Dessous des cartes: Les « vérités » de Nikki Haley à « Kabila », à l’Opposition congolaise et au «tutsi-power» à Kinshasa !

 

Dessous des cartes :

Les « vérités » de Nikki Haley à « Kabila », à l’Opposition congolaise et au «tutsi-power» à Kinshasa !

 

Comme nous l’avions annoncé dans la dernière parution de notre article de L’ŒIL DU PATRIOTE, derrière le décor bien aménagé du show politico-diplomatique que Mme Nikki Haley a offert aux médias congolais et internationaux lors de son dernier court séjour à Kinshasa, l’envoyée spéciale du Président américain Donald Trump a délivré, lors de ces entretiens à huis-clos, des «messages directs» de Washington à chacun de ses interlocuteurs. C’est de ce message-là que le leader de la Résistance congolaise voudrait que le peuple congolais, le souverain primaire, soit pleinement informé ici dans nos pages.   

Nikki Haley à « Kabila » :

« Organisez les élections en 2018, choisissez votre dauphin et nous le soutiendrons » !

Le tête-à-tête entre les deux personnes a démarré sous un climat très tendu, loin du spectacle détendu que « Kabila » a voulu présenter à la fin des entretiens en offrant un «cocktail d’amitié» à ses invités, pour faire croire à un climat de bonne entente. Suivant fidèlement le schéma du message de son prédécesseur, Bill Richardson, au Maréchal Mobutu, l’ambassadeur américain a commencé lui aussi par transmettre à «Kabila» les «sincères sentiments de reconnaissance des Etats-Unis pour tous les services rendus » (sic). C’est en signe de cette gratitude que Washington lui accorde volontiers le délai des 504 jours sollicités par la CENI pour organiser les élections avant fin 2018.  Nikki Haley a été formelle : « les Etats-Unis n’entendent pas compromettre leurs énormes intérêts en RDC ». Or, enchaina la diplomate américaine, «votre entêtement à vous maintenir coûte que coûte au pouvoir contribue à favoriser la dynamique du soulèvement populaire prônée par la Résistance congolaise de la diaspora qui s’organise chaque jour, mais dont la vision politique ne rassure malheureusement pas Washington. Cependant, en cas de force majeure, pour garantir nos intérêts en RDC, nous n’hésiterons pas à approcher cette Résistance  si elle continue à gagner du terrain ». Devant cette hypothèse, «Kabila» a bondi de sa chaise et réagi en haussant tellement le ton (dans son anglais « tanzanien ») que le garde du corps de Nikki Haley a du s’introduire  brutalement dans la salle d’entretien pour vérifier que tout allait bien!

A la fin des entretiens, dans le but évident de dégager l’étau autour de son cou, «Kabila» fit une promesse ferme à Nikki Haley : il lui a demandé de rassurer Donald Trump qu’il ne le décevra pas! Mais ce que Nikki Haley ne sait pas, ce que «Kabila» a seulement besoin de ce moratoire-là pour se refaire une santé politique et repartir du bon pied. En effet, dès la fin des entretiens avec Nikki Haley, «Kabila» fit venir autour de lui son état-major politique : Matata Mponyo, Atundu Liongo, Mokolo wa Mpombo, et les généraux Tango Fort, Yav et Olenga Nkoy. Ils ont été rejoints par deux autres membres du Tutsi-power, Ruberwa et Nyarugabo. Leur réunion qui a débuté à 21h n’a pris fin qu’à 01h du matin. C’est dire ! 

Après leur avoir fait un compte-rendu fidèle de son entretien avec Nikki Haley, « Kabila » a posé une question à Atundu, question qui a alimenté une bonne partie du débat de cette réunion : «Comment faire pour stopper le discours du soulèvement populaire de Ngbanda?» Lors du débat qui s‘en est suivi, les uns ont estimé que ce problème était épineux : «car plus nous parlerons de Ngbanda, plus nous le rendrons populaire à travers le pays. Il faut donc l’ignorer». D’autres ont estimé par contre qu’on ne pouvait pas ignorer ce discours qui gagne de plus en plus de terrain au sein de la population. Ils estiment qu’il faut mettre des «moyens» pour détruire l’APARECO et le CNRC. Il faut envisager d’y injecter rapidement un plus grand nombre de mouchards pour imploser leurs structures! André Atundu a quant à lui, proposé à «Kabila» d’accélérer la mise sur pied d’une « transition à la Mobutu » avant le 20 décembre 2017:

  • Nommer Félix Thsilombo Premier ministre ; ainsi il gouvernera et deviendra très vite impopulaire vue son incapacité notoire;
  • «Kabila» préside mais ne gouverne pas (une sorte de mise à l’écart stratégique) ; 
  • Plusieurs équipes de commandos seront déployées pour semer le désordre et l’insécurité en vue de faire échouer le  programme de la transition et faire remonter « Kabila » sur la scène.

