URGENT-APARECO NEWSLETTER/ Marie-France Cros ou la sémantique de l’hypocrisie et du cynisme des pays occidentaux dans la crise en RDC !

APARECO NEWSLETTER

VERSION AUDIO

 

Marie-France Cros ou la sémantique de l’hypocrisie et du cynisme des pays occidentaux dans la crise en RDC !

Par Honoré Ngbanda-Nzambo Ko Atumba –  Paris, le 13 Juin 2019

 

« …Il y avait quelque chose de pourri dans

la “passation pacifique du pouvoir” tant célébrée,

depuis janvier, à Kinshasa, Washington ou Bruxelles» ! 

Dixit Marie-France Cros !

L’article de Marie-France Cros publié ce mercredi 12 juin sous le titre «RDCongo : le dangereux appétit d’ogre des kabilistes» m’a laissé pantois. Il m’a en effet rappelé les propos de l’écrivain allemand Jean-Paul Richter qui a écrit : «Les journaux renferment d’excellentes vérités au milieu des plus grossiers mensonges, ce sont quelques pièces d’or enveloppées de papier-monnaie »Il convient de signaler qu’au même moment que sortait cet article de la journaliste de la Libre Afrique, l’APARECO de son côté publiait comme par hasard sa déclaration politique pour dénoncer «le climat politique chaotique et conflictuel intentionnellement créé par la coalition méphistophélique FCC-CACH » !

Mais en voulant stigmatiser la même situation d’imbroglio politique, Marie-France Cros lâche (soit par inadvertance, soit inconsciemment?) des phrases qui révèlent toute l’hypocrisie et le cynisme des pays occidentaux face à la caricature de la démocratie qu’ils imposent au peuple congolais, plus particulièrement depuis les dernières fraudes électorales du 30 décembre 2018. Dès le début de son article, la journaliste affirme que «les capitales amies (ndlr : lisez occidentales) avaient pensé que, même frauduleux, ces élections étaient un progrès par rapport aux présidences Kabila » (sic!) 

C’est autant affirmer que les Congolais n’ont pas droit à la démocratie comme tout le monde, ils doivent se contenter d’une démocratie au rabais où la fraude massive, la tricherie et la corruption auxquelles «Kabila», la CENI et la Cour constitutionnelle se sont publiquement livrés sont considérées par Marie-France Cros comme un simple «audacieux coup de poker joué par Joseph Kabila lorsqu’il a fait proclamer Félix Tshisekedi vainqueur de la présidentielle en dépit des résultats » ! Ces propos permettent ainsi au peuple congolais de réaliser dorénavant comment l’Occident apprécie le crime de violation de sa souveraineté. Selon donc cet article de la Libre Afrique,  l’Occident considère ce crime commis par «Kabila» comme un simple «jeu de poker» !

Mais Marie-France Cros va plus loin. Elle prodigue même des conseils de sagesse et de modération aux « clients politiques» de «Joseph Kabila» et leur demande de ne pas réveiller les Congolais de leur sommeil denaïveté. Ces congolais qui n’ont pas encore compris qu’ils ont été roulés dans la farine en acceptant de lâcher leur victoire aux élections en faveur d’un accord secret Kabila-Tshisekedi, accord  qui ne leur donne que «l’ombre» de la « proie », entendez le pouvoir. En effet, à ce sujet, la journaliste écrit ceci: « À trop montrer aux Congolais, excédés des kabilistes, qu’ils ont lâché la proie pour l’ombre en se contentant de l’accord secret Kabila/Tshisekedi pour le partage du pouvoir, les clients politiques de l’ex-chef de l’État congolais risquent de rallumer la flamme de la colère populaire.» En bonne conseillère donc des occupants et des bourreaux du peuple congolais, la journaliste de la Libre Afrique ne cache plus le jeu de ses maîtres, ces puissants lobbies politiques et financiers de l’Occident. A aucun moment elle est préoccupée par le respect de la souveraineté bafouée et confisquée du peuple congolais. C’est le dernier de ses soucis ! La seule et véritable préoccupation de l’Occident est celle clairement exprimée par Marie-France Cros à travers cette citation du prince sicilien Salina qu’elle évoque dans son article: «Pour que rien ne change, il faut que tout change». Et elle explique ce qu’elle entend par cette citation en ces termes: «accepter des changements de forme pour garder la réalité du pouvoir» ! En clair donc, pour les pays occidentaux, «Kabila » et ses « clients politiques », entendez les FCC, doivent simplement faire l’effort de respecter la forme autrement dit, les apparences du pouvoir en faveur de Félix Tshisekedi, mais en revanche, ils peuvent garder «la réalité du pouvoir»! Les congolais naïfs n’ont qu’à se contenter, comme toujours, de «l’ombre du pouvoir» !

Et en fidèle descendante des colons, la journaliste conclue son article par une mise en garde très sibylline. Elle demande aux kabilistes de ne pas trop pousser le bouchon et de ne pas tirer toute la couverture de leur côté. Elle fait ici allusion à la dernière décision de Kabila et ses «chiens de Pavlov» d’invalider 23 députés de LAMUKA. Ainsi elle  prévient « Kabila » et le FCC que leur manque de sagesse et de modération risque de dresser contre eux les pays occidentaux «qui refusaient (ndlr : jusqu’ici) de voir qu’il y avait quelque chose de pourri dans la “passation pacifique du pouvoir” tant célébrée, depuis janvier, à Kinshasa, Washington ou Bruxelles».  

Les faits sont désormais très clairs : les leaders des pays occidentaux savent que leurs éloges concernant la fameuse «passation pacifique du pouvoir» ne sont que de la poudre aux yeux des Congolais. Elles sont la pure expression de leur hypocrisie et cynisme! Car ils savent pertinemment bien qu’il y a «quelque chose de pourri» dans ce simulacre de démocratie qu’ils offrent aux Congolais comme un cadeau empoisonné. 

Il appartient donc aux Congolais, et à eux seuls, de se lever et de se battre pour recouvrer le plein exercice  de leur souveraineté en libérant tout le territoire congolais de toutes les forces d’occupation sous toutes ses formes. Et pour cela, une simple mobilisation pour la vérité des urnes ne suffit pas, il faut aller plus loin ! Jusqu’au bout ! Il faut libérer le Congo !

Que Dieu bénisse la RD Congo et son peuple !     

Facebook Comments
Candide Okeke

About Candide Okeke

Comments are closed