Léon Kengo , membre éminent du Tutsi-power jette le masque sur RFI : “Si Ramazani est élu , il n’est pas dit qu’il pourra achever son mandat”!

Léon Kengo, membre éminent du Tutsi-Powerjette le masque sur RFI :

«Si Ramazani est élu, il n’est pas

dit qu’il pourra achever son mandat»!

 

Dans l’interview qu’il vient d’accorder à RFI ce mardi 21 août, Kengo wa Dongo alias Léon Lobitch, membre éminent du Tutsi-power en RDC a lâché (par mégardes ?) quelques vérités cachées qui ouvrent un pan sur la stratégie du think-tankdes occupants tutsis rwandais. Les propos de «l’homme de la rigueur» du MPR parti/Etat laissent entrevoir le scénario politique que les experts du Tutsi-power ont conçu et mis en application pour contourner la recrudescence d’hostilité et de pression tant nationale qu’internationale qui menacent leur régime ainsi que leur plan d’occupation, de prédation et de balkanisation de la RDC.

En répondant à une question du journaliste de RFI, Léon Kengo confirme (par inadvertance ?) son propre rôle principal dans le système d’occupation, rôle que le leader de l’APARECO a dénoncé plus d’une fois. En effet, lorsque le journaliste de RFI lui demande : «Finalement, vous qui avez toujours tenu à garder votre statut d’indépendant, vous avez signé la charte du Front commun pour le Congo [FCC, la nouvelle plateforme électorale initiée par le président Joseph Kabila]. Qu’est-ce qui fait que vous avez sauté le pas ?A cette question Kengo répond péremptoirement : «Pour donner à cette charte une crédibilité

Voilà qui est dit très clairement ! Pour ceux des Congolais qui ne saisissent pas encore le sens profond des 7 mesures proposées par Honoré Ngbanda ( Texte à lire ici: https://www.info-apareco.com/2018/06/25/rappel-voici-les-7-mesures-quhonore-ngbanda-propose-pour-faire-tomber-le-regime-de-kabila-et-pour-la-liberation-totale-de-la-rdc/), voici la preuve tangible que les occupants tutsis rwandais savent qu’ils ont besoin de la présence des politiciens congolais (authentiques ou non) au sein de leurs institutions et formations politiques pour leurs donner un semblant de « crédibilité » nationale et internationale !

D’aucuns parmi vous se souviendront qu’en 2007 déjà, l’APARECO avait stigmatisé l’élection bizarre de « l’opposant indépendant» Kengo wa Dondo à la tête du Sénat au détriment du candidat de la «majorité présidentielle», Léonard She Okitundu. Question : qui avait donc passé la consigne pour que les sénateurs de la majorité présidentielle votent pour un candidat dit de l’opposition en défaveur du candidat (congolais) She Okitundu, qui représentait pourtant la famille politique de la majorité ? Aujourd’hui, c’est Kengo lui-même qui vous en donne la réponse !

Mais le masque de la stratégie tutsie se dévoile lorsque le journaliste de RFI aborde le dossier du «dauphin» de Kanambe, et pose à Kengo la seule question fondamentale que les congolais devraient se poser depuis le 8 août dernier : «Est-ce que le retrait du président Joseph Kabila suffit, selon vous, à écarter le risque d’une déstabilisation du pays à l’occasion du processus électoral ? »A cette question fondamentale Kengo répond sans ambigüité : «Si Ramazani est élu, il n’est pas dit qu’il pourra achever son mandat.» (sic!)  Et Kengo enchaîne avec une pointe de menace savamment voilée au cas où leur plan ne marcherait pas. Il dit : «J’espère qu’il pourra achever son mandat, mais je dis qu’aujourd’hui, au point de vue politique, la RDC est calme, nous souhaitons de tous nos vœux que cela se poursuive.»

C’est là que le Diable est logé ! Le plan du Tutsi-power ne prévoit pas de donner ou de céder le pouvoir aux congolais. Loin s’en faut ! Sa stratégie consiste plutôt à se servir uniquement d’un pantin congolais comme une marionnette, dans l’unique but de calmer l’ardeur des Congolais obnubilés par l’unique souhait de voir «Kabila» s’abstenir de prendre part à la compétition ! Mais il n’est pas question pour les Rwandais d’abandonner le butin-Congo aux Congolais! La «poupée» Ramazani sera fortement soutenue et utilisée tant que les Rwandais auront besoin d’elle pour tenir les Congolais dans une illusion d’alternance démocratique. Après usage, Shadary sera éliminée et jetée dans la poubelle de l’histoire de la RDC comme Laurent Désiré Kabila, Samba Kaputo, Augustin Katumba Mwanke et tant d’autres… Que les congolais ne se fassent donc pas d’illusion, il n’y aura pas d’alternance avec des élections organisée par «Kabila» et les siens !

Dans la même interview, Léon Kengo wa Dondo exprime encore mieux la ferme volonté de «Kabila» et du Tutsi-power de prolonger l’œuvre d’occupation de la RDC. Quand le journaliste de RFI lui demande si le schéma de «Kabila» cache le scénario «Medvdev-Poutine», Kengo répond : « C’est un scénario crédible. Le président est le garant de la Constitution. Il a respecté cette Constitution, personne ne peut émettre de critiques. Analysons tout : il fait passer Ramazani, Ramazani peut être élu une fois, lui peut revenir. Moi, je crois qu’il a bien joué. S’il revient après, il peut rester autant qu’il veut. » On ne peut être plus clair !

Comment les congolais peuvent-ils donc continuer à faire preuve d’autant de légèreté en croyant aux affabulations et aux contes des fées de leurs bourreaux ? Et c’est exactement ce que Honoré Ngbanda vient juste de dénoncer, une fois de plus, dans sa dernière adresse (Video à voir ici: https://www.youtube.com/watch?v=fyHmuiVeJcA ) de ce mercredi 22 août aux Congolais : la naïveté et l’inconscience ! Comme en 1997 nous avons applaudi et accueilli nos agresseurs au cri de « vive les libérateurs», nous refaisons la même erreur 20 ans après, en applaudissant le choix d’une marionnette que nos ennemis nous présente pour apaiser notre colère en nous faisant croire à la fin du pouvoir d’occupation ! En réalité, Shadary n’est qu’un épouvantail, une poupée dont le Tutsi-power se servira un moment pour faire passer la tempête. Le décryptage des propos de Kengo à RFI nous en donne des indications claires !

Il ne nous reste qu’une piste salutaire : les Congolais doivent refuser et boycotter en bloc le processus électoral comme solution de la crise. Si toute l’opposition accepte de refuser purement et simplement le processus d’élection, toute la stratégie du Tutsi-power sera bloquée !

Nous y reviendrons !

Paris, le 23 Août 2018

Candide OKEKE

L’ŒIL DU PATRIOTE

 

Facebook Comments
Comments are closed