FLASH/”Joseph  Kabila” et Félix Tshisekedi sous pression 

“Joseph  Kabila” et Félix Tshisekedi

sous pression 

 

  • Plusieurs agents des services de sécurité de la RDC en mission de déstabilisation de la résistance dans la diaspora
  • Kudura Kasongo relaie les infos de l’APARECO
  • La classe politique congolaise transformée en marionnettes de « Kabila » ?

                                                            

Depuis quelques semaines, différentes sources au sein des services de sécurité de la RDC n’ont cessé d’informer la rédaction de L’OEIL DU PATRIOTE de la nervosité du régime d’occupation suite à l’annonce de la tenue du Conclave des Résistants congolais le 12 août dernier à Bruxelles en Belgique. Habitués à profiter régulièrement de l’esprit de division qui anime souvent les congolais, l’annonce de cet événement a mis « Kabila » et les siens sous pression du fait même que les participants à cette rencontre, contrairement à d’autres précédemment, font la bonne lecture de la situation qui prévaut en RDC , posent clairement la véritable problématique à la base de la déstabilisation de notre pays, qui est le processus d’occupation et de balkanisation en cours orchestrés par des pays extérieurs, et préconisent le soulèvement populaire pour y mettre un terme.

Déterminé à empêcher à tout prix que les participants à cette rencontre n’atteignent leurs objectifs, le régime en place a décidé de mettre les bouchées double en dépêchant dans la diaspora plusieurs membres des services de sécurité de la RDC (DGM, DEMIAP, ANR) afin qu’ils investissent notamment tous les lieux les plus fréquentés par les congolais et procèdent à un  minutieux travail de sape contre la dynamique amorcée par la Résistance congolaise et qui vient d’aboutir à la création du CNRC (Conseil National de la Résistance Congolaise). L’ŒIL DU PATRIOTE invitent tous les résistants à la vigilance face à ces collabos qui ont choisi d’œuvrer contre le travail de libération de la RDC et qui pourraient apprendre à leurs dépens qu’ils auraient mieux fait de rester à Kinshasa.  

Kudura Kasongo relaie les informations de l’APARECO

Mais , la mobilisation de « Kabila » et les siens contre les résistants de la diaspora a également pris une nouvelle tournure . Comme l’œil du Patriote l’a dévoilé dans ses différents articles récemment avec forces détails, notamment dans celui daté du 28 juillet 2017 ( http://www.info-apareco.com/2017/07/28/rencontres-secretes-entre-joseph-kabila-et-felix-tshisekedi/  ) dans lequel nous avons révélé la date d’une des rencontres secrètes de « Kabila »,  Félix Tshisekedi et Jean Marc Kabund ainsi que les détails de leur accord , le SG et le SGA de l’UDPS sont au service de la Kabilie.

Cette information largement relayée depuis, souvent sans même citer l’APARECO, s’est répandue comme une trainée de poudre . Mais , bizarrement certains médias ne semblent en avoir fait cas que lorsque Kudura Kasongo est venu annoncer, il y a à peine quelques jours, que Félix Tshisekedi pourrait remplacer Bruno Tshibala dès ce mois de Septembre. La plupart de ceux qui ont relayé ce « scoop » qui n’en était pas, se sont volontairement tus sur le fait que l’APARECO avait déjà annoncé ce projet de « Kabila » en complicité avec Félix Tshisekedi lui-même. Mais cette attitude hypocrite n’a rien d’étonnant puisque souvent ceux qui évitent à tout prix de citer l’APARECO  ont beau rejeter « Kabila » défendent néanmoins le même système  imposé aux congolais et dont « Kabila » n’est qu’une des émanations. Ils disent d’ailleurs pour cela vouloir une « alternance », ce qui veut dire un changement dans le même système, là où les résistants parlent de nouvelle « alternative », autrement dit un changement complet du système et la fin du régime d’occupation. Ils n’ont aucune solution pour mettre un terme à l’occupation de la RDC et ont plutôt pris l’habitude de s’accommoder de la présence des occupants au sein de nos institutions à tous les niveaux.

Félix Tshisekedi sous pression

Ainsi, lorsque Félix Tshisekedi finit par faire une déclaration sur Twitter disant qu’il ne serait pas intéressé par la primature et que « Kabila » et son régime à l’agonie n’ont qu’à « se sauver seule » ce n’est que pour tenter de faire baisser la pression , maintenant que ses combines ont été mis sur la place publique. Personne n’est dupe. Depuis les révélations de L’ŒIL DU PATRIOTE sur l’accord passé entre « Kabila » et Félix Tshisekedi pour nommer ce dernier Premier Ministre dans quelques semaines, le fils d’Etienne Tshisekedi est sous pression. Beaucoup de ses propres partisans y sont fermement hostiles, or il a déjà empoché l’argent de l’imposteur rwandais qui préside la RDC.  Et si ce scénario venait à se concrétiser il viendrait confirmer les révélations de l’APARECO sur sa complicité avec « Kabila ». C’est donc acculé de tous côtés qu’il a été obligé de faire une déclaration pour tenter de rassurer la poignée de ses partisans. Mais,  la majorité des congolais ont déjà compris qu’il a trahi et le Kasaï est en train de payer très cher leur prolongation du permis de tuer et de piller accordé à « Kabila » via leurs fameux « Accords de la Saint-Sylvestre » .

