Vidéo & Photos// Reportage de la grande conférence-débat de l’Apareco organisée le samedi 27/10/2018 à Liège en Belgique

Reportage de la grande conférence-débat de l’Apareco organisée le samedi 27/10/2018 à Liège en Belgique

Thème du jour : La responsabilité du peuple congolais dans la tragédie congolaise et son rôle déterminant dans le combat de la libération de la République Démocratique du Congo

Orateurs :

  1. Patrick Lukika : Secrétaire Général de l’Apareco
  2. Pierre Verjans : Professeur à l’université de Liège

Vidéo de la conférence

Il s’est tenu le samedi 27 octobre 2018, au Palais des Congrès de la ville de Liège en Belgique, une grande conférence-débat organisée par l’Apareco Belux. Cette conférence a été l’occasion pour beaucoup de compatriotes de comprendre que le rôle du peuple congolais est déterminant dans le combat de libération de notre pays le Congo.

Deux intervenants de marque ont livré une réflexion autour du thème du jour devant de nombreux participants sous la supervision du modérateur Jean-Pierre OKITAKULA. Il s’agit de Monsieur Pierre VERJANS, politologue et Monsieur Patrick LUKIKA, Secrétaire Général de l’APARECO qui, lors de leurs exposés respectifs, ont permis à l’assistance de se plonger dans l’analyse et de réfléchir sur la situation actuelle de la RDC et de s’imaginer le futur de notre patrie bien aimée.

Si le Secrétaire Général de l’Aparaco n’est plus à présenter, il y a lieu de rappeler que le professeur Pierre VERJANS qui a participé à l’élaboration de la constitution de 2006 de la RDC, est politologue et professeur au Département de sciences politiques de l’Université de Liège/Belgique et à l’Université du Graben à Butembo (RDC). Les domaines de ses recherches sont : -Doctrines et systèmes politiques, – Institutions politiques comparées et – Opinion publique partis et groupes de pression.  

Comme premier intervenant, monsieur Verjans a touché à la fois la dimension sociologique, politique et historique en mettant en exergue le rôle du peuple Congolais comme étant déterminant dans son attitude face la tragédie que traverse actuellement la RDC. Il n’a pas hésité de faire référence aux actions libératrices qu’il a su faire montre jadis en 1959 et 1991 lors des révoltes pour l’indépendance et la mise en échec de la dictature du président Mobutu.

De l’irresponsabilité des dirigeants congolais et leur absence de crédibilité, il a indiqué le tripatouillage légendaire qu’a subi la constitution dans son évolution jusqu’à la version actuelle, située aux antipodes de l’esprit qu’il a caractérisé initialement.

Quant à la communauté internationale, monsieur Verjans estime qu’en dépit des insuffisances, la communauté internationale est de bonne foi et a intérêt à ce que la paix règne dans la communauté des nations et en RDC. Mais pour lui, la question est celle de savoir, de quelle communauté internationale parle-t-on ? A savoir que s’agissant de la RDC, les intérêts sont très divergents. Il prône pour que le peuple se prenne en charge, non sans rappeler les conséquences tragiques qui en découlera en termes de perte des vies humaines.

Le Secrétaire Général de l’Apareco, monsieur Patrick LUKIKA, après avoir réagi sur certains points de l’orateur précédant et remis la pendule à l’heure, il a ensuite développé le thème sur la responsabilité du peuple congolais face à la tragédie Congolaise. Ce dernier a argumenté plutôt dans le sens opposé au premier intervenant et il s’est montré très convainquant notamment sur la constitution, sur les élections et  la définition et le rôle de la communauté internationale.

Il fera observer que la constitution, dont l’un des auteurs se vante pour avoir participé à son élaboration, est taillée sur mesure à Monsieur KABILA et est à la base, ou du moins, a contribué fortement à la situation chaotique que traverse actuellement la RDC.

En guise d’illustration, il a particulièrement pointé du doigt un des articles régissant les conditions d’accès à la magistrature suprême en RDC. Cette disposition dans la constitution de la deuxième république stipulait qu’il fallait être né de père et mère, de nationalité congolaise. Disposition élaguée dans la constitution en vigueur actuellement en RDC.

Il s’inscrira également en porte à faux, dans la vision plus ou moins angélique faite du rôle de la communauté internationale dans la crise actuelle en RDC. Il précisera en outre que la politique de la communauté internationale en matière de paix et d’assistance est plutôt sélective à l’instar de ce qui se passe en RDC et contrairement aux autres crises de même nature (occupation), faisant allusion à l’invasion du Koweït par l’Irak.

Précisant que l’APARECO ne s’inscrivait pas dans le schéma des élections, le numéro deux de l’Apareco réagira quand même sur la multitude et successifs obstacles délibérément créés pour tricher ou rendre impossible ces élections dans le but de continuer l’occupation de notre pays.

Le secrétaire général n’a pas épargné les leaders de l’opposition qui s’alignent dans la course à la présidentielle. En effet, comment comprendre qu’aujourd’hui, ils dénoncent l’occupation et en même temps, ils recherchent un consensus pour une candidature unique de l’opposition en vue de participer à la parodie d’élections qui pointent à l’horizon? Ceci étant dit, le Secrétaire Général a invité le peuple Congolais à se désolidariser des leaders politiques véreux et corrompus et de rejoindre la résistance.

Il a répondu sur le grief souvent lancé en direction de l’APARECO et son autorité morale sur sa propension à dénoncer, critiquer et ne jamais proposer. Il évoquera en guise de réponse à ce grief les 7 mesures proposées par  l’Apareco et son leader comme la solution à la crise actuelle et la voie inéluctable à la libération du pays mais que les opposants rechignent d’appliquer.

Selon le secrétaire général de l’Apareco, les opposants sont dans le rôle d’accompagnateurs du régime d’occupation où contrairement aux divisions de façade, chacun joue sa partition dans ce scénario cynique au regard des enjeux.

Dans le processus de prise de conscience collective, suite à l’occupation de notre patrie, il a démontré combien le parcours de monsieur Honoré NGBANDA fut fastidieux mais payant grâce à sa détermination et persévérance.

Fait à Liège, Lundi 04/11/2018

Pour l’Apareco

Jean-Pierre OKITAKULA  et Dany Mabuki

Photos

 

 

Facebook Comments
Avatar

About Gregoire

Comments are closed