URGENT/ Vidéo-Texte (Français/Lingala) Les 3 pions de Kagamé qui contrôlent la classe politique congolaise- Les trois “K” : “Kabila”, Kamerhe et Katumbi

Appel solennel de Mr Honoré Ngbanda aux congolais

Les trois pions de Kagamé qui contrôlent la classe politique congolaise

Les trois “K” : “Kabila”, Kamerhe et Katumbi

 

VIDEO LINGALA :

AUDIO-LINGALA

VIDEO FRANÇAIS :

AUDIO-FRANCAIS

Texte en Français :

Les trois pions de Kagamé qui contrôlent la classe politique congolaise

Les trois “K” : “Kabila”, Kamerhe et Katumbi

Beaucoup de gens me font des reproches que durant des années, je ne fais que dénoncer et alerter les congolais. Mais la faute est-elle à la personne qui vous prévient de la présence du serpent à la maison, ou plutôt à ceux qui se font mordre par le serpent et meurent malgré les multiples avertissements ? Pour rappel :

  • Depuis Janvier 2001, je vous ai prévenu, que celui qu’on vous présente comme «Joseph Kabila» n’est ni congolais, ni le fils de Laurent Désiré Kabila. Mais malgré cela, les professeurs congolais lui ont appris le français, les éminents chercheurs et historiens congolais et d’autres personnalités congolaises ont fait des faux témoignages en sa faveur, tandis que la classe politique congolaise lui a accordé une crédibilité politique nationale et internationale! A qui la faute, si Kanambe est toujours-là, toujours très soutenus par des Congolais ?

 

  • Je vous ai apporté les éléments prouvant que Ruberwa est un tutsi refugié rwandais au service du Rwanda. Je vous ai produit des preuves en 2004 dans mon livre, « Crime organisés en Afrique centrale ». J’y annexés des documents officiels des responsables rwandais envoyés à Ruberwa. Ces documents décrivaient le projet rwandais de créer le territoire de Minembwe pour y installer des populations rwandaises. Malgré cela, aujourd’hui, 15 ans après, Ruberwa a créé le territoire de Minembwe où il a nommé son propre grand-frère chef coutumier, alors qu’en RDC, on ne devient jamais chef coutumier par nomination, mais par héritage! A qui donc la faute ?

 

  • Je vous ai alerté au sujet des origines rwandaises de Vital Kamerhé, et malgré les nombreux indices et témoignages dont celui très accablant de Valentin Mubake, témoignage recueilli spontanément auprès des officiels rwandais eux-mêmes à Kigali, beaucoup d’hommes politiques congolais continuent de se faire berner et manipuler par cette taupe du Rwanda! A qui la faute s’il évolue aujourd’hui au sommet de l’état?

 

  • Je vous ai alerté au sujet des origines zambiennes de Moïse Katumbi. Je vous ai livré les déclarations des autorités zambiennes elles-mêmes ainsi que les témoignages de sa famille zambienne. Des incidents survenus en Europe ont dévoilé la duplicité concernant ses multiples origines… Et malgré tout cela, des congolais appâtés par l’argent continuent de le défendre et de courir derrière lui !

 

A qui la faute si malgré tous ces avertissements, les congolais font la sourde oreille, et préfèrent chacun courir derrière ses intérêts personnelles ? Ces avertissements qui m’ont coûté des menaces pour ma vie et d’énormes sacrifices, n’ont pas été faits pour le plaisir d’apparaitre dans des réseaux sociaux, mais pour amener les congolais à prendre la mesure du danger et à le stopper.            

Mais depuis qu’ils ont brillamment  réussi au début de cette année 2109 à réaliser la prouesse de la fraude la plus grossière de l’histoire de la démocratie, les lobbies expansionnistes tutsis rwandais sont en train de réaliser  un autre exploit de taille : ils sont sur le point de faire oublier à toute la classe politique congolaise la véritable problématique que dis-je, le véritable poison que constitue le processus d’occupation et de balkanisation du territoire national dont les racines viennent de s’enfoncer encore plus qu’hier au sein des institutions de notre pays!

