ASSASSINAT DE LAURENT DESIRE KABILA :«Joseph Kabila» déterminé à éliminer tous les témoins gênants

Assassinat de Laurent Désiré Kabila 

Colonel Kunda Ndalabo , 10e victime trouvée morte dans la prison de Makala, parmi les 40 témoins de l’assassinat de Laurent-Désiré Kabila

«Joseph Kabila» déterminé à éliminer tous les témoins gênants

pour effacer les traces du crime!

C’est courant dans l’histoire, les dictateurs sanguinaires s’emploient toujours à effacer les traces de leurs crimes en s’acharnant sur tous les témoins gênants pour les éliminer les uns après les autres et cela, même durant plusieurs années. C’est exactement ce qui se passe aujourd’hui en République Démocratique du Congo entre «Joseph Kabila» et les témoins gênants de l’assassinat de M’Zee Laurent-Désiré Kabila.

En effet, la prison centrale de Makala vient d’enregistrer un dixième mort parmi les condamnés dans le procès de l’assassinat de Laurent-Désiré Kabila. Il s’agit de l’ancien Chef de la maintenance, à la maison militaire de Laurent-Désiré Kabila, le colonel Kunda Ndalabo Gordon qui a été trouvé mort dans sa cellule. Sa mort, dit-on, serait due à une crise. Mais comme on devait s’y attendre, aucune autopsie n’a été effectuée pour déterminée la cause médicale de cette crise. Le contraire aurait plutôt surpris. Aujourd’hui, la vie d’un congolais ne vaut pas un penny aux yeux des occupants rwandais !

Pourtant, toute la classe politique congolaise, toutes tendances confondues, sait que des dizaines de citoyens congolais innocents croupissent dans la prison de Makala par la seule volonté de « Joseph Kabila » et du régime tutsi au pouvoir à Kinshasa et cela, dans le seul but de faire disparaitre toutes les preuves de leur crime odieux et poursuivre tranquillement leur plan machiavélique sur la RDC. Malheureusement, les hommes politiques congolais égoïstes et naïfs qui ne veulent pas voir au-delà de la pointe de leurs petits nez, continuent à servir aveuglement ces occupants tutsi-rwandais déterminés à éliminer les vrais patriotes congolais qui font obstacle à leur plan d’occupation, de pillage des ressources et de balkanisation de notre pays.

Il est aujourd’hui de notoriété publique que la médiocrité de la classe politique congolaise est en grande partie liée aux processus d’altération mentale qui se traduisent par la recherche permanente des intérêts économiques et financiers personnels, permettant de garantir un certain train de vie luxueux, au point d’ignorer complètement l’avenir de tout un peuple. C’est ce comportement médiocre qui caractérise la politique bicéphale d’une grande partie de la classe politique congolaise. 

Il sied de souligner qu’en contexte d’occupation, l’interprétation des faits et gestes d’hommes politiques est la base idéale qui permet de caractériser et de déterminer le degré de patriotisme qui anime chacun d’entre nous.

Ces fils du pays, condamnés à l’issue d’un procès expéditif et qui croupissent en prison dans des conditions inhumaines et dégradantes par la volonté d’un seul homme, «Joseph Kabila», qui est parmi les vrais auteurs du crime, sont relégués aux oubliettes par une classe politique préoccupée seulement à revendiquer des postes ministériels et des avantages personnels.    

Et pourtant, d’autres voix se sont élevées pour dénoncer le sort de nos compatriotes congolais condamnés injustement. Tel est le cas de ce lien qui le démontre bien : http://www.rfi.fr/afrique/20160909-memo-situation-condamnes-proces-assassinat-ld-kabila

Point n’est besoin de rappeler que suite aux témoignages crédibles et aux enquêtes sérieuses et indépendantes réalisées jusqu’à présent, il est aujourd’hui largement reconnu qu’aucune des cinquante personnes arrêtées et condamnées en 2003 n’est coupable de cet assassinat. Les vrais coupables de ce meurtre, eux, sont au pouvoir et veillent à couvrir leur mensonge en maintenant les innocents en prison. Dans un tel contexte, on se doute que la disparition physique de ces témoins gênants ne soit que le résultat d’une action secrète  voulue et ordonnée par des personnes auxquelles profite le crime. Mais les hommes politiques congolais nous répondront : ces revendications sont chaque fois reprises dans les feuilles de route de toutes nos négociations !

