FLASH/ Félix Tshisekedi trahi par son épouse !

Félix Tshisekedi trahi

par son épouse !

VERSION AUDIO :

A l’occasion de la 162ème journée internationale de la femme,  la nouvelle 1ere dame de la RDC s’est elle aussi prêtée au jeu des discours de circonstances, pour commémorer cette journée. Bien entendu dans cette RDC toujours occupée  et quelques jours après l’annonce du programme des cent premiers jours de son mari, les congolais curieux étaient tout ouïe pour entendre ce que ce nouveau personnage de la scène politique congolaise aller apporter comme appui à son mari le président nommé.  

 « Je me suis demandée ce qu’il ne 

 fallait surtout pas que je dise » 

Le gros de son discours, comme il fallait un peu s’y attendre, s’est vautré dans la kyrielle classique des dénonciations des crimes et des proclamations pieuses et émotives des bonnes résolutions, notamment contre les violences faites aux femmes congolaises. Une rhétorique devenue plutôt protocolaire en RDC pour le besoin de la cérémonie et du show politique. Mais dans cette logorrhée, une phrase prononcée dès le début de son discours a  particulièrement attiré notre attention. En effet, Madame Nyakeru a lâché, certainement par inadvertance ou par inexpérience, un détail important de son état d’âme lors de la préparation de son discours, si tant est que c’est elle-même qui a rédigé ce message. Elle révèle qu’elle s’est non seulement demandée ce qu’elle devait dire, mais «aussi et surtout ce qu’il ne fallait pas qu’elle dise». 

Cette curieuse réflexion (dont le public n’avait aucunement besoin), faites par l’épouse du président congolais qui joue actuellement en RDC le rôle du Maréchal Pétain lors de l’occupation de la France par Hitler, cette drôle de réflexion disions-nous, vaut tout son pesant d’or ! Elle confirme que le couple présidentiel congolais vit dans une cage dorée. Il est bien nourri, bien choyé, mais il ne peut pas aller au-delà de la zone interdite ! Ses faits et gestes sont surveillés.  

Du coup cette déclaration sonne comme un aveu. Une confirmation de ce que tout le monde redoutait. Elle a fini par interpeller, une fois de plus, la conscience des congolais sur la dangerosité de la duplicité  de Félix Tshisekedi au sommet de l’État congolais. Car, à croire ce qu’elle vient de nous révéler elle-même, il y a de nombreuses choses que Denise Nyakeru se gardera bien de dire aux congolais.  Comme le fait son mari.

Mais malheureusement pour elle et son mari (et heureusement pour nous), les nombreux passages de son message laissent transpirer  la réalité de la face cachée de la lune. 

Le discours de Denise Nyakeru met en relief la duplicité  et la pauvreté du programme d’urgence des 100 premiers jours de Félix Tshisekedi

Ainsi, en écoutant Denise Nyakeru égrener la litanie de malheurs des femmes congolaises, surtout en matière de violences faites à la femme, il est difficile de la croire sincère quand on sait que son mari a délibérément choisi de servir les mêmes bourreaux des femmes congolaises qu’elle n’ose pas stigmatiser publiquement.

Madame Nyakeru n’ignore certainement pas que l’imposteur rwandais à qui son mari a rendu hommage dès les premières minutes de son accession au pouvoir fut le fameux  « commandant Hyppo»qui élimina des milliers d’enfants congolais et ordonna des nombreux massacres et autres crimes à Tingi Tingi et ailleurs ! Elle n’ignore pas que c’est sous le régime du même Kabila que des massacres et viols assortis d’humiliations ont été commis sur des millions de femmes congolaises. Nyakeru n’ignore pas que le mentor de son mari est au cœur des atrocités, des violences sans précédent et de l’insécurité accrue dans laquelle les femmes congolaises vivent depuis deux décennies.

N’est-ce pas donc surprenant qu’au moment où elle fait mine de considérer comme prioritaire ce problème des violences faites aux femmes, Denise Nyakeru, en tant que première dame, ne fasse aucune allusion aux principaux auteurs et commanditaires de ces violences ? Est-ce aussi une simple coïncidence si parallèlement, le programme dit d’urgence dévoilé par son mari pour ses 100 premiers jours à la présidence de la République passe sous silence l’agression et l’occupation du pays, et ne prévoie pas non plus des mesures urgentes au niveau sécuritaire ? 

Dans un pays où, sous l’instigation et la conduite de Kigali, plus de 04 millions de congolais errent dans la nature, chassés de leurs terres ,  des centaines de milliers de femmes ont été violées au vu et au su du monde entier,  et que plus de 12 millions  de congolais ont été massacrés par des groupes armés au service de l’occupation et de la balkanisation de la RDC,  le silence de Félix Tshisekedi  sur la sécurité des congolais apparait comme une preuve tangible de sa complicité avec ses nouveaux «partenaires» rwandais !

Ce que Denise Nyakeru a cherché à taire, à savoir la trahison de son mari contre le peuple congolais, apparait donc plutôt comme le nez au milieu du visage ! 

Denise Nyakeru  a beau faire mine de compassion pour le sort des femmes congolaises victimes de toutes ces exactions dont son mari assume désormais la coresponsabilité avec « Kabila », cela ne fera pas oublier au peuple congolais l’autre viol dont Félix Tshisekedi s’est lui-même rendu directement coupable en s’alliant aux bourreaux des congolais. Il s’agit bien du viol des principes fondamentaux de la démocratie et des valeurs morales dont il est censé être le garant. Car, sous prétexte de faire de la «politique» (politicienne), comme on entend ci et là, Félix Tshisekedi a choisi d’incarner plutôt le mensonge à outrance, la forfaiture et la bassesse des intérêts égoïstes. Et pour couronner la bêtise, on entend certains de ses partisans se gausser avec arrogance en répétant à qui veut les entendre : «bokomesana !», ce qui veut dire : « vous allez vous y habituer» 

Non, nous qui combattons l’occupation, la prédation et la balkanisation de la RDC, nous n’accepterons jamais ces antivaleurs et nous ne nous habituerons pas à la forfaiture et à la félonie au plus haut sommet de l’État.  Personne de censé ne peut s’habituer au viol permanent ! Les «chants de sirène» qu’exécute Denise Nyakeru ne réussiront pas à endormir le peuple congolais désormais vacciné contre les effets soporifiques des discours enjôleurs.

Les congolais qui commencent à réclamer les armes, de l’intérieur du pays jusqu’au sein de la diaspora, ne sont plus ceux des années 2006 et 2011. Les tracts qui circulent à Kinshasa (cfr ci-dessous) depuis quelques jours n’arrêtent plus de réveiller les consciences et d’attiser le feu patriotique des congolais hier très indifférents.    

A ceux qui nous disent naïvement de laisser du temps au temps, nous les renvoyons plutôt à la lecture des éléments de  la véritable biographie de madame Nyakeru, biographie déjà évoquée, il y a quelques temps, dans L’œil du patriote. La lecture de ce document devrait aider certains de nos compatriotes à ouvrir définitivement les yeux sur les véritables intérêts poursuivis par la nouvelle première dame de la RDC. Nous y reviendrons … 

Paris, le 11 mars  2019

Candide OKEKE

L’OEIL DU PATRIOTE

Facebook Comments
Comments are closed