En exploitant la gloutonnerie des hommes politiques congolais pour le pouvoir et l’argent, Paul Kagamé est en train de passer à la vitesse supérieure pour parachever l’œuvre qu’il a entreprise dans notre pays depuis 1996. Plus que jamais, le président rwandais a dorénavant pris personnellement en main, la commande des opérations politiques et militaires en RDC. Mais fidèle à sa stratégie, l’ogre rwandais avance toujours masqués derrières les marionnettes et des épouvantails qui agissent pour son compte.

Ainsi, à l’approche de l’échéance finale du mandat politique de son cheval de Troie, Hyppolite Kanambe alias «Joseph Kabila» en RDC, Paul Kagamé, en fin stratège (il faut le lui reconnaître), anticipa l’impasse politique en perspective ainsi que la pression de la communauté internationale. Par conséquent, il fit recours aux services des deux pions-espions qui évoluaient déjà au sein de la galaxie-Kabila. Il s’agit, vous vous en doutez bien, de Moïse KATUMBI et Vital KAMERHE.          

Et comme un maestro à la tête d’un orchestre symphonique, le président rwandais Paul Kagamé a minutieusement distribué des partitions à chacune de des marionnettes autour de son Proconsul «Joseph Kabila» pour infiltrer, les différents groupes de la classe politique congolaise en vue de les brouiller, et de les diviser en les opposant les uns aux autres grâce aux actions de corruptions et de mensonges.   

Le coup d’envoi de cette opération fut la scène rocambolesque de l’éclatement d’un conflit dont personne ne connait l’origine réelle entre Moïse Katumbi et son mentor et associé, «Joseph Kabila», avec lequel il avait organisé les fraudes massives pour les élections de 2006 contre Jean-Pierre Bemba et celle de 2011 contre Etienne Tshisekedi. Et comme divinement inspiré par l’Esprit-Saint, Katumbi s’insurge un matin contre son associé avec lequel ils ont pillé la Gécamines et dénonce «les 2 faux penalties» ! Et chose bizzare, au cœur même de cette «crise» des associés, les Congolais n’ont même pas pris la peine de remarquer que l’avocat qui défendait Moïse Katumbi contre son ex-allié rwandais «Kabila» n’était autre qu’un autre rwandais, Azarias RUBERWA, la tête pensante de Kagamé et de « Kabila » au sein du Tusti-power en RDC !

Dans l’entre temps, grâce à l’argent du pillage de nos ressources, et au rôle sportif qu’il a joué dans le Katanga, Moïse KATUMBI parvient à drainer une cohorte de congolais naïfs et un nombre des plus en plus important d’hommes politiques congolais cupides, assoiffés d’argent et de pouvoir. Sa première conquête fut, on s’en souvient, l’UDPS d’Etienne Tshisekedi malade et affaibli, et dont le fils inconscient et incompétent fut la proie facile. Rejoint par Vital Kamerhe venu en renfort, Moïse Katumbi a entrepris de séduire Félix Tshilombo pour s’accaparer forcer Etienne Tshisekedi à accepter le dialogue avec « Kabila » pour son glissement !Les Congolais se rappellent encore certainement des images cocasses de ces accolades croisées entre Katumbi, Kamerhe et Félix Tshilombo avec un slogan: « Pasi na yo, pasi na ngai »(Traduisez : Ta souffrance est ma souffrance)! C’était déjà là le tableau éloquent des deux chiens de chasse qui cernaient leur proie !

Vous vous souviendrez que quelques mois plus tard, Katumbi amenait Etienne Tshisekedi à Genval d’où naquit le RASSOP qui amena l’opposition congolaise au dialogue avec «Kabila». Et vous vous souviendrez aussi du rôle joué par Vital Kamerhe lors de ce dialogue. Il a torpillé l’unité de l’opposition (RASSOP) et permis à «Joseph Kabila» de reprendre la main et d’obtenir le glissement tant espéré!

