URGENT/ APARECO NEWSLETTER: La visite d’Emmanuel Macron au Rwanda-Le génocide a-t-il été seulement  des rwandais et des tutsis?

APARECO  NEWSLETTER

La visite d’Emmanuel  Macron au Rwanda

Le génocide a-t-il été seulement  des rwandais et des  tutsis?

Par Honoré Ngbanda-Nzambo Ko Atumba / Paris, 21 Mars 2019

«Un menteur commence par faire que le mensonge paraisse une vérité, et il finit par faire que la vérité semble un mensonge»    

(Alphonse Esquiros: L’esprit des anglais, 1856)

VERSION AUDIO:

VERSION TEXTE :

Le voyage probable du président français, Emmanuel Macron, au Rwanda pour répondre à l’invitation de son homologue rwandais, Paul Kagamé, à l’occasion de la commémoration  du 25eanniversaire du génocide rwandais, ce voyage disais-je, devrait interpeller la conscience internationale et la pousser à réfléchir sur les valeurs morales au niveau de la géopolitique internationale, particulièrement au sein des establishments  de ces puissants pays du Nord  qui gouvernent le monde d’aujourd’hui. 

Ainsi, ma réflexion porte-t-elle essentiellement sur l’attitude de la France à l’égard de l’histoire de la saga de ce génocide  qui a éclaté au Rwanda le 7 Avril 1994  et s’est poursuivi durant près de 100 jours, et dont les effets néfastes sévissent encore aujourd’hui dans toute la Région des Grands Lacs africains, plus particulièrement en République Démocratique du Congo où l’on compte les victimes par millions.  En effet, la légende qu’on a réussi à bâtir autour de ce drame humanitaire constitue, à n’en point douter, un véritable  chef d’œuvre du mensonge qui risque d’entacher pour longtemps encore l’histoire de l’Afrique et du reste du monde, si rien n’est fait pour rétablir la vérité.

Mais aujourd’hui, mon inquiétude est encore plus grande lorsque je vois un pays comme la France qui hier, était elle-même victime de ce «rouleau compresseur» du mensonge, changer brusquement de cap et basculer de l’autre côté de la barrière, sans fournir au monde une seule explication valable sur ce brusque revirement!

Les Congolais voudraient bien savoir et comprendre pourquoi les descendants de Jeanne d’Arc et de René Descartes ont brusquement remplacé la logique des valeurs universelles, chère à leurs idéaux, par celle des simples calculs d’intérêts matérialistes. D’autant plus que la France a perdu ses deux fils qui pilotaient le Falcon 50 du président rwandais Juvénal Habyarimana, avion qui fut abattu le 7 avril 1997 et dont l’annonce a déclenché l’horrible génocide dont nous déplorons encore aujourd’hui les retombées dans la Région des Grands Lacs africains en général, et en République Démocratique du Congo en particulier.

En effet, par ses Services de renseignement, son Armée et son Gouvernement, la France a été au cœur du drame au Rwanda. Et à ce titre, elle connaît mieux que quiconque les méandres des mensonges qui ont été fabriqués autour de ce génocide rwandais, ainsi que toutes les actions et les interventions secrètes que des puissants lobbies maffieux et complices de Kagamé dans les coulisses de l’ONU, ont exercées pour  étouffer le scandale et la vérité, soit en  muselant, soit en éliminant purement et simplement les témoins gênants!

Pour rappel, la France n’ignore pas qu’en 1995, un an à peine après le génocide, monsieur René Dégni-Segui, le rapporteur de l’ONU qui a dirigé l’enquête sur le génocide rwandais, a non seulement dénoncé dans les conclusions de son rapport les manœuvres grossières du régime tutsi au Rwanda pour étouffer la vérité en procédant aux arrestations arbitraires, mais il a aussi stigmatisé la présence de 278 mineurs  et 70 enfantsaccompagnés de leurs mères hutues, tous accusés de… «génocide»!

Le président français, en allant au Rwanda, devrait se remémorer le rapport d’Amnesty International, rapport confirmé par celui de l’ONG Organisation for Peace, Justice and Developpement in Rwanda (OPJDR). Ces deux ONG affirment que «au moins 6000 personnes, des civils non armés auraient été tués au Rwanda entre janvier et août 1997 ». Notez qu’en cette période-là, Paul Kagamé régnait déjà en maître absolu au Rwanda, et l’armée tutsi-rwandaise (FPR) envahissait le Zaïre ! Et le rapport des ONG citées ci-dessus ajoutent que «pendant 6 ans de son pouvoir, le Front patriotique rwandais (FPR) a systématiquement massacrés des civils hutus» ! 

Il ne s’est donc pas agit du génocide des seuls Tutsis par les Hutus,  comme la légende mensongère l’a répandu grâce aux médias complices, mais il s’est agi aussi du massacre des Hutus par les Tutsis!

