La RDC à l’heure de vérité (Partie 1): Journalistes ou agents de la désinformation ?

La RDC à l’heure de vérité

  • Des journalistes transformés en agents de la désinformation incapables de contredire l’APARECO sur des faits précis
  • Après avoir clamé qu’Honoré Ngbanda n’avait pas d’hommes sur le terrain, ses détracteurs se contredisent en produisant une « liste d’actions » qu’ils lui attribuent !
  • Duplicité de Félix Tshisekedi : Un proche de Katumbi confirme les révélations de l’APARECO
  • Le Porte-parole de l’UDPS a la mémoire courte …

Partie 1

  Le 15 juillet dernier, plusieurs groupes de la Résistance congolaise dont l’APARECO ont officiellement créé le CNRC (Conseil national de la Résistance congolaise). Selon plusieurs sources à l’intérieur comme à l’extérieur de la RDC, cet événement qui a surpris le microcosme politique congolais  a aussitôt provoqué une forte  mobilisation générale tant de la part des occupants que des collabos de tout bord. En plus des instructions antérieures données à certains collabos pour anéantir la résistance, http://www.info-apareco.com/2017/07/28/rencontres-secretes-entre-joseph-kabila-et-felix-tshisekedi/, le régime d’occupation ainsi que ses alliés de circonstance du Rassemblement ont inondé les milieux de la Résistance avec des agents chargés de corrompre toutes les organisations membres du Conseil National de la Résistance congolaise (CNRC).   

Le discours des résistants congolais sur l’OCCUPATION et LE SOULEVEMENT POPULAIRE qui gagne irrémédiablement le terrain en RDC dérange et inquiète le régime d’occupation tutsi qui déploie tous ses moyens humains et matériels pour l’étouffer.  

C’est pourquoi, l’APARECO ne cesse d’en appeler à la vigilance et à la rigueur du peuple congolais. Il doit en effet déceler, dans cet océan des discours alambiqués des hommes politiques congolais, les pièges des discours plagiés ou édulcorés. Car tout homme politique congolais qui prétend aujourd’hui vouloir sincèrement sortir la RDC du marasme doit avoir le courage d’affronter les vrais occupants en les pointant du doigt : Le Rwanda, l’Ouganda et leurs complices africains et occidentaux !      

« Cessez de traiter les gens de collabos ! » s’écrient certains d’entre eux. Mais, un « collabo » est une personne qui collabore, par toutes les formes possibles, avec l’ennemi de sa patrie en temps de guerre. Eux dont les actes contribuent à renforcer l’occupation de la RDC se retrouvent automatiquement dans cette catégorie.

Les patriotes congolais ne doivent donc pas s’étonner ni se laisser perturber par la levée de bouclier qu’ils peuvent constater ça et là de la part de certains compatriotes devenus particulièrement virulent à l’égard des résistants. Leur premier problème est que l’on cesse de parler de l’occupation et de leur collaboration directe ou indirecte avec les occupants. Toute leur gesticulation ne vise avant tout qu’à brouiller le message des résistants qui les met à nu et contrecarre l’action de leurs maitres rwandais et des lobbies occidentaux complices qui sont les premiers bénéficiaires de cette situation. 

 Les Résistants congolais ne doivent pas perdre de vue cette vérité : les «Accords de la Saint-Sylvestre » présentés, tant par la classe politique congolaise que par la communauté internationale comme le seul moyen de « sauver » la RDC sont en réalité le sésame par lequel le régime d’occupation entend se maintenir en RDC, quitte à changer juste sa marionnette et son Cheval de Troie, Hyppolite Kanambe alias  Joseph Kabila en le remplaçant par une autre marionnette plus «docile».

Mais, ce que les auteurs visibles ou invisibles de toute cette vaine agitation n’avaient surement pas prévu, c’est que leur furieuse levée de bouclier accompagnée de  toutes les maladresses de leurs agents d’exécution ont plutôt permis d’identifier plus clairement encore les vrais commanditaires et leurs proxys ainsi que des nouvelles cibles qu’ils ont choisies au sein de la Résistance congolaise. A quelque chose, dit-on, malheur est bon ! 

