FLASH/ Honoré Ngbanda invite le peuple congolais à tirer les leçons des élections du 30 Déc 2018 et lance un message à Martin Fayulu

VIDEO & TEXTE

Honoré Ngbanda invite le peuple congolais à tirer les leçons des élections du 30 Décembre 2018 et lance  un message à Martin Fayulu

Chers compatriotes congolais,

Voici arrivé ce moment tant attendu, ce moment tant redouté !

Ce moment où les tissus de mensonges savamment tissés par des vendeurs d’illusions s’effilochent en lambeau devant le souffle de la vérité !

Ce moment où toutes les chimères et tous les mirages que vous ont promis les politiciens s’évanouissent comme les rêves au réveil du matin !

Ce moment où les nasses du pêcheur se referment sur les poissons et les filets de l’oiseleur s’enroulent sur leurs victimes !

Voici arrivé ce moment où les effets miraculeux des prétendues «élections démocratiques et transparentes» qu’on vous a fait brandir à l’horizon comme des miroirs aux alouettes, se sont subitement évanouies dans l’océan des mensonges ! Tous ces beaux discours et toutes ces promesses mielleuses ont disparu pour laisser la place aux gémissements, aux grincements de dents et aux larmes de déception et de colère !

Chers compatriotes congolais, 

 


Rappelez-vous qu’en 1996 et 1997, lorsque la coalition militaire rwando-ougandaise envahissait le Zaïre et investissait Kinshasa la Capitale, votre ardent désir de vous débarrasser de la dictature de Mobutu était telle que vous étiez sourds aux cris d’alarme qui vous étaient lancés en ce moment-là pour vous prévenir contre le piège et le mensonge de l’ennemi qui s’était caché derrière le masque d’un fils authentique du pays, Laurent-Désiré Kabila, pour vous faire croire qu’il vous apportait la libération dont vous aviez tant besoin. Mais vous connaissez tous les graves conséquences de cette supercherie dont subissons toujours les effets pervers encore aujourd’hui.

Rappelez-vous, chers compatriotes, qu’en 2015 à l’approche de fin de mandat de l’imposteur rwandais, Hyppolite Kanambe alias Joseph Kabila,   nous avions lancé un cri d’alarme pour vous prévenir contre un accord secret qui venait d’être conclu à Ibiza entre le régime d’occupation et une fraction de la prétendue opposition congolaise.

Nous vous avions dit à cette époque-là que la stratégie et le piège que comporte cet accord ressemblait comme deux gouttes d’eau à celui de Lemera en 1996, car à travers cet accord, l’ennemi visait  à se cacher derrière les congolais comme paravent pour masquer sa mission d’occupation et de balkanisation de la RDC.   

Cependant, lorsque nous avons dénoncé cette rencontre secrète d’Ibiza qui avait pour objectif de maintenir «Joseph Kabila» et son régime au pouvoir, et en échange, celui-ci promettait d’offrir une portion du gâteau aux «marionnettes congolaises» signataires de cet accord, nous avons été copieusement pris à parti par une cohorte des compatriotes congolais fanatiques et exaltés.

Et le 7 janvier de cette année, la veille de la proclamation des résultats des élections, nous sommes revenus sur ce brûlant dossier pour vous alerter et vous informer que le dénouement du fameux accord secret entamé à Ibiza en 2015 venait d’être conclu secrètement à Kinshasa, et nous vous avons précisé que suite à cet accord, le choix des électeurs congolais allait être détourné frauduleusement par la CENI en faveur du candidat de la coalition CACH qui est devenu « partenaire » de « kabila » grâce à la concrétisation de cette alliance  secrète conclue à Ibiza! Pour preuve, le lendemain, à peine quelques minutes après la déclaration de la CENI qui le proclamait «vainqueur» des présidentielles, le candidat de CACH, oubliant toutes les promesses qu’il a naguère faites au  peuple congolais de chasser celui qu’il appelait «imposteur», déclarera ceci, et je le cite : «A partir d’aujourd’hui, nous ne pouvons plus considérer Joseph Kabila comme un adversaire, mais plutôt comme notre partenaire… ! »(sic)

Devant cette supercherie politique dont le degré de trahison n’a d’égale que la félonie de son auteur, les yeux et les oreilles du peuple congolais et de toute la communauté internationale étaient alors tournés vers la CENCO qui avait déclaré urbi et orbi qu’elle possédait le nom du candidat élu par le peuple congolais grâce aux rapports de ses 40 mille observateurs déployés dans tous les bureaux de vote à travers le pays. En effet, dans certains milieux politiques et de la presse internationale, les résultats étaient connus ainsi que le nom du vainqueur du scrutin. Le ministre français des affaires étrangères n’a pas hésité de déclarer à la presse que la CENCO  avait communiqué à son gouvernement le nom de Martin Fayulu comme vainqueur des présidentielles du 30 décembre 2019.