Alors que «Kabila» montait sa nouvelle plateforme politique baptisée «Front Commun pour le Congo » (FCC) pour en sortir un «dauphin» de façade en vue d’échapper à la pression internationale, au même moment, Katumbi et Kamerhé, eux,  s’agitaient au cœur de la dynamique de l’opposition congolaise pour désigner un candidat commun de l’opposition. Et curieusement, dès que cette opposition réunie à Genève a choisi un candidat accepté à l’unanimité après le vote, quel ne fut pas l’étonnement des Congolais de voir Félix Thsisekedi et …Vital Kamerhe rompre ce pacte et aller créer à Naïrobi une autre plateforme CACH ! On saura après que des enveloppes envoyées par «Joseph Kabila» dans les coulisses de la rencontre de Genève ont été à la base de cette implosion de l’opposition congolaise déterminée, du moins en apparence, à en finir avec le régime «Kabila» au travers des élections! Et Vital Kamerhe a joué un rôle central dans cette opération. C’est encore lui (Kamerhe) qui a joué le rôle de couroi de transmission durant la nuit des négociations qui ont abouti aux accords secrets de nomination de Félix Thsilombo Tshisekedi au poste de président de la République.

Et au moment où les congolais s’agitaient les uns contre cette nomination, les autres pour avoir une place au soleil, Vital Kamerhe, lui, se faisait plutôt attribuer par Kigali, sans bruit, le poste stratégique de Directeur de Cabinet d’un Président fantoche, incompétent, ignorant et inexpérimenté. Ainsi, Kagamé faisait de Kamerhe, le véritable cerveau pensant et le cerveau-moteur de la Présidence de la République, avec mission d’exécuter les instructions qui viennent de Kigali ou de Kingakati!Ainsi, qu’on ne s’étonne pas que Kamerhe ne fasse aucun effort pour pallier aux graves lacunes intellectuelles et au manque d’expérience de Félix Thsilombo Thsisekedi. Par contre, dès les premiers jours de leur mandat, Kamerhe a entrepris des actions diplomatiques d’envergures pour démontrer à l’opinion internationale que les relations entre le Rwanda et la RD Congo sont au beau fixe !

En effet, la visite que Vital Kamerhe vient d’effectuer, avec tambours et trompettes à Kigali auprès de paul Kagamé rappelle douloureusement ces scènes médiévales des hommages vassaliques. Alors que le Rwanda attaque militairement le territoire congolais de Minembwe pour y installer ses populations avec leurs bétails, Vital Kamerhé se prosterne à Kigali, comme un vassal rendant hommage à son suzerain, devant Paul Kagamé. A la place des dossiers litigieux d’exploitation illicite des minerais du Congo et du déplacement illégal des bornes frontalières entre les deux pays à l’intérieur du territoire congolais, Vital Kamerhe préfère plutôt exhiber fièrement les accords de transports aériens entre le Rwanda et la RDC ! Tout est fait pour refouler très loin de la mémoire des congolais la réalité de l’occupation et de la balkanisation de la RDC par le Rwanda ! Et dans ce jeu, Félix Thsilombo Tshisekedi n’y voit que du feu !

Mais heureusement, malgré ces mises en scène, l’espoir du peuple congolais est resté tourné vers le combat pour la récupération de la victoire électorale qu’on lui a volée et grâce à la quelle il espérait mettre un terme au système d’occupation. L’accueil on ne peut plus chaleureux et les cris de colère que les congolais ont lancés à Martin FATULY lors de ses tournées postélectorales en RDC traduisent l’expression sans équivoques de sa détermination à en découdre avec les forces étrangères qui occupent et pillent notre pays. Et l’engouement sans précédent de la diaspora congolaise d’Europe est venu en rajouter à la détermination du peuple congolais de l’intérieur du pays.

