FLASH/ Zahida Catalan a été violée et tuée entre le village Mfuamba et la mission Kamponde! Michael Sharp a également été executé

Les deux experts de l’ONU ont été assassinés  par des officiers tutsis rwandais

au sein des FARDC

 

La suédoise Zahida Catalan a été violée et tuée entre le village Mfuamba et la mission Kamponde!

 

Il y a à peine deux jours, L’œil du patriote signalait la tenue des réunions successives autour de «Joseph Kabila» pour chercher des voies et moyens de camoufler le double assassinat des experts de l’ONU dans le Kasaï. Aujourd’hui,   les sources du réseau de la résistance congolaise opérant au sein des services spéciaux civils et militaires et au sein du Cabinet de « Joseph Kabila » viennent de nous confirmer l’exécution de l’américain Michael Sharp et de la suédoise Zahida Catalan par les officiers et commandants des troupes tutsi-rwandaises opérant au sein des FARDC dans la région du Kasaï.

Les deux experts avaient été préalablement séparés par leurs bourreaux. Mlle Zahida Catalan a d’abord été violée par une “cohorte” de  militaires rwandais sous uniforme des FARDC avant d’être exécutée entre le village Mfuamba et la mission Kamponde. Tandis que l’américain Michael SHARP, lui, a été exécuté dans l’école secondaire de Kamponde par un commandant tutsi nommé KITO KOREWATAKA. Nous publierons prochainement son numéro mécano des FARDC. Le «Commandant KITO», comme l’appellent communément ses hommes de troupe, dirige la brigade rwandaise, l’«escadron de la mort», actuellement «en mission» dans la région du Kasaï pour exécuter le plan du génocide des congolais , sous le fallacieux prétexte de combattre les prétendus «rebelles» du mouvement Kamwina Nsapu.

Les deux experts de l’ONU avaient en effet commis le « crime » de parvenir  à rassembler des éléments de preuve, non seulement sur l’ampleur des massacres des Congolais «au-delà de l’imaginable», mais aussi des preuves palpables impliquant la responsabilité flagrante de «Joseph Kabila» et des hautes autorités politiques et militaires rwandaises. Bien plus grave, ces informations recueillies par les deux experts étaient susceptibles de permettre à l’ONU de d’initier une plainte contre «Kabila» et Kagame pour crimes contre l’humanité. Ainsi, dès réception de ces informations, «Joseph Kabila» alerta immédiatement Paul Kagame qui lui dépêcha sur le champ James Kabarebe à Kinshasa en vue de prendre des mesures urgentes pour étouffer l’affaire dans l’œuf. Nous connaissons aujourd’hui la suite !

Selon nos sources, les services spéciaux congolais, sous-ordres des officiers tutsis rwandais, s’emploient actuellement à créer des conditions pour que les corps des deux experts de l’ONU ne soient jamais retrouvés. Car les auteurs du crime veulent éviter qu’une autopsie poussée ne parvienne à révéler des informations accablantes sur les circonstances atroces de la mort des deux experts. Les services congolais et rwandais s’emploient ensuite à brouiller toutes les pistes d’enquête et faire porter la responsabilité du crime au peuple lulua, particulièrement aux milices de Kamwina Nsapu qu’ils veulent amener à classer parmi les «forces négatives» opérant en RDC.

Mais un phénomène bizarre et inquiétant a retenu l’attention des  patriotes congolais au sein de l’ANR dans l’entourage de l’AG Kalev: le nouveau représentant spécial du SG de l’ONU en RDC nommé en Octobre 2015 en remplacement de l’allemand Martin Kobler, le nigérien Maman Sambo Sidikou, aurait été discrètement informé de la mort des deux experts par «Joseph Kabila » qui lui a dépêché deux cadres de l’ANR/Lubumbashi à ce sujet. « Kabila » aurait par la même occasion solliciter son silence jusqu’à l’annonce de la version officielle du gouvernement ! Pourquoi cet arrangement particulier et secret entre «Kabila» et Maman Sambo Sidikou? En échange de quoi? Nos sources enquêtent assidument sur l’effectivité de cette étrange transaction qui sent le roussi. Nous y reviendrons très prochainement.

 

Pourquoi les deux experts de l’ONU ont-ils été

tous exécutés par les tueurs tutsis-rwandais ?

Cette opération savamment préparée par les experts du général rwandais James Kabarebe,  a débuté par la vidéo visiblement filmée par les experts militaires tutsis qui dirigeaient l’opération, et fait fuitée eux-mêmes le document . Elle vise deux objectifs précis:

  • Elle tend à exonérer les tutsis rwandais de tous les crimes du génocide qu’ils ont planifié et démarré dans le Grand Kasaï. Cette mise en scène a pour but donc de rejeter toute la responsabilité des crimes commis dans le Kasaï sur les militaires congolais. Exactement comme ils le font à l’Est dans le Kivu durant 21 ans aujourd’hui. La stratégie des Rwandais consiste donc à tout mettre en œuvre pour faire croire au monde entier que ce qui se passe dans le Grand Kasaï est une affaire des congolais entre eux. Ainsi, sous prétexte d’«une rébellion des milices de Kamwina Nsapu réprimée disproportionnellement par les militaires congolais»,le génocide du peuple congolais par les tutsis rwandais pourra être naïvement classé dans la catégorie d’une guerre civile. On ne change donc pas une stratégie qui réussit !
  • Mais la vérité, on le sait, est ailleurs. La mise en scène macabre de la vidéo des massacres est l’œuvre de « Kabila » et de James Kabarebe sous la haute autorité de Paul Kagame  pour couvrir les massacres programmés et opérés par les Rwandais! C’est cette vérité-là que les deux jeunes experts suédois et américain ont eu le malheur de découvrir, et qui leur a valu la sentence de mort. Il faut que le monde continue de croire naïvement à des guerres interethniques en RDC. Le lobby tutsi ne pouvait prendre le risque de fuite du secret de sa supercherie! De même on continue à cacher aux congolais que près de 40 milles militaires et 50 généraux rwandais sont déjà infiltrés au sein de l’armée congolaise (FARDC).

Mais tous les réseaux intérieurs de la résistance sont mobilisés derrière ce dossier qui met  à nue le modus operandi des hégémonistes et extrémistes tutsis en RDC, et que le leader de l’APARECO ne cesse de dénoncer à la face du monde. Nous publierons très prochainement d’autres informations et nos analyses sur la stratégie des tutsis rwandais dans ce génocide qui se déroule aujourd’hui dans le Grand Kasaï.

L’APARECO invite le peuple congolais à cesser de se laisser distraire par la danse des canards à laquelle les politiciens congolais de tout bord se livrent pour le pouvoir, autour des prétendues négociations et signatures des accords…. ! Car au moment où le peuple congolais a les yeux tournés vers cette classe politique et cette élite compradore, nos ennemis, eux, sont en train d’organiser notre extermination pour prendre possession de nos terres !    

 

Paris , le 26 Mars 2017

 

Candide OKEKE

 

L’ŒIL DU PATRIOTE

Facebook Comments
Candide Okeke

About Candide Okeke

Comments are closed