Les nombreux lecteurs de L’OEIL DU PATRIOTE ont pu constater par eux-mêmes que le travail amorcé par “Kabila” avec la famille Tshisekedi depuis, Ibiza , Venise etc … et dévoilé par l’APARECO dès le début, a largement porté ses fruits. « Joseph Kabila » a obtenu ce qu’il voulait à savoir la prolongation de son « mandat » après des « dialogues » inutiles et malgré le tollé apparemment général, mais purement de façade d’une bonne frange de la classe politique congolaise adepte de la « mangeoire ».

Et cette fois-ci encore, nous invitons nos lecteurs à constater par eux –mêmes que comme nous l’avions annoncé (http://www.info-apareco.com/2017/07/28/rencontres-secretes-entre-joseph-kabila-et-felix-tshisekedi/ ) , lors de leur rencontre datée du 11 juin dernier soit juste au lendemain de la grande journée des résistants organisée par l’APARECO à Bruxelles , « Kabila » et Félix Tshisekedi avaient déjà convenu que ce dernier devrait à tout prix se rendre à l’extérieur du pays pour tenter d’y affaiblir l’influence de la résistance congolaise.  Quelques semaines plus tard, c’est donc ce à quoi nous sommes en train d’assister. Félix Tshisekedi et Jean-Marc Kabund sont arrivés à la tête d’une grande « délégation » composée de « journalistes », d’activistes membres de la société civile comme pour venir porter la « bonne parole » des occupants  : à aucun moment vous ne les entendrez dénoncer le processus d’occupation de la RDC par le Rwanda et autres , mais ils viennent toute honte bue « plaider pour l’organisation des élections avant la fin de l’année 2017 » dans la RDC occupée, en dépit même du fait que tout observateur averti sait que les élections ne pourront être organisées en RDC cette année.  De plus,  dans quel pays souverain voit-on son élite aller quémander à l’extérieur l’organisation des élections chez soi ? N’est-ce pas se moquer des congolais ?

Au moment où nous couchons ces lignes notre rédaction apprend que Félix Tshisekedi et Jean-Marc Kabund rencontrent de sérieuses difficultés dans la diaspora. L’une des conférences qu’ils voulaient tenir à Bruxelles a été annulée pour risque de troubles à l’ordre public. Toute leur délégation est traquée par les résistants qui refusent catégoriquement de les voir venir distraire la diaspora.

La classe politique congolaise transformée 

en marionnettes de « Kabila » ?

Lors de différents échanges entre les congolais dans les réseaux sociaux ou ailleurs, les résistants congolais de la diaspora s’entendent souvent dire qu’ils devraient rentrer mener leur combat « sur le terrain » en RDC. C’est ce que beaucoup de « katumbistes » disaient jusqu’à ce que leur leader se retrouve désormais coincé à l’extérieur du pays sur injonction de son frère « jumeau » en politique, « Joseph Kabila », avec qui il se dispute désormais le fauteuil présidentiel … entre imposteurs. C’est ce que nous lançaient allègrement aussi les « pro Dokolo », mais du bout des lèvres à présent puisque de toute évidence ce dernier non plus n’est pas prêt de mettre les pieds en RDC, Kanambe lui ayant déjà annoncé la couleur en le faisant condamner à son tour dans une obscure affaire de spoliation de biens d’autrui…. Plusieurs membres de « l’opposition » nous ont régulièrement fait cette même remarque depuis des années, mais comme chacun a pu s’en rendre compte « l’opposition » dans un pays occupé ne pourra jamais représenter un véritable frein pour le régime d’occupation qui contrôle fermement à la fois les finances, l’armée, la police, « la justice », le parlement, etc … Ceux qui tentent réellement de tenir ouvertement tête à « Kabila » sont ou morts, ou en prison ou en exil. Depuis qu’il est au pouvoir « Kabila » et le tutsi power manient habilement le bâton (la répression) et la carotte (la corruption) profitant de la cupidité de certains congolais à leurs services et du sentiment de peur entretenu grâce à une vague de violence sans précédent en RDC.

C’est donc finalement en toute logique que Kanambe vient d’obtenir son « glissement » haut la main, après d’ailleurs que son gouvernement d’occupation ait déjà imposé aux congolais le « glissement » de tous les membres du Sénat sous le regard impuissant de toute la classe politique congolaise. Pour mieux appréhender l’hypocrisie et la duplicité de beaucoup de ceux qui s’agitent dans la scène politique congolaise, il faut leur demander pourquoi n’ont-ils pas commencer par se mobiliser pour contester fermement le glissement du Sénat et où était la communauté internationale pour les soutenir ?

Beaucoup des membres de la classe politique congolaise ne défendent pas   la démocratie, ni en général les intérêts du peuple congolais, mais plutôt le système mis en place et qui préserve les intérêts de leurs mentors tapis dans l’ombre. C’est pourquoi, au bout de deux scrutins électoraux qui n’ont fait qu’enfoncer le pays dans l’occupation, il est plus que temps pour le peuple congolais de changer radicalement de méthodes en rejoignant la Résistance . N’en déplaise à certains , nous sommes bel et bien sur le terrain en RDC où nous évoluons dans la clandestinité, nous sommes les seuls maitres de notre calendrier et pour frapper nos ennemis nous n’avons pas besoin de les prévenir.

 

Paris, le 18 Août 2017

Candide OKEKE

L’ŒIL DU PATRIOTE

 

 

Facebook Comments
Comments are closed