Et son ambassadeur à l’ONU a été on ne peut plus clair pour confirmer la victoire du candidat de LAMUKA, sur base des rapports de la CENCO et des nombreux autres observateurs officiels de ce scrutin. Sans être partisans d’une quelconque coalition politique, nous constatons cependant que ces assertions correspondent bien aux images de l’affluence populaire dont le candidat de LAMUKA avait bénéficié partout à travers la RDC durant sa campagne, déjouant même tous les pronostics de départ de plusieurs observateurs.

Chers compatriotes,

Toute cette scène pitoyable à laquelle nous venons d’assister nous conduit à ce que je vous ai toujours dit : jamais, alors jamais à travers l’histoire, un régime d’occupation n’a organisé des élections avec l’intention de céder aux peuples autochtones le pays qu’il occupe par la force et la ruse ! Il n’ya qu’en RDC où les leaders politiques et leur peuple croient à une telle utopie !

Comme ce fut le cas le 17 mai 1997, nous voyons encore aujourd’hui certains politiciens congolais avec leurs fanatiques exaltés s’exhiber en démonstration de joie pour fêter leur victoire ! Mais en réalité, ils ne fêtent pas la victoire du peuple congolais, mais plutôt le salaire de la trahison qu’ils viennent de recevoir des mains des bourreaux du peuple congolais.

 

 

Mes chers compatriotes,

Au moment où vous êtes absorbés à vous disputer un fauteuil présidentiel vidé de son pouvoir qu’il vient de vous offrir, «Joseph Kabila» et les siens sont  occupés, eux, à jeter les réelles bases pour contrôler demain les institutions politiques de notre pays. Voici comment:

  • Primo, « Kabila » s’est déjà attribué une très forte majorité parlementaire à travers toutes les provinces. Ce qui est illogique, car on ne peut pas comprendre que le même peuple qui a voté massivement en faveur de l’opposition au niveau des présidentielles puisse voter le même jour massivement au niveau des législatives pour le pouvoir en place ! Mais en s’attribuant frauduleusement la majorité parlementaire au niveau des provinces, « Kabila » vient de s’assurer une majorité écrasante de sa famille politique dans le prochain sénat. Ce qui lui garantit d’avance d’être élu président du Senat et de devenir ainsi la 2e personnalité de la République qui aura en plus sous son contrôle, selon les accords secrets, l’armée, la Police, la Sécurité, les Finances et la Diplomatie!  

 

  • Secundo,«Kabila» s’est attribué une majorité au Parlement. Avec la coalition politique issue de l’alliance d’Ibiza, partenariat qui est déjà  confirmé par le futur président proclamé, «Kabila» aura environs 250 députés de FCC + 100 députés de l’UDPS qui formeront une majorité d’environs 350 députés. Et selon la logique parlementaire, le Premier ministre devra venir du groupe FCC pro «Kabila» se verra attribué tous les postes régaliens tel que prévu dans l’accord secret. Conséquence : c’est toujours « Joseph Kabila » qui reste aux commandes, sans porter cette fois, le titre désormais vide de «Président de la République» !

 

  • Tertio,le candidat proclamé vainqueur ignore qu’il est désormais assis sur un siège éjectable dont la télécommande est entre les mains de « Joseph Kabila »qui peut l’actionner à tout moment via la Cour constitutionnelle qui lui est totalement soumise comme la CENI.Cette cour pourra en effet déclarer nul le scrutin du 30 décembre à tout moment. Or, nous savons que les élections dans trois provinces de l’Est ne seront organisées qu’au mois de mars prochain. Quelles en seront les retombées politiques et juridiques ? Personne ne saurait le prédire. Ces élections pendent comme une épée de Damoclès sur la tête du nouveau président proclamé selon la volonté de « Kabila »! Et comme on le voit, tout l’avenir du peuple congolais est ainsi suspendu à la barbe du «raïs» à cause de la trahison des Congolais eux-mêmes!             

C’est pourquoi à ce stade, je voudrais m’adresser d’abord au candidat malheureux et à ses alliés politiques à qui on vient de voler la victoire.

Mon cher frère, hier vous étiez presqu’inconnu du peuple congolais. Mais la brusque popularité dont vous avez joui et qui a surpris le monde entier est un message profond que le peuple congolais adresse, au-delà de votre personne, à toute l’élite politique congolaise. A travers vous le peuple congolais a exprimé son ras-le-bol contre l’occupation et la prédation ! Il a voulu montrer au monde qu’il a encore le front dressé et qu’il n’a pas courbé l’échine !

