Urgent- COMMUNIQUE DU COMITE NATIONAL DE L’APARECO / RDC : Avant le 24 Janvier 2019  = Après le 24 Janvier 2019

 

COMMUNIQUE DU COMITE 

NATIONAL DE L’APARECO

RDC : Avant le 24 Janvier 2019   

 = Après le 24 Janvier 2019

 

Le comité national de l’APARECO s’est réuni ce vendredi 1er février 2019 durant 3 heures sous la présidence de monsieur Honoré Ngbanda-Nzambo Ko Atumba, Président national, pour évaluer le déroulement et le résultat du processus électoral intervenu en République Démocratique du Congo au mois de décembre 2018. Après analyse, débat et délibération de l’ensemble des paradigmes du dit processus, le Comité national de l’APARECO communique à l’opinion nationale congolaise et internationale ce qui suit :

  1. L’APARECO constate avec déception, mais sans étonnement, que les prétendues élections démocratiques, transparentes et apaisées, organisées par «Joseph Kabila» et son régime rwandais d’occupation le 30 décembre 2018 à travers la République Démocratique du Congo n’ont été qu’un fidèle remakede la parodie des années 2006 et 2011. Cependant, contrairement aux deux premiers scrutins, les résultats des élections du 30 décembre 2018 ont été largement connus du peuple congolais et de toute la communauté internationale, grâce à la compilation des résultats de vote communiqués par les 40.000 observateurs de l’église catholique déployés dans tous les bureaux de vote à travers la République. Toutefois, malgré la flagrance de ces résultats qui désignaient Martin FAYULU, candidat de la coalition LAMUKA, vainqueur du scrutin, et malgré la pression de l’Union Africaine et du reste de la communauté internationale le tançant à proclamer le vrai résultat des urnes qui traduisent la volonté du peuple congolais, «Joseph Kabila» a donné l’ordre à la Cour constitutionnelle de pacotille, entièrement soumise à ses ordres, de proclamer vainqueur des élections Félix TSHILOMBO TSHISEKEDI, avec lequel il a conclu au préalable un pacte secret pour lui servir de paravent et de marionnette.

 

  1. L’APARECO estime que ce troisième hold-up électoral, effectué cette fois-ci au mépris total du peuple congolais et de toute la communauté internationale démontre, si besoin en était encore, la justesse de la position politique de l’APARECO et de toute la Résistance congolaise qui estiment que la crise d’occupation barbare et sanguinaire dont souffre la RDC ne saurait se résoudre par la voie des élections organisées et contrôlées par le même régime d’occupation incarné par «Joseph Kabila»!

 

  1. L’APARECO dénonce la campagne mensongère et malhonnête entretenue par une certaine presse nationale et internationale qui, après avoir assisté, minute par minute, à la scène du hold-up électoral et l’avoir même décriée à ses débuts, parle aujourd’hui de «la première alternance démocratique et civilisée de l’histoire de la  République Démocratique du Congo» ! Cette attitude constitue une injure teintée de mépris à l’égard du peuple souverain du Congo et à l’égard de toute l’Afrique.

 

  1. L’APARECO stigmatise l’attitude hypocrite et contradictoire de certains dirigeants politiques des pays membres de la communauté internationale. Bien que leurs gouvernements avaient dénoncé publiquement les résultats du vote publiés par la CENI (sous instigation de « Kabila »), estimant que ces résultats ne reflétaient pas la volonté démocratique exprimée par le peuple congolais, ces dirigeants politiques  ont ensuite fait volte-face et reconnu le «président nommé» frauduleusement par « Joseph Kabila » ! L’attitude pour le moins cynique de ces dirigeants politiques, dictée par le calcul d’intérêts égoïstes, traduit le degré élevé de leur mépris et de leur déconsidération pour la dignité et la souveraineté du peuple congolais !

 

  1. Par conséquent, l’APARECO estime que cette parodie d’élection n’a apporté aucun changement au statut politique de la République Démocratique du Congo qui est et reste encore aujourd’hui  un pays sous l’occupation des forces politiques et militaires étrangères.

Ainsi, l’APARECO affirme avec force que l’astuce consistant à placer au-devant de la scène nationale une marionnette congolaise, corrompue et téléguidée dans l’ombre, pour faire croire à une alternance démocratique ne pourrait ni arrêter son combat patriotique pour la libération totale du territoire national, ni modifier son orientation politique pour mettre fin à la crise multidimensionnelle en RD. Congo. Avant Le 24 janvier 2019 = Après le 24 janvier 2019.

 

  1. Le Comité national de l’APARECO, organe de décision et d’orientation, rejette donc toutes les démarches secrètes entreprises par une fraction de la présente coalition au pouvoir afin de solliciter la collaboration de son Président national avec le régime en place.L’APARECO  tient à affirmer solennellement qu’elle n’acceptera jamais, ni en public ni en cachette, une quelconque compromission, sous quelque forme que ce soit, avec les barbares  étrangers qui occupent notre territoire national. Cette attitude s’applique également  à tous les congolais qui ont accepté d’être des complices de ces criminels qui violent nos femmes, assassinent nos enfants, pillent nos richesses et œuvrent pour la balkanisation de notre pays, la République Démocratique du Congo.

 

  1. L’APARECO exhorte le peuple congolais déçu et en colère à ne pas sombrer dans le découragement, mais à tirer toutes les leçons de cette troisième duperie à travers la parodie des élections dites démocratiques. L’APARECO  invite toutes les couches de la population congolaise à s’assumer pleinement en vue de mettre fin au régime d’occupation qui vient de se doter d’un masque congolais pour l’endormir dans le but de parachever le processus de balkanisation de la RD. Congo entreprise depuis 1996.
  1. L’APARECO met en garde le peuple congolais contre le piège et le danger que représente la résurgence du tribalisme et de la division interne. Ce virus mortel injecté par les ennemis du Grand Congo vise à compromettre l’unité nationale qui constitue le fondement de la solidité de la grande nation congolaise. A cet effet, l’APARECO condamne avec véhémence tout conflit et toute querelle à caractère tribal ; elle lance par conséquent à tous les congolais un appel solennel à l’unité nationale, laquelle constitue le ciment et le bouclier contre le processus de l’occupation et de la balkanisation de la République Démocratique du Congo, notre beau et grand pays.   

 

Fait à Paris , le 02 Février 2019

Pour le comité national de l’APARECO,

José Yango W’Etshiko

Vice-président national en charge de la stratégie

et Porte-parole

 

REJOIGNEZ LA RESISTANCE !

CONTACT : 

WhatsApp: 00 33 6 66 52 02 71   

 Web: www.info-apareco.com    

Facebook: Honoré Ngbanda Nzambo Ko Atumba

E-mail: cabinet.pn.apareco@gmail.com

Facebook Comments
Candide Okeke

About Candide Okeke

Comments are closed