La sortie officielle de l’APARECO-ASIE le dimanche 20 janvier 2019 à Tokyo au Japon

« Notre combat ne connaîtra pas de répit. Il n’a qu’un seul délai, une seule date : la victoire »

Note de synthèse de la journée du 20 janvier 2019 dédiée à la Résistance congolaise et qui marque aussi la sortie officielle APARECO ASIE 

Quatre temps forts avaient marqué cette journée mémorable, à savoir :

i) Allocution du Représentant Régional de l’APARECO pour l’Asie(en PDF et VIDEO) ;
ii) Echange avec les Participants sous forme des questions et réponses ;
iii) Adhésion volontaire de certains Membres à l’APARECO ;
iv) Clôture de la Réunion par un cocktail offert aux Participants.

I. ALLOCUTION DU REPRESENTANT REGIONAL DE L’APARECO POUR L’ASIE

De cette Allocution de 8 pages, on peut retenir au moins 5 points importants :

1. BILAN DE LA RESISTANCE ET DE L’APARECO

A ce sujet, nous avions souligné que beaucoup a été déjà fait par la Résistance et surtout par l’APARECO dans la perspective de la libération de notre Pays, et ce, en dépit de la trahison de certains Compatriotes. Car n’eût été la mobilisation des jeunes plus particulièrement à l’Est à la suite des messages de la Résistance, les Ennemis de notre peuple allaient déjà passer à l’étape supérieure de leur agenda, c’est-à-dire le démembrement de notre Pays en mini Etats fragiles.

2. AU SUJET DES ELECTIONS

IL a été question de faire comprendre aux Participants que les élections n’ont aucun intérêt pour le Peuple dans un Pays sous occupation comme la RDC, puisque privé de leur souveraineté, le peuple n’a plus le droit d’élire si ce n’est que celui de vote, c’est à dire glisser symboliquement son bulletin dans l’urne sans qu’on en tienne vraiment compte. C’est ainsi que les choix du Peuple congolais n’ont jamais été respecté pour toutes ces élections organisées depuis 2006.

3. LES CHOIX QUI S’OFFRENT AU PEUPLE CONGOLAIS A LA CROISEE DES CHEMINS

A ce sujet nous avions précisé que le choix n’est plus entre les Partisans du FCC et les ‘’leaders’’ de l’opposition, car ils servent les mêmes Maitres. Le vrai choix à opérer c’est entre la voie de la résignation et celle du salut de la Nation ; et le salut de la Patrie n’est que dans la Résistance qui devra déboucher au soulèvement populaire qui n’est pas un acte de rébellion mais l’exercice du droit de légitime défense reconnu à tous les Peuples. Raison pour laquelle nous avions invité les Participants à adhérer à l’APARECO, le fer de lance de la Résistance.

4. AU SUJET DES MESSAGES A TRANSMETTRE AUX INTERLOCUTEURS ASIATIQUES

Nous avions saisi cette occasion pour dire aux Participants de faire savoir à leurs Interlocuteurs asiatiques que la RDC n’est nullement dans un processus de démocratisation ou de consolidation de la paix, elle est plutôt sous une abjecte occupation, en même temps qu’elle est devenue une Zone d’Instabilité Permanente où des groupes armés instrumentalisés par Kigali et Kampala continuent de se distinguer par des violences meurtrières et des massacres.

5. AU SUJET DE ‘’L’ELECTION NOMINATION’’ DE FELIX TSHILOMBO TSHISEKEDI

La nomination par le TUTSI POWER de Felix Tshilombo Tshisekedi à la tête de la RDC, avions –nous souligné, est une grave menace pour l’avenir de notre Pays. Car les Occupants pourraient en profiter pour attiser la haine entre les Communautés, et ce, dans le but de précipiter la balkanisation de notre Pays. Nous avions également saisi cette occasion pour interpeller le Peuple congolais de manière à ne pas tomber dans les rets du tribalisme et surtout d’éviter de verser dans l’amalgame. Car s’en prendre à Mr Felix Tshilombo Tshisekedi et à ses zélateurs inconditionnels qui ont trahi la Patrie n’est pas du tribalisme; mais plutôt un acte patriotique.

Mais en vouloir à toute une Communauté puisque Felix Tshilombo en fait partie est un acte indigne que la Résistance ne pourra jamais tolérer. Et le fait d’insinuer que toute attaque contre Felix Tshilombo est du tribalisme est une déformation de la vérité si ce n’est un glissement sémantique de nature à fissurer l’unité nationale au point de faire le jeu des Occupants.

II. ECHANGE AVEC LES PARTICIPANTS SOUS FORME DES QUESTIONS ET REPONSES

Plusieurs questions ont été posées, mais une seule me semble très intéressante. En effet, à la question de savoir pourquoi la Résistance ne crée pas un Mouvement armé pour combattre directement les Occupants, j’avais fait savoir aux Participants que tout groupe armé qui se créerait sans soutien populaire effectif pour combattre les Occupants sera caricaturé comme étant un mouvement terroriste. Ce qui donnera l’occasion aux troupes de l’ONU de le neutraliser.

Pour illustrer cette triste réalité, je m’étais appuyé sur le cas des vaillants Patriotes Résistants de DONGO (les ENYELE). IL a suffi que ces Patriotes Résistants commencent à inquiéter sérieusement le pouvoir fantoche par leurs victoires sur le terrain pour que les troupes des Nations Unies interviennent énergiquement pour les neutraliser. Pourtant, les mêmes Casques bleus des Nations-Unies n’ont jamais intervenus à l’Est de notre pays lorsque ces groupes armés instrumentalisés par Kigali et Kampala se distinguent par des actes de terreur et des massacres.

Seul le soulèvement populaire, avais-je dit aux participants, s’avère le moyen le plus approprié pour déboulonner le système d’occupation, car avec un tel soulèvement les troupes de l’ONU ne pourront jamais prendre le risque d’intervenir face au Peuple ; et en outre, c’est un acte tout à fait légitime.

L’article 20, alinéa 2 de la Charte des Droits de l’homme et des Peuples stipule : « Les Peuples opprimés ont le droit de se libérer de leur domination, en recourant à tous les moyens reconnus… »Le 1er article du Pacte International relatif aux Droits civils et politiques ne souligne-t-il pas aussi: « Tous les Peuples ont le droit de disposer d’eux-mêmes… »

III. ADHESION DES MEMBRES

A l’issue des échanges avec les Participants sous forme des questions et réponses, trois Participants avaient décidé sur le champ d’adhérer à l’APARECO. Tout en nous promettant qu’ils allaient s’investir pour que d’autres Compatriotes y adhérent également.

IV. COCKTAIL OFFERT A LA CLOTURE DE LA REUNION

A la fin de la clôture de la séance du travail, nous avions offert aux Participants, une dizaine, un cocktail afin de marquer cette journée mémorable.

Fait à Tokyo, le 23 janvier 2019

Michel LEBANA GELENGA

REPRESENTANT REGIONAL APARECO ASIE

Facebook Comments

About Gregoire

Comments are closed