URGENT- APARECO NEWSLETTER: Le retour annoncé de Moïse Katumbi en RDC sème le vent de la discorde et du chaos !-Appel au leader du MLC

APARECO NEWSLETTER

Le retour annoncé de Moïse Katumbi en RDC

sème le vent de la discorde et du chaos !

Par Honoré Ngbanda-Nzambo Ko Atumba

«Puisqu’ils ont semé du vent, ils moissonneront la tempête» !

(Osée 8 :7)

La sagesse biblique nous apprend que l’homme ne récolte que ce qu’il a semé! Le couple infernal à la tête de la RDC, et dont les membres vivent en séparation de corps, l’un à Kingakati et l’autre à la cité de l’UA, commence déjà à expérimenter la vérité immuable de cette sagesse divine. Une certaine nuit du 30 décembre 2018, «Joseph Kabila» et Félix Tshisekedi ont utilisé la semence de la corruption et la trahison, ils ont fondé leur alliance  secrète sur le terrain boueux de la fraude, du mensonge et de l’iniquité, cinq mois après, ils ne peuvent que récolter le fruit de leur semence : l’infidélité, la félonie, le conflit et la haine. Leur coalition diabolique de cette maudite nuit de l’histoire de la RDC ne peut prétendre durer plus longtemps ni produire quelque chose de bon pour le peuple congolais!

La Bible dit dans le livre d’Osée chapitre 8 au verset 7 : « Puisqu’ils ont semé du vent, ils moissonneront la tempête ! » Et voici cinq mois après la nomination d’un nouveau président de la république, alors que le grand Congo n’a toujours pas de Gouvernement à cause de la querelle de ménage qui gronde chaque jour entre « Kabila » et Tshisekedi autour de la désignation d’un Premier ministre, d’autres faits d’actualité viennent attiser le feu de la discorde au sommet de l’Etat  en RDC : Moïse Katumbi Sorianonargue « Kabila » et ses vassaux congolais du FCC et annonce à RFI et France 24, dans un français approximatif,  son retour en RDC pour lundi 20 mai prochain par Lubumbashi au Katanga. Et les médias occidentaux en ont fait leurs choux gras comme pour remuer le couteau dans la plaie d’Hyppolite Kanambe qui se la coulait douce dans sa luxueuse ferme à Cuba où il s’était replié incognito, en séjour de villégiature.     

Kabila a été en effet surpris par l’annonce du retour de l’homme qu’il avait chargé à l’époque de négocier et de conclure l’OPA avec Félix Tshisekedi pour conquérir l’UDPS familiale d’Etienne Tshisekedi. Il vient de réaliser, à travers cette annonce, que Moise Katumbi retourne en RDC avec la complicité de sa marionnette Félix Tshisekedipour former un bloc politique contre lui. Alors, il interrompt brusquement son séjour à Cuba, saute dans «son» avion présidentiel qu’il utilise toujours seul et rejoint précipitamment  Kinshasa où il convoque illico presto une réunion de son état-major politique et militaire, sans oublier d’y associer ses « conseillers et experts mobutistes». La réunion n’avait qu’un seul point à l’ordre du jour : définir les dispositifs à mettre sur place pour empêcher par tous les moyens le retour de Katumbi en RDC.  

Et voilà que François Beya Kasonga, issu du sérail autour de «Kabila», ancien patron de la DGM qui vient de basculer avec armes et bagages dans le cabinet de Félix Tshisekedi  comme son Conseiller spécial, est alerté. L’homme connait bien les secrets d’alcôve pour avoir participé lui-même, il y a quelques mois, au blocage de Moïse Katumbi quand il tentait de regagner la RDC par le Katanga pour déposer sa candidature aux élections présidentielles.

L’ancien DG de la DGM qui connait bien le mécanisme anticipe et coupe l’herbe sous les pieds de «Joseph Kabila». Il sait que l’arme fatale pour bloquer Moise Katumbi consiste à fermer l’espace aérien à son avion. Alors il décide, avec l’appui de son président, de s’attribuer toutes les compétences hier dévolues au Directeur Général de l’Autorité de l’Aviation Civile placée sous la tutelle du ministre des transports, et non de la Présidence de la République. Et dans une note officielle lui adressée ce 04 mai 2019 François Beya écrit : «Pour des raisons évidentes de sécurité, je vous informe que désormais, toute délivrance par vous, en votre qualité de Directeur Général de l’Autorité de l’Aviation Civile, d’une autorisation de survol et d’atterrissage des aéronefs civils dans l’espace aérien de la RDC est subordonnée à l’avis préalable et obligatoire des Services du Conseiller Spécial du Chef de l’Etat en matière de sécurité.»

