RDC: BIENTÔT UN GOUVERNEMENT DE TRANSITION, SELON LES ACCORDS D’IBIZA OU DE LA SAINT SYLVESTRE ?

RDC: BIENTÔT UN GOUVERNEMENT DE TRANSITION, SELON LES ACCORDS D’IBIZA OU DE LA SAINT SYLVESTRE ?

Les Congolais ne sont pas encore sortis de l’auberge. Loin s’en faut. Les chiens de Pavlov, eux, sont plutôt en train de renégocier pour une énième fois leur accès à la mangeoire nationale de la kabilie ! Quand le jour ils entonnent l’hymne des élections démocratiques en décembre 2018 pour appâter le peuple congolais, la nuit, ils courent tous comme des sorciers à l’autel des messes noires où se négocient les postes ministériels et l’argent, loin des intérêts du peuple congolais.

C’est cela qui fait la force de « Kabila » et du Tutsi-power : la corruptibilité et l’immoralité de la classe politique congolaise, toutes tendances confondues. Et par-dessus tout cela, la naïveté des populations congolaises qui courent derrière ces politiciens véreux et corrompus jusqu’à la moelle épinière, uniquement pour des raisons d’appartenance tribale ou régionale et pour des promesses chimériques de bonheur et de paix qu’ils leur formulent du bout des lèvres.

Aujourd’hui, coincé et tancé par la communauté internationale, particulièrement par la position de plus en plus en intransigeante de l’Angola voisin, «Kabila» plie comme un roseau mais ne se casse pas ! Depuis l’arrivée du nouveau président Joao Lourenço à la tête de l’Angola, les Etats-Unis se servent de ce général comme leur fer de lance pour pousser «Kabila» vers la sortie en vue de le remplacer par une autre marionnette plus «propre» et moins encombrante. Depuis le 9 avril, un sommet des chefs d’Etats de la SADEC  a été annoncé à Luanda en Angola pour évaluer les préparatifs des élections attendues en RDC le 23 décembre de cette année. Et dans la foulée, à la marge de cette annonce, le président angolais qui préside justement la SADEC a lancé un avertissement sans ambages pour prévenir «Kabila» qu’il n’y aura pas d’excuse pour organiser les élections en décembre 2018. Quand on prend en compte la position tranchante du Botswana contre l’entêtement de « Kabila » à se cramponner au pouvoir en RDC, on comprend aisément que le sommet de Luanda s’annonce plutôt néfaste pour le fils d’Adrien Kanambe. 

Et devant ce mur qui s’est dressé brusquement devant lui, Hyppolite Kanambe a recouru à sa stratégie habituelle : négocier l’ouverture à la mangeoire aux politiciens congolais de la prétendue opposition contre un glissement jusqu’en 2020 ! Ainsi, a-t-il déjà entrepris des contacts en coulisse, comme d’habitude, avec les leaders des principaux groupes dits de l’opposition politique à Kinshasa. 

A cet effet, Félix Tshisekedi a d’ailleurs reconnu dans l’hebdomadaire Jeune Afrique qu’il a été approché par les émissaires de «Kabila» pour négocier, mais qu’il a conditionné toute discussion au rapatriement de la dépouille de son défunt père, Etienne Tshisekedi. Du coup, les discussions autour des funérailles d’Etienne Tshisekedi ont repris. A ce sujet, différentes sources indiquent que depuis février 2018, les «autorités au pouvoir» et les émissaires de la famille de Tshisekedi se sont déjà vus plusieurs fois. Une commission mixte serait même en passe d’être mise sur pied incessamment pour travailler autour de l’organisation de ces funérailles. Et sous peu,  un communiqué va être  signé entre les deux parties. Par ailleurs,  la famille de Tshisekedi aurait déjà reçu des assurances du gouvernement, concernant notamment des frais de la morgue à Bruxelles et des documents pour une inhumation à la N’selé.