Mais aujourd’hui que l’ennemi a détourné son verdict de souverain primaire malgré sa volonté massivement exprimée, je vous adresse humblement le conseil suivant : si tant est que vous étiez réellement  de bonne foi dans votre détermination à vouloir mettre fin à la crise multidimensionnelle que connait la RDC en vous engageant et en engageant notre peuple dans un processus électoral volontairement chaotique, et maintenant vous souffrez dans votre chaire et vous avez la preuve que cette voie des élections dans un pays sous-occupation ne vous conduira jamais vers un début de solution de la crise dont souffre notre peuple,  l’honnêteté intellectuelle et la probité morale ne peuvent que vous contraindre à expérimenter maintenant l’unique recette que vous n’avez pas encore essayée jusqu’ici : c’est-à-dire la Résistance populaire! Il ne s’agit pas de recourir à la violence. Loin s’en faut !

Il s’agit plutôt de recouvrer notre droit universel reconnu à tous les peuples du monde, autrement dit le droit de jouir des libertés fondamentales préconisées et défendues par la charte de l’Organisation des Nations Unies ! La CENCO qui vous avait poussé dans le dos pour aller aux élections même avec des machines à voler vient de constater, elle aussi, son échec et son impuissance ! Car, tout en reconnaissant qu’il y a eu hold-up électoral, les évêques congolais viennent de vous demander de prendre vous-mêmes vos responsabilités d’homme politique! Il n’est donc jamais trop tard pour bien faire, nous vous convions à rejoindre le camp des patriotes qui ont compris l’enjeu et qui ont décidés à poursuivre la lutte jusqu’à la libération totale de la RDC.


Je voudrais m’adresser ensuite au peuple congolais pour le féliciter pour le courage et la bravoure dont il vient de faire montre au travers de ce scrutin volontairement semé d’embuches et de pièges. Mais je voudrais surtout lui rappeler qu’il vient de vivre une énième démonstration qu’aucun processus électoral ne parviendra à le débarrasser des forces barbares d’occupation, de prédation et de balkanisation. Je voudrais lui redire que sous un régime d’occupation, le peuple aura toujours l’illusion de voter ses dirigeants politiques, mais il ne les élira jamais ! Pour preuve : vous venez de voter massivement Martin FAYULU comme votre président, mais les occupants  rwandais, eux, vous ont imposé Félix Tshisekedi comme une pacotille de président, destiné à servir ses intérêts et à légitimer leur présence sur notre territoire national! Telle est la réalité de l’occupation qui s’impose à vous tous !

Et dorénavant, les occupants rwandais pourront piller nos richesses, massacrer nos peuples et arracher nos terres à l’aise, parce que cachés derrière l’étiquette d’un président congolais sans réel pouvoir d’action!

C’est maintenant que les masques viennent enfin de tomber ! Et c’est maintenant que le combat de la Résistance peut être mené sans confusion ni cacophonie.Car ceux qui se battaient pour leur ventre ont eu enfin accès à la mangeoire. Maintenant les résistants peuvent se reconnaître et s’unir sans crainte. A l’intérieur du pays, le peuple va être plus aguerri par l’expérience malheureuse qu’il vient de vivre. Il sera plus mur et plus disposé à la mobilisation populaire. Et sur le plan international, mêmes ceux que vous appelez vos «décideurs» sont parvenus à la conclusion qu’il appartient au peuple congolais de réagir contre le hold-up dont il vient d’être victime! Levons-nous donc et unissons-nous tous derrière notre peuple.                

Chers compatriotes congolais,

Si nous n’y prenons garde, si nous ne faisons rien, les conséquences des élections de décembre 2018 seront plus graves et plus nocives pour l’avenir de notre nation que les deux élections précédentes de 2006 et 2011. Car pour les deux précédentes élections, on s’est servi du peuple congolais pour crédibiliser le régime politique d’occupation. Mais cette fois-ci, les occupants rwandais sont allés plus loin : ils ont présenté aux congolais et au monde entier un  semblant de président réellement congolais derrière lequel ils se cacheront pour poursuivre impunément des massacres et provoquer des troubles ethniques avec l’objectif final d’accélérer la balkanisation de la République Démocratique du Congo. Ce danger-là est plus grave et plus nocif. Ne leur offrons donc pas cette opportunité !

 

Cher compatriotes,

Chaque peuple et chaque génération a un rendez-vous capital avec le destin de son histoire. Et l’histoire ne fait pas de cadeau, elle scelle l’héritage de chaque homme et de chaque peuple ! Notre génération se trouve aujourd’hui face au rendez-vous de son histoire : car c’est nous qui devrons décider si le Grand Congo devra disparaître de la carte du monde, ou si nous devons le sortir des griffes des vautours qui veulent le dépecer,  et bâtir sur le sang de nos martyrs une grande et puissante nation au cœur de l’Afrique

J’ai pleine confiance que nous réussirons bientôt !

Que le Seigneur Jésus-Christ bénisse cette année 2019 la République Démocratique du Congo et son peuple !

Ingeta !

Paris, le 12 Janvier 2019

Honoré Ngbanda Nzambo Ko Atumba 

Président national de l’APARECO

 

Facebook Comments
Candide Okeke

About Candide Okeke

Comments are closed