Cette lettre est perçue à Kingakati comme une déclaration de guerre. C’est donc suite à cette offensive de François Beya, considéré dorénavant comme «transfuge de Kingakati», que «Joseph Kabila» en furie a ordonné à son fidèle chien de garde, Kalev Mutondo,  de sortir de sa tanière et de monter au créneau. C’est ainsi que dans une sortie fracassante, l’ancien AG de l’ANR a commencé par proclamer sa fidélité au «Chef» pour fustiger ensuite les « traitres ». Visant clairement François Beya, Kalev dit : «certains d’entre nos anciens camarades dans le pré-carré du Président Joseph Kabila Kabange ont trouvé le moment venu pour étaler à la place publique avec arrogance et haine, leur traitrise à l’endroit de celui grâce à qui et par qui, ils ont pu faire quelque chemin, aussi bien quant à leur personnalité que quant au patrimoine dont ils peuvent se prévaloir aujourd’hui »!

Ces mots sortis de la bouche du chef de gang des sbires de « Kabila » valent plus qu’un simple avertissement. Effectivement, selon les confidences de l’entourage du François Beya, les dispositifs de sécurité autour lui ont été sérieusement renforcés depuis le mercredi 08 mai.

Il convient ici de relever que  Moïse Katumbi constitue pour Paul Kagamé et le Tutsi-power un pion puissant que l’ogre de Kigali utilise pour lui permettre de créer le chaos au sein de la classe politique en RDC. Cette stratégie lui permet de garder le contrôle de tous les acteurs politiques rwandais et congolais au sein de l’espace politique en RDC.

Et dans cette optique, le retour de Moïse Katumbi Soriano vise deux objectifs majeurs. Premièrement, son retour est planifié et instrumentalisé pour briser la popularité grandissante de Martin Fayulu, l’ennemi principal des occupants et des prédateurs de la RDC. Ce retour de Soriano vise donc à étouffer la dynamique du rassemblement populaire et spontané du peuple congolais autour du leader de l’ECiDé pour aboutir au recouvrement de la souveraineté nationale bafouée et confisquée. Deuxièmement, le retour de Moise Katumbi Soriano aété planifié pour imploser LAMUKA en tant que force politique. Car la mission de Moïse Katumbi au sein de cette coalition politique était justement d’empêcher qu’elle ne survive aux élections et ne devienne demain une force politique des leaders congolais décidés à faire échec au projet d’occupation et de balkanisation de la RDC.

Mon appel au leader du MLC

Moïse Katumbi a annoncé qu’il va entreprendre un «safari» à travers le grand parc zoologique  qu’est devenue la RDC pour visiter ses animaux, comprenez les congolais. Cette annonce a pour but de sonner le glas de l’existence de LAMUKA en tant que coalition politique au travers de laquelle le peuple congolais avait espérer se mobiliser pour stopper le processus d’occupation et de prédation de la RDC, et recouvrer ainsi sa souveraineté. Mais j’apprécie la dernière mise au point de madame Eve Bazaiba, SG du MLC, dans sa réponse aux étudiants de l’Université de Kisangani, lorsqu’elle a affirmé aux côtés de Martin Fayulu, que les leaders du MLC et de LAMUKA suivront la volonté du peuple congolais et poursuivront avec lui le combat pour rétablir sa souveraineté.  

C’est pour cette raison que je saisis cette occasion pour lancer, au nom des patriotes congolais de la diaspora et de l’intérieur de la RDC, un  appel patriotique au leader du MLC, Jean Pierre Bemba, en tant que fils authentique du Congo,  et je l’exhorte à ne pas céder aux chants de sirènes des lobbies politiques mafieux  qui l’ont injustement enfermé en prison durant dix ans, dans l’unique but de maintenir leurs marionnettes et complices  au pouvoir en RDC.

Je l’invite instamment à écouter la voix du peuple congolais et à mettre son potentiel politique au service du peuple qui réclame à Martin Fayulu, et à travers lui, à tous les leaders congolais authentiques au sein de LAMUKA, de l’aider à parachever le combat du recouvrement de sa souveraineté bafouée et confisquée.

Je conseille enfin à monsieur  Jean Pierre Bemba, de ne pas emboîter le pas à Moïse Katumbi Soriano, ainsi que l’a clairement déclaré madame Eve Bazaiba, son SG, et de ne pas étouffer les cris du peuple congolais qui fixe aujourd’hui sur les fils authentiques du Congo un dernier regard d’espoir : celui de voir toutes les élites de ce grand pays unies autour de lui, avec la ferme détermination de le conduire à la victoire finale du noble combat pour sa dignité bafouée et pour sa souveraineté confisquée.  

Que Dieu bénisse le grand Congo et son peuple !

Facebook Comments
Comments are closed