Du coup, tous les yeux des congolais, tant de l’intérieur que de l’extérieur, étaient tournés vers la rencontre des leaders politiques de LAMUKA qui devaient se retrouver autour de leur candidat aux élections, Martin FAYULU, pour évaluer les conséquences de la fraude électorales et répondre aux vœux clairement exprimés par le peuple congolais qui tient, cette fois-ci, à arracher par tous les moyens, cette victoire qu’on vient de lui voler pour la troisième fois !

Malheureusement, Moïse Katumbi qui a débarqué à Bruxelles avec un jour de retard en provenance de Kigali au Rwanda, a bloqué toute la dynamique. Il a  d’abord exigé que LAMUKA puisse reconnaître la coalition Tshisekedi-Kabila issue de la fraude flagrante des élections du 30 décembre 2018 ! Des heures durant, katumbi a bloqué l’adoption du texte initial du communiqué qui rejetait la mascarade et la fraude électorale, et appelait le peuple congolais à s’assumer pour arracher sa victoire volée. Et devant la persistance du refus catégorique de certains leaders de LAMUKA, et pour éviter un échec cuisant de cette rencontre, un communiqué insipide et creux a sanctionné les travaux de 3 trois jours de réflexion des leaders politiques de LAMUKA.

Comme on peut le constater, grâce aux trois pions majeurs («Kabila», Kamerhe et katumbi)  qu’il téléguide au sein du microcosme congolais, Paul Kagamé a réussi à instrumentaliser toute la classe politique congolaise en commençant par les collabos de la galaxie-kabila (grâce à «Kabila» lui-même) jusqu’à l’opposition LAMUKA (grâce à Katumbi), en passant par les alliés et les marionnettes CACH (grâce à Kamerhe)!

Mes chers compatriotes,

Devant la gravité de cette situation, je lance un appel patriotique à tous les congolais de tous les bords politiques et au-delà de toute appartenance tribale, régionale ou religieuse; je les invite à faire un dernier effort de dépassement et de transcendance individuelle pour sauver ensemble notre Mama-Congo :

  • J’invite les compatriotes qui sont derrière Félix Tshisekedi à ne pas se voiler les yeux. Je leur demande de ne pas se faire harakiri en voulant à tout prix courir derrière une illusion du pouvoir que Félix Tshilombo n’a pas et que les Rwandais ne lui donneront jamais ! Il est encore temps pour vous de sortir de la prison dorée dans laquelle vous ont enfermés «Kabila» et Kagamé. Car, quelles que soient les faveurs que Félix Tshilombo sollicitera et obtiendra de Kagamé et de Museveni, elles ne répondront jamais aux véritables attentes du peuple congolais ! Comprenez-le bien, mes frères, Kagamé et «Kabila» ne renonceront jamais au processus de balkanisation et d’annexion de la partie-Est de la RDC à leur pays le Rwanda. Car c’est une question de vie ou de mort pour les hégémonistes tutsis.Et les quelques mesures de façade que le régime rwandais pourrait concéder à Félix ne visent qu’à calmer et à distraire les congolais pour les détourner de la problématique de fond : l’occupation, la prédation et la balkanisation du Congo !

 

  • J’invite par conséquent Félix Tshisekedi à sortir de son rêve utopique et à redescendre avec ses deux pieds sur terre. Car dans sa posture actuelle vis-à-vis du Rwanda, il ne saura faire ni la guerre ni la paix.Il ne saura pas faire la guerre au Rwanda parce qu’il n’aucune armée avec lui. Et il ne saura pas faire la paix non plus avec le Rwanda, parce que la Rwanda est déterminé à parachever son projet d’occupation et de balkanisation de la RDC ! Et cela ne se fait jamais au travers de la paix, mais par la violence !

