Le dossier de l’assassinat des deux experts de l’ONU continue à livrer ses mystères : A quel jeu joue Maman Sidikou, le chef de la MONUSCO ?

Le dossier de l’assassinat des deux experts de l’ONU continue à livrer ses mystères :

Les faux «Kamwina Nsapu» sur la vidéo montée étaient les milices «Katakatanga» de Gédéon Kyungu venus de Lubumbashi !

L’assassinat des deux experts de l’ONU est un arbre qui cache la forêt d’un système cynique et infernal installé en République Démocratique du Congo et qui constitue une véritable machine à tuer et à camoufler des crimes ou mieux, à les faire porter aux victimes. Grâce à nos sources au sein des institutions du régime d’occupation et de prédation en place à Kinshasa, notre enquête sur l’assassinat de la suédoise Zaida Catalan et l’américain Michael Sharp continue à livrer ses  secrets et à mettre à nue les détails du grossier montage de la vidéo publiée par Mende Omalanga sur ordre de « Kabila ».

L’un des agents de l’ANR/Lubumbashi qui s’était occupé de l’opération a confié que sur instruction de l’Administrateur Général Kalev, il avait été sélectionné dans l’équipe très secrète qui devait accompagner le Redoc (le chef provincial de l’ANR)
pour organiser le voyage très secret des milices «Katakatanga» de Gédéon Kyungu basés dans la ferme de John Numbi. Ces deux personnes, Gédéon Kyungu et John Numbi se sont chargés eux-mêmes du choix de leurs hommes devant faire partie de la compagnie qui devait voyager ensuite pour le Kananga en vue de jouer le rôle des milices « Kamwina Nsapu» pour piéger les deux experts de l’ONU et les intercepter avant leur rencontre avec les vrais « Kamwina Nsapu » qui devaient les conduire vers les charniers des victimes des «hommes de Kabila». Ce sont ces éléments appartenant à Gédéon Kyungu que les officiers rwandais ont utilisés pour faire le sale boulot, tout en prenant soin de les filmer pour faire porter la responsabilité du crime aux Congolais !

Plus grave, après l’opération de l’assassinat des deux experts filmée en direct par les officiers rwandais, tous les milices « Katakatanga » qui ont participé à l’opération de l’assassinat des experts de l’ONU sous le déguisement des «Kamwina Nsapu» ont été tous décapités pour ne pas laisser de traces de preuve de ce montage odieux ! En contrepartie, John Numbi et Gédéon Kyungu réclame beaucoup d’argent à «Joseph Kabila» comme indemnisation pour leurs hommes disparus ! L’immoralité des élites civiles et militaires congolaises a dépassé aujourd’hui le seuil de l’imaginable et du tolérable !

« Kabila » en colère contre Mende & Kassamba, charge Atundu de contrer le discours de Ngbanda et de la Résistance

De son côté, le fils d’Adrien Kanambe ne décolère pas contre ses deux collabos prétendus experts en communication, Mende Omalanga et Jean-Marie Kassamba. Dès que la vidéo du montage de l’assassinat des deux experts de l’ONU est arrivée de Kigali, Kanambe l’avait immédiatement remise à ses deux «experts » pour visionner et donner leurs avis avant diffusion. Les deux collabos ont donné leur quitus au «raïs», lui garantissant que le montage était bien fait. Malheureusement pour eux, après l’analyse faite par L’œil du Patriote relevant toutes les failles qui trahissent un grossier montage, Mende fut convoqué au Palais de la Nation, sur ordre de « Kabila »,  par son Directeur de Cabinet qui l’a grondé comme un poisson pourri, allant jusqu’à lui demander, de la part du «raïs» s’il ne travaillait pas pour le compte de Ngbanda. Quant à Kassamba, il a été convoqué à Kingakati où il reçut, comme d’habitude, les menaces de mort de «Kabila» avant de se faire cracher sur la figure. Pitoyable !

Dans sa colère, «Joseph Kabila» a chargé André Atundu, avec une enveloppe conséquente, de tout faire pour contrer le discours d’Honoré Ngbanda qui commence à gagner dangereusement les camps militaires et les campus universitaires. Certains pseudos patriotes de la diaspora qui s’étaient pourtant proclamé naguère des grands patriotes résistants sont recrutés pour venir semer la zizanie au sein de la résistance congolaise de la diaspora très redoutée à Kingakati. Les patriotes résistants doivent redoubler de vigilance et dénoncer toutes ces brebis égarées qui se sont transformées en loups !     

Le Représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en RDC, Maman Sidikou 

A quel jeu joue Maman Sidikou,

le chef de la MONUSCO ?

Mais à cet imbroglio général qui caractérise le climat politique en République Démocratique du Congo vient s’ajouter l’attitude nébuleuse et le rôle ambigu du chef de la Monusco à Kinshasa. Dans les révélations des agents de l’ANR et des services de renseignement militaire, son nom revient chaque fois au cœur des opérations. Après l’assassinat des experts de l’ONU, nos sources affirment avec certitude que l’AG Kalev avait dépêché deux de ses proches collaborateurs dont le Redoc/Lubumbashi pour l’informer et lui demander d’attendre la diffusion de la «version officielle du gouvernement» avant d’alerter les autorités de l’ONU à Washington. Mais l’organe d’information et communication de l’APARECO les avait pris de court en diffusant la nouvelle le 23 mars 2017, obligeant ainsi «Kabila» à confirmer la nouvelle 5 jours plus tard, soit le 28 mars, en annonçant la découverte des corps des victimes!

Nous nous inquiétons de la complicité qui parait ainsi exister entre d’une part, le représentant de l’ONU qui a mission (du moins sur papier) de sécuriser les populations congolaises contre justement les violations récurrentes du droit à la vie et à la liberté par le sanguinaire « Kabila » et ses frères rwandais du Tutsi-power.   

120 mercenaires zimbabwéens et 80 namibiens pour renforcer la ceinture de sécurité rapprochée de «Kabila» 

Depuis quelques jours, « Kabila » et ses frères croient entendre des bruits de botte chaque nuit dans tous les coins de Kinshasa. Des préparatifs des coups d’état imaginaires ou vrais sont dénoncés à tout va par des griots du régime sur les antennes de la RTNC et des autres médias-boîtes de résonnance. Sentant la mort rôder autour de lui et n’ayant plus confiance aux hommes en armes  autour de lui, y compris ses propres frères rwandais, « Kabila » a sollicité et obtenu du Zimbabwe 120 et de la Namibie 80 commandos aguerris pour sa protection rapprochée. Les 200 hommes sont repartis dans trois sites fréquentés par «Joseph Kabila» : Nsele, Kingakati et Palais de la Nation. Signe particulier, ce contingent de 200 mercenaires zimbabwéens et namibiens sont placés sous le commandement de …Zoé «Kabila» ! Signe de temps qui révèle que le cercle de confiance des faux Kabila se rétrécit chaque jour. Ils sont maintenant contraint à ne faire confiance qu’à leur petit cercle des enfants d’Adrien Kanambe. Mais pour combien de temps ? Let’s wait and see !

                                                              

Paris, le 03 Mai 2017

Candide OKEKE

L’ŒIL DU PATRIOTE

 

Facebook Comments
Comments are closed