C’est donc dans ce contexte que l’on peut constater que les « petites mains des occupants » se sont repartis les rôles en jurant de faire taire définitivement l’APARECO. Nous leur souhaitons bonne chance !

Journalistes ou agents de la désinformation ?

Après avoir vilipendé Honoré Ngbanda en Europe, dès leur retour en RDC, ils proclament le discours de la résistance :   « tozali barésistants (…) mboka ezali lokola France na tango ya ba nazis » !

En octobre 2004, Honoré Ngbanda sortait son livre «Crimes organisés en Afrique centrale Révélations sur les réseaux rwandais et occidentaux ».Alors que dans les années 2005-2006, la grande majorité des congolais, y compris sa classe politique, les églises confessionnelles, les professeurs d’Université étaient tous obnubilés par l’organisation de référendum et d’élections dite « transparentes et démocratiques » dans un Congo pourtant occupé, le Président de l’APARECO, lui, sillonnait les villes d’Europe et multipliait des cassettes de vidéo pour expliquer aux Congolais le dangereux projet de l’occupation rwandaise dont le projet était en cours d’exécution. Comme Jean-Baptiste, il criait dans le désert au milieu des injures et des quolibets ! Précisons qu’il avait déjà commencé à dénoncer ce danger sous Mobutu dès le déclenchement de la guerre d’agression (https://www.youtube.com/watch?v=9ZKS7K8wn4c).  

Deux questions nous viennent alors à l’esprit : depuis toutes ces années où Honoré Ngbanda crie pour dénoncer l’occupation, les « experts journalistes » qui le prennent à parti peuvent-ils nous dire ce qu’ils faisaient, eux, ces mêmes années ? Ont-ils eu au moins l’honnêteté intellectuelle de diffuser au peuple congolais plusieurs documents-preuves publiés dans ce livre, dans le but d’informer le peuple congolais ? 

Prenons un cas. A partir de la page 424 du livre précité, l’auteur produit des lettres datant du mois Août 2004, du ministère de la défense rwandaise adressées tantôt au général OBEDI RWIBASIRA (avec copie au Président Kagamé et à son Ministre des affaires étrangères) , tantôt à LAURENT NKUNDABATWARE. Dans lesdites lettres le ministère de la Défense du Rwanda les informe de leur envoi à leur intention, d’armes et de troupes pour leurs actions à l’Est de la RDC. On sait aujourd’hui que le même Nkundabatware par exemple s’est enfuit au Rwanda et fait valoir ensuite le fait qu’il serait citoyen rwandais. 

Le Rwanda n’a jamais renié l’authenticité de ces documents accablant. Qui pis est, Nkundabatware reconnaîtra lui-même sa nationalité rwandaise sur les antennes de la radio burundaise en affirmant qu’il a fait ses services militaires dans l’APR en compagnie d’un certain « Joseph Kabila » qui l’a d’ailleurs nommé général de… l’Armée congolaise ! Alors que des livres comme ceux publiés par Honoré Ngbanda, mettent à la disposition des congolais de nombreux documents de preuve jamais contestés jusqu’à ce jour, comment expliquer le mutisme pendant tant d’années des «experts journalistes» et des leaders d’opinion en tout genre dont certains ont même choisis de s’attaquer ces derniers jours à l’APARECO et son président. Eux qui soutiennent des textes tels que « les Accords de la Saint Sylvestre » ou autres « Manifeste » dit du « citoyen » dans lesquels ils se refusent tous à poser officiellement le bon diagnostic sur la crise que traverse la RDC en reconnaissant que notre pays est occupé.

