FLASH/ Des leaders politiques congolais sans vision  ni idéal déstabilisés par un «Kabila» tout-puissant !

Des leaders politiques congolais sans vision  ni idéal déstabilisés par un «Kabila» tout-puissant !

« Une vie sans principes est comme un bateau sans gouvernail »

(Mahatma Gandhi)

La force des envahisseurs tutsis rwandais et ougandais sur le grand peuple congolais, nous ne le dirons jamais assez, réside essentiellement dans la qualité et le niveau très médiocre de l’élite politique congolaise. En effet, cette élite congolaise est caractérisée par l’absence criante d’idéal, de vision nationale, de patriotisme et de valeurs morales! Sa seule devise est «le pouvoir pour mon ventre» !

Par ailleurs, le seul critère de soutien que la grande majorité des jeunes congolais donne aujourd’hui à ses leaders politiques n’est fondé que sur la mince promesse d’un poste en cas de victoire. D’autres jeunes se contentent de quelques billets verts que des charlatans leur donnent pour gonfler des manifestations populaires. Et à partir de ce moment, plus aucun autre principe ne compte en dehors de l’intérêt personnel ou groupald’ordre ethnique ou régional. Ainsi, cette prédisposition mentale d’une classe politique congolaise dévergondée et dévoyée fait d’elle une proie facile pour les prédateurs du monde entier dont l’objectif est de piller et de balkaniser notre pays, la République Démocratique du Congo.

« Kabila » seul maitre à bord…

Deux ans après l’expiration de son « mandat » à la tête de la RDC, «Joseph Kabila» est aujourd’hui plus que jamais le seul maître à bord du bateau-Congo et cela, grâce à la complicité active ou passive des leaders politiques congolais, tant  de la MP que de l’opposition politique. Tous, sans exception, ont contribué consciemment ou par ignorance, activement ou passivement, à lui accorder durant deux ans le fameux «glissement» dont il avait tant besoin pour se refaire une santé et rebondir avec force comme il le fait aujourd’hui!

Tous les politiciens congolais savent, depuis qu’Honoré Ngbanda l’a révélé, que « Joseph Kabila » est rwandais et qu’il est le cheval de Troie des occupants tutsis rwandais et ougandais en RDC. Mais aucun politicien congolais n’intègre ce paradigme fondamental dans sa vision, ni dans son combat politique. C’est seulement quand «Kabila» disqualifie certains parmi eux pour «double nationalité» qu’on entend enfin leurs voix se lever timidement ça et là, sans le nommer (on ne cite pas le nom du Raïs sans conséquence!), pour exiger que « lui aussi s’explique au sujet de ses origines». Pitoyable!

Tous les politiciens congolais savent que le pays est occupé par les forces étrangères tant sur le plan politique, militaire, sécuritaire qu’économique et financier. Mais personne n’a le courage de sortir du système et de rejoindre le peuple pour l’aider à se prendre en charge pour stopper cette spirale infernale de la mise à mort de l’Etat congolais.Mais dès que « Kabila » les jette hors de la mangeoire nationale, alors on voit ces politiciens congolais recouvrer brusquement la mémoire et proclamer que le pays est occupé. Stupide!

Tous les politiciens congolais savent que toutes les institutions de la RDC, selon leur propre constitution fabriquée à Liège en Belgique, sont caduques depuis décembre 2016! Mais ils s’arrangent nuitamment ou secrètement en Europe avec « Kabila » ou ses hommes pour lui accorder un « glissement » moyennant des «enveloppes» ou des miettes de pouvoir qu’il leur jette sous la table à compte goutte comme aux chiots ! Mais dès que « Kabila » leur retire le beefsteak de la bouche, c’est alors qu’on les voit, dans un moment de lucidité brusquement recouvrée, proclamer que les institutions sont périmées, et appeler le peuple à réclamer… l’alternance. Ridicule!

Des leaders de l’opposition complices des occupants et d’un processus électoral biaisé

Aujourd’hui, tous les politiciens savent que le processus électoral en cours, conçu et appliqué sous les directives de «Kabila», est complètement truqué, biaisé et piégé d’avance pour assurer la victoire aux candidats de la «kabilie» à tous les niveaux, quelles que soient les formules adoptées : avec ou sans machine à voter. Cependant, tous les leaders de l’opposition ont apporté leur crédit à ce processus biaisé en déposant leurs dossiers auprès de la CENI ! Et c’est seulement quand «Kabila» a commencé à les disqualifier que les victimes se réveillent, avec leurs fanatiques aveugles, pour crier à la manipulation. Minable!

Dans l’entretemps, l’esprit de solidarité proclamée urbi et orbi entre les candidats de l’opposition congolaise a volé aux éclats ! La promesse d’une candidature unique semble s’étioler lorsqu’on voit les membres des partis dont les candidats sont retenus se réjouir du sort de ceux dont les candidats sont disqualifiés, considérant que la décision de «Kabila » est salutaire et constitue un bon débarras des autres concurrents! 

Mais pour sauver les apparences, les principaux candidats de l’opposition ont signé ce 24 août 2018 une déclaration commune dans laquelle ils affirment posséder des «éléments probants» prouvant que «Joseph Kabila», par le canal de son ministre de la justice Alexis Tambwe, a donné des injonctions à la CENI à travers son président, monsieur Naanga, «dans le but d’écarter les candidats Jean-Pierre Bemba et Félix Tshisekedi, après avoir exclu Moïse Katumbi du processus , pour des motifs juridiquement infondés » (sic). Et pourtant, bien avant cette décision d’exclusion de la CENI, monsieur Honoré Ngbanda les avait tous prévenu, à travers son adresse aux congolais le dimanche 12 août dernier, que des dispositions étaient prises par les membres du lobby tutsi au pouvoir en RDC pour disqualifier tous les principaux candidats de l’opposition cités dans le communiqué. Par la même occasion, le leader de la Résistance congolaise avait lancé un appel à tous les candidats de l’opposition congolaise les exhortant à boycotter ce processus électoral pour stopper net toutes les manœuvres de «Kabila» et du Tutsi-power

Mais nos braves politiciens de l’opposition se contentent plutôt, à travers leur déclaration politique commune, de supplier «Kabila» pour qu’il «libère le processus électoral en arrêtant de donner des injonctions à le CENI ». Et comme on devrait s’y attendre, ils ont lancé un appel à la population congolaise pour qu’elle résiste contre ce qu’ils appellent, eux, « cette provocation de trop» de la part de «Kabila»! Pourtant, tous ces leaders de l’opposition congolaise savent pertinemment que leurs aboiements sont loin d’émouvoir et d’ébranler la détermination du Tutsi-power et de son cheval de Troie Hyppolite Kanambe d’aller de l’avant.       

Tous ces atermoiements et turpitudes font la force principale de l’occupant et de l’imposteur rwandais. Nos ennemis savent que les leaders politiques congolais manquent cruellement de vision nationale et de patriotisme. Et dans ces conditions, le peuple congolais ne doit rien attendre de ses leaders. Car, en paraphrasant Mahatma Gandhi, nous pouvons dire qu’un peuple avec des leaders sans principes est comme un bateau sans gouvernail !

Nous y reviendrons !

Paris, le 27 Aout 2018

Candide OKEKE

L’ŒIL DU PATRIOTE

Facebook Comments
Comments are closed