En conditionnant la négociation d’un nouveau glissement au déblocage du retour de la dépouille de son défunt père, Félix Tshisekedi accepte ipso facto le principe même d’un nouveau glissement à «Kabila» jusqu’en 2020 ! Tous les fameux discours pour les élections en 2018 ne sont que des miroirs aux alouettes et des enfumages pour éblouir et endormir le peuple congolais.  

Dans l’entourage de « Kabila » on se frotte les mains parce qu’on estime que les prochaines obsèques d’Etienne Tshisekedi à Kinshasa dessineraient un cadre pour amorcer l’arrivée de Félix Tshisekedi à la primature. Car la stratégie actuelle de «Kabila » consiste à démontrer à la Communauté internationale et particulièrement à ses pairs de la SADEC qu’il a bel et bien respecté les accords de la St Sylvestre en offrant la primature et le Cnsa à «la vraie opposition» autrement dit, celle que prétendent incarner l’UDPS de Félix Tshilombo, le MLC de Jean Pierre Bemba, l’UNC de Vital Kamhere et même « l’Ensemble » de Moïse Katumbi. En échange, «Kabila» obtiendra son glissement jusqu’en 2020.

L’aboutissement d’un accord secret …

Mais c’est justement là aussi les termes réels des accords d’Ibiza : la primature devait revenir à l’UDPS contre le maintien de «Kabila» au pouvoir jusqu’en 2020 ( pour lire l’un de nos articles à ce sujet cliquez ici http://www.info-apareco.com/2017/07/28/rencontres-secretes-entre-joseph-kabila-et-felix-tshisekedi/). Et nous voilà revenus à la case départ ! Aujourd’hui, au sein de la kabilie, tout le monde est certain que rien ne pourra se faire avant 2020. Voilà pourquoi, par la bouche du porte-parole de « Kabila », monsieur Léonard She Okitundu, il a prévenu le Conseil de sécurité de l’ONU que Kinshasa veut mettre fin à la mission de l’ONU en RDC en…2020 ! Car, pour les kabilistes, les vrais enjeux pour leur « raïs » se situent en 2020 et non en 2018 comme les congolais le croient. En prétendant donc respecter les accords de la Saint Sylvestre, Kanambe se sert seulement de l’accord d’Ibizapour tirer les marrons du feu ! Cela est d’autant plus vrai que Shadary, dans l’une de ses récentes déclarations, a affirmé qu’il y aura certes des élections, mais pas en 2018. Même certains pays membres permanents du Conseil de sécurité fermeraient pudiquement les yeux si « Kabila » parvenait à «respecter», même sur le plan de la forme simplement,  les fameux Accords de la Saint Sylvestre. Mme Harriet Baldwin, la ministre britannique pour l’Afrique l’a clairement laissé entendre ce 12 avril à l’issue de son séjour en RDC lorsqu’elle a déclaré : « comme l’a souligné la communauté internationale, la mise en œuvre intégrale de l’Accord de la Saint Sylvestre qui engage toutes les parties est essentielle ». Comprenne donc qui pourra! 

Ainsi, le même Félix Tshisekedi qui tweetait il y a quelques mois qu’il n’était pas question pour lui de voler à la rescousse d’une « Kabilie à l’agonie », est lentement mais surement en train de respecter une feuille de route déjà tracée avec « Kabila » au dépens du peuple congolais.

S’ils ne font rien eux-mêmes, les Congolais ne devraient donc rien attendre de leurs opposants politiques pour faire partir «Kabila» cette année ! Les réalités sont là ! Le peuple doit renoncer à suivre aveuglement comme des moutons, des hommes politiques sans foi ni loi. Il doit se prendre en charge en suivant les consignes de la Résistance qui l’invite à entreprendre une vaste action de désobéissance civique pour paralyser et dégager le régime sanguinaire d’occupation !

Paris, le 17 Avril 2018

Candide OKEKE

L’ŒIL DU PATRIOTE

Facebook Comments
Comments are closed