Honoré Ngbanda est pratiquement le seul homme politique congolais à avoir dénoncé dès le début, en 1996, et depuis deux décennies avec constance et véhémence, le processus d’occupation et de balkanisation de la RDC ainsi que l’imposture de « Kabila » au sommet de l’Etat congolais. Pour justifier les enveloppes perçues, certains «experts journalistes», oubliant leur devoir de donner la vraie information sur la situation réelle de la RDC, se sont lancés dans des attaques farfelues, avec des accusations sans preuves, dans l’unique but de diaboliser l’APARECO afin de brouiller le message d’éveil qu’elle véhicule contre les occupants et les collabos. 

Cette catégorie d’élites a choisi sciemment d’éviter un débat d’idée qui oppose argument contre argument parce qu’ils n’en ont pas ! Aucun journaliste n’a jamais fait une lecture critique d’une seule page du livre d’Honoré Ngbanda. Chaque fois ils sont sonnés par la force de ses arguments ou par la gravité de ses révélations sur des actes de trahison ou de corruption de leurs mentors politiques, ces « experts journalistes » versent dans la litanie d’injures et de calomnies sur des « crimes » légendaires commis par Honoré Ngbanda ! Et là aussi, ces «experts journalistes» n’ont jamais présenté un seul petit résultat de leurs investigations pour confondre le « criminel » qui n’est pourtant plus aux affaires et le faire traduire en justice. Pitoyable !      

L’un des prétendus journalistes arrivés dans les bagages de Félix Tshisekedi en Europe, dans l’euphorie peut-être de ce premier voyage en Europe et les miettes d’argent reçu, s’est laissé aller aux pires mensonges tous plus grossiers les uns que les autres.  Il a donc commencé par raconter qu’il aurait croisé des membres de l’APARECO à Paris avec qui il aurait eu une altercation. Après enquête, il s’avère que les deux personnes auxquelles il a fait allusion ne sont absolument pas des membres de l’APARECO. Sa version des faits et toute la liste de bêtises qu’il ne se gêne pas de débiter à chaque fois qu’il est grisé par la présence d’un micro et une caméra à sa disposition, sont juste digne d’un véritable mythomane. C’est le même “journaliste” qui quelques jours auparavant , lorsqu’il était encore à Kinshasa avait publiquement présenté des excuses au Président de l’APARECO pour des propos tenus et jugés finalement déplacés tout en suppliant, en vain , que l’APARECO entre en contact avec lui.Chacun appréciera.

Donc chose étrange, à peine rentrés en RDC après son petit séjour en Europe, c’est le même personnage, accompagné d’un de ses collègues qui, sans sourciller, se sont présentés au public congolais sur les plateaux de la Télévision à Kinshasa comme des … «résistants» ! Ô tempora ! Ô mores ! Les deux imposteurs ayant bien mémorisé le discours de l’APRECO, ont comparé la situation actuelle de la RDC à la France occupée par les nazis ! Mais ne vous y méprenez pas, ce ne sont ni des repentis ni des convertis, leur mission est plutôt d’occulter le message de l’APARECO et de la résistance pour détourner le peuple de l’appel au véritable soulèvement populaire, celui qui mettra fin à l’occupation ! Car le soulèvement populaire préconisé par les véritables résistants congolais renversera tout le système d’occupation qui constitue leur mangeoire et source de vie.

Après toutes ces années durant lesquelles les congolais ont été victimes de tous ceux qui les ont régulièrement manipulés pour leur vendre des « accords » inutiles, de fausses élections, des faux dialogues et autres discours mensongers qui ne dénoncent jamais l’occupation et n’ont jamais permis de répondre aux attentes de notre population, l’heure de vérité est en train de sonner. Le peuple congolais sera plus que jamais édifié dans les jours à venir, car chacun des protagonistes impliqués dans la crise que traverse la RDC est désormais en train de jouer ses dernières cartes. Les masques de ceux qui œuvrent contre les intérêts des congolais comme des occupants ou leurs complices, vont définitivement tomber. A suivre ….

Paris, le 12 Septembre 2017

Candide OKEKE

L’ŒIL DU PATRIOTE

 

Facebook Comments
Comments are closed