 

  • J’ai entendu certains fanatiques autour de Félix arguer que la France a fini elle aussi par faire la paix avec l’Allemagne. Ne faisons pas d’amalgame, la France occupée n’a jamais négocié avec l’Allemagne nazie! N’oubliez pas qu’avant d’arriver à la réconciliation entre les deux pays actuels, il y a eu d’abord le débarquement de la Normandie, donc la bataille pour la LIBERATION, avec des dizaines de millions de morts. Il ya eu ensuite Nurembergoù des criminels nazis ont été jugés et condamnés ! Ne faisons donc pas d’amalgame : l’Allemagne qui s’est réconciliée avec la France n’a rien de commun avec celle des criminels nazis ! Nous ne ferons la paix qu’avec les Rwandais qui habitent le Rwanda et non avec ceux qui occupent nos terres, violent nos femmes et pillent nos richesses! Ces rwandais-là ne peuvent en aucun cas être nos alliés, ni nos interlocuteurs, ni nos partenaires politiques ! 

 

  • J’invite les leaders politiques de la plateforme LAMUKA, dont le candidat aux élections présidentielles a été porteur de l’espoir du peuple congolais pour mettre fin au système d’occupation dans notre pays, je les invite à transcender leurs ambitions et leurs frustrations personnelles pour répondre aux aspirations profondes du peuple congolais !Je les invite à résister aux démons de l’orgueil et de l’égoïsme qui alimentent la vaine rivalité, et je les exhorte à ne considérer pour le moment que l’intérêt supérieur de la nation congolaise ! Je leur conseille de faire montre de courage politique et d’humilité, et de poursuivre tous ensemble autour de leur candidat aux présidentielles le combat pour la récupération de la victoire volée, car ce combat incarne aussi la volonté du peuple congolais en ce moment précis de notre histoire. Je les invite enfin à neutraliser le pion et l’espion de Paul Kagamé en leur sein, car sa mission est de les troubler et de les divertir pour les empêcher de combattre le plan de l’ennemi.

 

  • Je m’adresse ici à mon frère et compatriote Martin FAYULU, non en tant que candidat de LAMUKA, mais en tant que le candidat qui a incarné l’espoir de tout le peuple congolais qui espérait mettre fin au régime affreux de l’occupation, de prédation et de balkanisation de la RDC. Devant les hésitations et les atermoiements de ses compagnons et alliés de LAMUKA, devant leur froideur et leur timidité à répondre aux désirs clairement exprimé par le peuple congolais qui veut s’assumer lui-même pour arracher la victoire électorale que l’occupant lui a arrachée, je lance ici solennellement au nom des résistants congolais de la diaspora et de l’intérieur du pays, un appel patriotique à monsieur Martin FAYULU et je l’invite à franchir courageusement le Rubicon et à rejoindre définitivement le camp du peuple, en se démarquant clairement de la ligne ambigüe et floue exprimée dernièrement à Bruxelles par LAMUKA. Je l’exhorte à réponde positivement et clairement à la demande du peuple congolais qui réclame de poursuivre le combat jusqu’au recouvrement de sa souveraineté bafouée! La résistance congolaise est disposée à joindre ses énergies à tout combat mené avec le peuple et pour le peuple dans le but de l’amener à la libération totale et inconditionnelle de la RD Congo !

 

  • Je ne saurais terminer cette adresse sans lancer un appel particulier à la jeunesse congolaise, au-delà de toute appartenance tribale, régionale et religieuse. Je demande à tous les jeunes congolais de ne pas compter sur le soutien hypothétique de la communauté internationale, ni sur les promesses fallacieuses des politiciens. Car les uns et autres vous ont mentis durant deux décennies. Mais vous devez prendre conscience que vous vous trouvez aujourd’hui devant 2 choix : soit vous montez dans le Titanic affrété par les occupants et leurs collabos congolais, soit vous vous embarquez dans l’arche de Noé qui représente la Résistance, et qui vous conduira à bon port et vous permettra de bâtir demain, sur le sang de nos martyrs et sur les ruines du pillage, un Congo plus beau, plus grand et plus fort au cœur de l’Afrique !

Que Dieu vous bénisse !

 

 

Facebook Comments
Comments are closed