Bref, « Kabila » et les siens ont opté pour un véritable scénario méphistophélique !       

Nikki Haley à l’Opposition congolaise : 

«Vous n’êtes pas crédibles» !

Les délégués de l’Opposition congolaise présents à la rencontre avec Nikki Haley n’oseront pas dire toute la vérité au peuple sur leur entretien, tellement ces «vérités» crachées par la diplomate américaine étaient à la fois dures et humiliantes, nous a confié l’un des délégués qui a été touché et troublé dans sa conscience par la brutalité des propos de leur interlocutrice. L’émissaire de D. Trump n’y est pas allé par le dos de la cuillère : «Les Etats-Unis estiment que la RDC n’a ni classe politique, ni opposition politique ! Tout le monde est au service de Kabila et tourne autour de lui…Les Etats-Unis ne font confiance à aucun opposant congolais, parce qu’ils n’ont pas de personnalité», enchaina-t-elle avant de conclure : «dans ces conditions, il vous sera impossible de chasser Kabila. C’est pourquoi, vous devrez continuer avec lui jusqu’à ce que vous soyez mûrs!»

Et la diplomate américaine a ensuite mis en garde les opposants congolais contre la dynamique du soulèvement populaire : « le peuple qui vous a vomis risque de vous chasser avec Kabila. Et en ce moment-là, les Etats-Unis vous traduiront devant la CPI….!» On appelle ça l’épée de Damoclès ! Distribuant enfin des remarques individuelles, elle a dit à Kamerhe d’être plus sincère avec ses frères, parce qu’il n’a plus de crédit. A Félix Thsilombo elle a demandé de faire un peu plus d’effort pour rassurer les lobbies américains. Il n’est pas encore assez rassurant. Un message subliminal ?   

 

Nikki Haley au Tutsi-power :

« Faites attention à la montée du discours de la Résistance, car les Etats-Unis ne sauront pas vous aider contre le soulèvement populaire ! »

Fidèle à la stratégie de Washington, Nikki Haley a tenu à rencontrer dans le secret, leurs alliés et proxys dans les Grands Lacs qui occupent et gèrent la RDC à leur place, il s’agit du lobby hégémonique tutsi rwandais. Ainsi, loin des caméras et des regards curieux, l’envoyée spéciale de Trump a rencontré ce même jour vendredi 27 octobre à 17h, dans la suite 247 de l’Hôtel du Fleuve, le staff politique du tutsi-power à Kinshasa : Ruberwa, Nyarugabo et Bizima Karaha.

Nikki Haley a sérieusement attiré l’attention de ses interlocuteurs sur le danger que représente le discours de la Résistance congolaise de la diaspora qui appelle le peuple congolais au soulèvement populaire. «Si ce discours qui gagne du terrain aboutit au soulèvement, les Etats-Unis ne sauront rien faire pour vous protéger, vous et vos intérêts en RDC. Au besoin nous envisageons d’approcher la Résistance en cas de besoin. »  La diplomate américaine leur conseilla de tout mettre en œuvre pour briser le discours d’appel au soulèvement populaire et faire peur aux Congolais pour qu’ils abandonnent cette idée de soulèvement populaire. Elle leur conseilla de faire pression sur « Kabila » afin qu’il désigne un dauphin que les Etats-Unis placeront au pouvoir à Kinshasa pour la protection de leurs intérêts communs en RDC.    

 

Matata Mponyo remplace bientôt Néhémie Mwilanya

Dans l’ambiance agitée de la visite de Mme Nikki Haley, «Kabila» a quand même tenu à informer son actuel directeur de Cabinet, Néhémie Mwilanya, de préparer le dossier de la remise-reprise avec Matata Mponyo qui doit le remplacer à ce poste. Mwilanya est promis pour le poste d’ambassadeur itinérant. 

Nos lecteurs se souviendront que nous avions déjà annoncé le départ de l’actuel directeur de cabinet qui était soupçonné par les services de « Kabila » de travailler pour le compte du général Yakutumba et d’Honoré Ngbanda de l’APARECO. Rappelons aussi que Néhémie Mwilanya a fait l’objet d’interrogatoire plusieurs fois et cela, chaque fois que L’œil du Patriote faisait des révélations sur les dossiers et les activités secrètes de Kingakati. 

Voyons donc si l’éviction de Mwilanya et son éloignement mettront fin aux incursions secrètes de L’ŒIL DU PATRIOTE dans les coulisses et les méandres de Kingakati.  

 

Paris, le 31 Octobre 2017

Candide OKEKE

L’ŒIL DU PATRIOTE

 

VIDEO A SUIVRE ICI:

Facebook Comments
Comments are closed