 Les cranes des victimes rwandaises devant lesquels Emmanuel Macron s’inclinera probablement demain dans le Centre du mémorial du génocide à Kigali Gisozi  ne sont donc pas seulement ceux des victimes Tutsis, comme on le lui expliquera certainement, mais il y a aussi parmi ces cranes, ceux des victimes Hutus !

Les services français possèdent sans doute le dossier de cette Belge de 62 ans, madame Grief Bosmans, qui a été sauvagement assassinée avec ses 17 élèves le 28 avril 1997 par les militaires du FPR à Muramba, dans la préfecture de Gisenyi au Rwanda. Et le rapport d’enquête de l’ONU précise  clairement que cette ressortissante belge a été assassinée tout simplement parce qu’elle possédait beaucoup de témoignages accablants sur des nombreux crimes commis par des tutsis sur les populations hutues !

Par ailleurs, le Quai d’Orsay n’ignore certainement pas cet autre dossier du révérend père Pinardd’origine canadienne qui a fait une découverte macabre en juillet 1994, un mois après la fin du génocide, lorsqu’il effectuait la réfection d’une école de catéchèse. Ce prêtre canadien avait découvert les cadavres de 80 personnes jetés dans la fosse septique de l’école. Et pour avoir protesté et refusé de se taire, il fut sauvagement assassiné par le FPR.

Les services du ministère français des affaires étrangères possèdent certainement la copie du fameux «Rapport Gersony»,élaboré en août 1994 à l’initiative de madameSadako Ogata, Haut-commissaire des Nations-Unies pour les réfugiés. Ce rapport, rappelons-le, décrit avec force détails le massacre de plus de trente mille Hutus par le FPRdans la partie Est du Rwanda ! Ce «Rapport Gersony» a été confirmé par des rapports publics d’autres ONG dont Human Rights Watch (HRW). Mais malheureusement, ce rapport de l’ONU, comme d’autres, a été étouffé par des actions conjuguées des puissants lobbies pro-Kagamé au sein de l’ONU !

Ainsi, comme on peut le constater, jamais mensonge n’a été aussi savamment tissé par une très vaste et complexe association des lobbies mafieux à travers le monde ! Jamais mensonge n’a été autant instrumentalisé par des puissants médias internationaux, au point de blanchir les plus grands criminels et les plus cruels bourreaux, jusqu’à les transformer en victimes! Jamais de mémoire d’homme, mensonge n’a été autant exploité et manipulé au plus haut sommet des instances internationales dans le but avéré de masquer les plus odieux crimes contre l’humanité! Jamais mensonge n’a été autant puissant au point de tordre et de déformer la vérité jusqu’à faire dérouler le tapis rouge aux criminels et à les ériger en modèle de gouvernance ! Non, jamais mensonge n’a réussi à métamorphoser les victimes en bourreaux, et les bourreaux en victimes et cela, avec la complicité active des instances internationales.

Et quand je considère  cette scène ubuesque de la France, hier cible de ce puissant  «rouleau compresseur» du mensonge, mais qui fait aujourd’hui des courbettes et des entourloupettes pour obtenir les bonnes grâces de Paul Kagamé, ce maître d’ouvrage du génocide de près d’un million de Tutsis et de Hutus au Rwanda, ainsi que du second génocide congolais, le plus horrible (12 millions de victimes)  et dont on ne parle pas encore, cette scène disais-je, me fait penser aux propos combien profonds de l’écrivain français Alphonse Esquiros qui a dit : «Un menteur commence par faire que le mensonge paraisse une vérité, et il finit par faire que la vérité semble un mensonge » ! 

Mais quoiqu’on fasse, le monde finira un jour par répondre à la question fondamentale qu’on élude aujourd’hui : N’y a-t-il eu dans cette Région des Grands Lacs qu’un seul génocide des Tutsis par les Hutus? Loin delà !Car les faits avérés démontrent qu’il y a eu en réalité 3 génocides: celui des Tutsis par les Hutus, celui des Hutus par les Tutsi, et celui dont on n’a peur d’en parler, mais qui continue malheureusement de se produire : le génocide des millions de Congolais par les Tutsis ! Dès lors, nous nous demandons pourquoi s’acharne-t-on seulement sur les «génocidaires» hutus et ne se gêne-t-on pas de s’afficher publiquement aux côtés des criminels tutsis qui continuent encore de commettre le génocide en RD Congo aux yeux du monde? Pourquoi cette justice à double vitesse ?  

C’est pourquoi, le voyage du président Emmanuel Macron au Rwanda, s’il avait réellement lieu, devrait donc interpeller tous les Africains, et particulièrement les Congolais, au-delà des discours et des formules politiques chocs qu’on a entendues ici et là au sujet du changement de vision  politique de la France vis-à-vis de l’Afrique !

S’agit-il encore et toujours des simples discours du début de mandat présidentiel  à Paris ?

Voyons voir !

Facebook Comments
Candide Okeke

About Candide Okeke

Comments are closed