du 8 juin adressée au président Kagame. Kinshasa a indiqué que sa volonté de rejoindre le bloc était informée du renforcement de ses relations commerciales avec la région.
En réponse, le président Kagame a demandé au secrétariat de la CAE de soumettre la demande de la République démocratique du Congo à la discussion lors du prochain sommet des chefs d’État, en novembre. Si les conditions d’admission sont remplies, les membres voteront sur son admission.

Changeur de jeu
L’adhésion potentielle de ce pays d’Afrique centrale est considérée comme un facteur décisif, compte tenu de la richesse de ses ressources naturelles et de son immense marché de consommateurs de 81 millions de personnes.
C’est le premier producteur mondial de cobalt, l’un des principaux composants de la fabrication de batteries rechargeables pour véhicules électriques, et le principal producteur de cuivre d’Afrique. C’est également un important producteur d’or, de diamants, d’uranium, de coltan, de pétrole et d’autres métaux précieux, ce qui en fait l’un des pays les plus riches en ressources au monde.
La République démocratique du Congo abrite également le deuxième plus long fleuve du monde, le Congo, de vastes étendues de sol fertile, ce qui en fait potentiellement l’un des plus grands producteurs agricoles du monde.

L’adhésion de la République démocratique du Congo à la CAE, si elle est accélérée et pleinement intégrée au moyen d’infrastructures clés, laisse également présager un pilier opportun, non seulement pour la région, mais également pour la plus grande zone de libre-échange continentale de l’Afrique.
«L’affiliation en République démocratique du Congo offre la possibilité d’ouvrir un vaste corridor de commerce et de communication en plein centre de l’Afrique, de l’océan Indien à l’océan Atlantique», a déclaré Jeremiah Owiti, analyste des politiques basé à Nairobi.

Depuis son entrée en fonction en janvier, le président Tshisekedi a manifesté un vif intérêt pour la CAE et a rendu visite à cinq États membres – le Burundi, le Kenya, le Rwanda, l’Ouganda et la Tanzanie. Il a même tenté d’intervenir entre le Rwanda et l’Ouganda.

Marché
Mme Patience Mutesi, directrice nationale du Rwanda pour TradeMark East Africa, a accueilli avec satisfaction la demande de la République démocratique du Congo, déclarant qu’un marché plus étendu de la CAE offrirait davantage de possibilités aux commerçants et aux consommateurs.
La RD Congo offre au moins la moitié du marché de l’ensemble de la CAE et cherchera également à exporter dans la région.
Les données du ministère du Commerce ougandais indiquent que le pays a exporté pour 398 millions de dollars de marchandises vers la RD Congo en 2018 et envisage de porter ce volume à 2 milliards de dollars d’ici 2020.

=====================================================================

Article du Daily Monitor Version anglaise

How DR Congo entry into EAC will change the bloc

WEDNESDAY JUNE 19 2019

    

Requested. Mr Felix Tshisekedi, the president of Democratic Republic of Congo. FILE PHOTO 

In Summary

  • The DR Congo officially communicated its intention to join the EAC in a letter to President Kagame dated June 8. Kinshasa said its desire to join the bloc was informed by its increasing trade ties with the region.

ADVERTISEMENT

By IVAN R. MUGISHA

Kigali. The Democratic Republic of Congo has applied to join the East African Community in a move that could potentially expand the boundaries of the trading bloc to the Atlantic coast of Africa.
The application comes following months of talks between DR Congo President Felix Tshisekedi and Rwanda President Paul Kagame, who chairs the East African Community.
Sources familiar with the diplomatic talks that preceded the formal application say most EAC member states are enthusiastic about DR Congo’s membership.

The DRC officially communicated its intention to join the EAC in a letter to President Kagame dated June 8. Kinshasa said its desire to join the bloc was informed by its increasing trade ties with the region.
In response, President Kagame directed the EAC Secretariat to table DR Congo’s application for discussion at the next Heads of State Summit in November. If it meets the admission requirements, members will vote on its admission.

Game changer
The potential membership of the Central African country is being viewed as a game-changer, given its natural resources wealth and a huge consumer market of 81 million people.
It is the world’s biggest producer of cobalt, a major component in the manufacture of rechargeable batteries for electric vehicles, and Africa’s main copper producer. It also a major producer of gold, diamonds, uranium, coltan, oil and other precious metals, making it one of the most resource-rich countries in the world.
DR Congo is also host to the world’s second-longest river, the Congo, vast swathes of fertile soil, potentially making it one of the biggest agricultural producers in the world.

DR Congo’s membership in the EAC, if fast-tracked and fully integrated through key infrastructure, also portends a timely pillar not only for the region but also for the bigger Africa Continental Free Trade Area.
“DR Congo’s membership offers the potential of opening a vast trading and communication corridor right across the middle of Africa from the Indian Ocean to the Atlantic Ocean,” said Jeremiah Owiti, a Nairobi-based policy analyst.

President Tshisekedi has, since his inauguration in January, shown keen interest in the EAC, and has officially visited five member states — Burundi, Kenya, Rwanda, Uganda and Tanzania. He even attempted to mediate between Rwanda and Uganda.

Market
Ms Patience Mutesi, the Rwanda country director for TradeMark East Africa, welcomed DR Congo’s application, saying a larger EAC market means more opportunities for traders and consumers.
DR Congo offers a market almost half the size of the entire EAC, and will also seek to export to the region.
Data from the Uganda Trade Ministry shows the country exported $398 million’s worth of goods to DR Congo in 2018, and plans to increase that to $2 billion by 2020.

Facebook Comments
Comments are closed