Négocier avec l’occupant ne fait que renforcer l’occupation

et accentue le malheur d’un peuple opprimé

Nous ne le dirons jamais assez : on ne libère jamais un pays occupé par les élections, encore moins par des négociations des dupes. L’incarcération en prison de nos compatriotes que nous savons tous innocents depuis l’assassinat de Laurent-Désiré Kabila il y a 16 ans aujourd’hui démontre, si besoin en était encore, que non seulement des pourparlers ou des dialogues avec l’occupant ne servent jamais la cause du peuple congolais meurtri, mais ils confèrent de la légitimité et du crédit politique au régime d’occupation, ils affaiblissent le peuple congolais et lui enlèvent la force de se débarrasser de l’oppression.

La mort de ce fils du pays, le colonel Kunda Ndalabo, dans sa cellule ne peut demeurer une banalité. Elle devrait interpeller la classe politique congolaise obnubilée par son schéma de dialogue, agrémenté par des «protestations pacifiques » et des «villes mortes». C’est d’ailleurs dans cette tragicomédie, si l’on peut dire ainsi, que le pouvoir d’occupation tire la substance de son existence et de sa force qui se manifestent à travers des humiliations et des actes de répression sauvages des Congolais.

Ceci dit, il faut garder à l’esprit que l’intrus de Kingakati, « Joseph Kabila », est déterminé à ne pas laisser les traces d’un meurtre vieux de 16 ans. Et ce mort de trop met effectivement en relief le gouffre qui existe entre ses fausses promesses et l’intensification des pratiques répressives envers les Congolais.

Combien de morts faudra-t-il encore parmi les «otages» de « Joseph Kabila » pour que la conscience patriotique puisse gagner l’ensemble de la classe politique congolaise qui refuse d’appréhender l’étendue de la question d’occupation de notre pays, et  pour qu’elle puisse revoir son approche méthodologique du combat en RDC?

Nous ne devons jamais perdre d’esprit que celui qui dirige aujourd’hui notre pays par défi n’est pas un enfant de cœur et il n’est pas seul. Et il est là plutôt pour accomplir la mission qui lui a été confiée par ses mentors, Paul Kagame et Yoweri Museveni. Il a reçu mission de piller, détruire et rendre les Congolais malheureux dans tous les domaines de la vie sociale. Ainsi, pour éviter que ces tueurs du Tutsi-power nous exterminent tous et réussissent à balkaniser notre pays, la classe politique congolaise doit se rendre à l’évidence de la situation réelle dans laquelle se trouve notre pays et prendre conscience du grand danger que représente le régime d’occupation en place, incarné par l’imposteur «Joseph Kabila» aux ordres de ses mentors Paul Kagame et Yoweri Museveni. Pour ce faire, cette classe politique congolaise devra rompre avec la médiocrité qui la caractérise et arrêter de se comporter comme des moutons de Panurge ou comme les chiens de Pavlov !  

Combattre et chasser l’occupant avec tout son système constituent le seul

et unique remède contre le mal qui ronge notre pays

Pour déraciner le système en place avec toutes ses multiples ramifications maffieuses, il nous faudra, en toute priorité, constituer une interface de combat regroupant tous les Congolais (de l’intérieur comme de l’extérieur). Et ceci passe impérativement par un sursaut populaire qui appelle une véritable révolution congolaise. Car il est plus que temps de combattre tous les crimes de l’occupation dans notre pays.

Aux collabos congolais et agents de l’occupant rwandais, nous les invitons à se ressaisir et à rejoindre le camp de la patrie pendant qu’il est encore temps ! Car chaque chose a un temps ! Le peuple congolais mettra bientôt fin à l’occupation rwandaise par tous les moyens. Advienne que pourra ! Il est donc nécessaire de savoir lire et interpréter les signes des temps si l’on veut prévoir l’avenir avec quelque certitude. A bon entendeur, salut !

Paris, le 16 Mai 2017

Joseph Makunga

Membre du Comité national de l’APARECO

 

Facebook Comments
Comments are closed